« Les Yeux dans les Gueux » – La culture de la lose

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak cherchent à capitaliser sur une première victoire à l’occasion de la 5e journée de championnat, avant un match de coupe « pour du beurre »…


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 5
Lille Sud 1 – Spartak lillois 1
12/11/2018

Malheureusement, nous ne nous attarderons pas sur ce match qui n’avait pas grand-chose d’une partie de foot loisir.

Après une première période engagée mais de bonne facture (3 – 3 à la pause), les hôtes du soir, visiblement désireux de remporter le match à tout prix, ont envenimé la rencontre en seconde mi-temps : de nombreuses fautes, des paroles agressives et des menaces, des contestations, des pressions adverses qui ont poussé les Spartakistes à valider un but fantôme en leur défaveur et à renoncer à un autre but pour une main inexistante…

Bref, ce fut à des années-lumière de ce que le Spartak a l’habitude de voir en foot loisir. À cela s’ajoute un score final « imposé » par les adversaires, il va sans dire en la défaveur du Spartak. En définitive, on ne sait pas vraiment qui a gagné ou perdu, mais à vrai dire, on s’en fout : l’essence même du foot loisir, à savoir le plaisir de se retrouver un lundi soir pour partager de bons moments dans un esprit fair-play, était réduit à néant.

On préfère retenir, entre autres, le quadruplé du maître-artificier Alexis, mais aussi un golazo de Cenk, une tête plongeante victorieuse à l’origine d’un premier « Cenk Norris fact » : « Cenk Norris ne tombe pas. C’est le sol qui vient le câliner. » Geoffrey tient également à signaler de façon totalement désintéressée qu’il faut remercier le passeur. Une petite pensée, donc, pour tous les Xavi de l’ombre, ceux que l’on oublie trop souvent. Merci à vous ❤


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 5
La Monsoise – Spartak lillois 2
14/11/2018

Revenons au vrai foot loisir, désormais, avec un déplacement du Spartak 2 sur le terrain de La Monsoise, une vieille connaissance, avec l’ambition de poursuivre la remontada après une première victoire historique !

Alors que le froid commence à s’emparer des contrées nordistes, les Noirs optent pour une formation « sapin de Noël » ambitieuse en 3 – 2 – 1. Petit événement du soir, le grand retour de Ben, prêt à y aller mollo après une blessure de plusieurs mois. Autre petit événement du soir, la présence dans les rangs monsois de l’ami Mounir, personnage marquant des premières années spartakistes en foot loisir.

Les Spartakistes entrent pied au plancher dans la partie par l’intermédiaire du feu follet Roux, qui profite rapidement d’une récupération haute et d’une ouverture dans la défense monsoise pour remporter un premier duel avec le gardien ! (0 – 1)

Le trio défensif Val – Nordine – Clément est bien en place, le gardien David n’est pas trop inquiété, tandis que les milieux Ben, Karl et Tito râtissent bien et que les attaquants JP et Roux ne se ménagent pas devant. C’est d’ailleurs ce même Roux, lancé en profondeur par Val, qui percute côté gauche et trouve une nouvelle fois la faille au quart d’heure de jeu ! (0 – 2)

Démarrage canon pour les Noirs qui voient les vagues monsoises s’accentuer, mais la défense veille au grain. La Monsoise pousse et profite d’un déséquilibre côté gauche pour revenir au score quelques minutes avant la pause (1 – 2). Quelques minutes plus tard, la défense flanche une nouvelle fois face à la pression rouge et les deux équipes se séparent à la pause sur un score de parité, quelque peu frustrant mais logique. (2 – 2)

Un peu de mobilisation et ça repart, le Spartak s’offre une première occasion sur corner, mais la frappe mi-tête, mi-épaule de Val frôle le poteau !

La suite, blackout total, trou noir, enfin tout ce que vous voulez, mais le Spartak se réveille à un quart d’heure de la fin avec un retard de 5 buts… Ou alors, le Spartak a été rattrapé par sa culture légendaire de la lose. La Monsoise a donc pris l’avantage et les Spartakistes, de plus en plus déboussolés, ont totalement pris l’eau et craqué mentalement (et physiquement, quand même), avant de stopper l’hémorragie. Après une dernière tentative pour l’honneur de Tito qui manque de peu de rentrer, le calvaire se termine enfin… (7 – 2)

Au final, une défaite frustrante et un peu trop large mais une bonne ambiance que l’on aime retrouver. Merci à La Monsoise pour cet accueil !


Coupe loisir – Groupe C – Journée 3
Bondues 2 – Spartak lillois
19/11/2018

Déjà éliminé, le Spartak n’avait pas grand chose à espérer dans un groupe relevé, si ce n’est montrer une belle opposition. Pour cette dernière apparition en coupe, les équipes fusionnent pour ne former qu’un groupe, c’est donc l’occasion de tenter des choses dans la joie et la bonne humeur.

Le vent nous porte à Bondues, une équipe sympathique que l’on aime retrouver chaque année. Le vent, justement, est bien présent en ce lundi soir quasi hivernal où le mercure frôle les 0 °C, de quoi motiver les troupes – on rigole, hein.

C’est sur un synthétique tapissé de feuilles d’automne que les organismes frigorifiés débutent la partie. Enfin, juste du côté bonduois, puisque les Rouges du Spartak sont entrés sur le terrain avec la ferme intention de… on ne sait pas trop quoi en fait. Au moins, cette fois-ci, l’épisode de lose se passe lors d’une première mi-temps où Cyrille, pour son retour dans les cages, a été totalement livré à lui-même face aux feux follets de Bondues. Résultat, un 7 – 0 bien mérité à la pause, quoi qu’on en dise, suite à trente premières minutes catastrophiques… #balancetonporc

La mi-temps est faite d’échanges bienveillants et de refontes tactiques : exit la lose magnifique, la défense à 3 et les transmissions stériles qui ne passaient pas la ligne médiane, on passe en 2 – 3 – 1, avec un bloc en défense, deux ailiers « essuie-glace », un milieu bas et un attaquant mobile.

Et ça marche ! Les Rouges se montrent enfin dangereux et rééquilibrent totalement la partie. Côté droit, Nordine transperce et centre en retrait, second poteau PAVAAAAAAAAAARD BECQUEMBOIIIIIIIIIIIIIS !!! C’est magnifique, un exter du gauche qui file en pleine lucarne, l’espoir renaît à 7 – 1.

Les Bonduois ne sont pas en reste et, bien que moins inquiétants et malgré un Cyrille solide dans les cages pour son grand retour, plantent deux nouvelles banderilles sur lesquelles la défense ne peut pas faire grand-chose. Finalement, comme pour récompenser l’engagement retrouvé des Spartakistes, Tito pousse la défense blanche à la faute et offre un score nul au Spartak sur la seconde période. C’est déjà ça de pris ! (9 – 2)

En définitive, une première période horrible qui condamne les Spartakistes, mais encore une fois un bel esprit et un gros travail d’équipe. C’était semble-t-il écrit, nous serons, encore une fois, des losers magnifiques ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s