Archives pour la catégorie Saison 2018 – 2019

Les Yeux dans les Gueux – Joue-la comme Paname

Heureux de vous revoir, chers lecteurs ! Dans ce nouvel épisode des Yeux dans les Gueux, on se concentre sur un match entre le Spartak 1 et l’équipe de Lomme USC. Le Spartak 2 a pour sa part eu droit à un match à Baratte contre Lille ESU…


Championnat loisir – Groupe F – Journée 5
Lomme USC 2 – Spartak lillois 1
04/03/2019

Eh bien, ça faisait longtemps ! Pour ne pas vous mentir, on vous a épargné le résumé de la déculottée habituelle contre les Dondaines (6 – 0, raconte la légende), le traumatisme était sûrement trop grand une semaine après un premier match nul, on présume. Quoi qu’il en soit, on a aussi fait l’impasse sur un match amical vaillamment remporté chez la charmante équipe de Mouvaux (3 – 6).

De quoi aborder ce déplacement à Lomme le sourire aux lèvres… Enfin, les conditions ont bien changé en une semaine : le joli synthétique bercé par la douceur printanière a laissé place à un bon terrain en herbe des familles fouetté par le blizzard et le crachin. Vive le dérèglement climatique, y’a plus de saison hein.

Enfin bref, on retrouve un pré connu des anciens, le stade Charles Gide (économiste et tonton de l’écrivain André, vous pourrez caler ça en repas de famille et vous remercierez le Spartak…) et ses fresques murales. C’est donc sous les yeux de Zinédine Zidane, Ronaldinho et Franck Ribéry que les Spartakistes se hasardent à quelques courses pour la forme et envoient quelques parpaings hors cadre, voire sur le parking de l’usine voisine.

Neuf soldats ont répondu à l’appel du foot et de la bière ce soir (enfin, sauf si un d’entre nous est allergique à la levure de bière, de quoi avoir le seum) : Cyrille (que l’on appellera « Cyrille ») dans les buts, Clément (« Tassin ») et Valentin (« Val ») sur les côtés, Mohamed (« Mo’ ») en défense centrale, Guillaume (« Guillaume ») et Clément (« Clem ») au milieu et Alexis (« Alex ») en pointe. Vincent (« Roux ») et Léo (« Léo ») peaufinent leurs gammes sur le côté.

Avec une pente défavorable mais le vent dans le dos, les Spartakistes se veulent dominateurs et prennent l’ascendant. C’est même tout à fait logiquement que les Rouges ouvrent le score au bout de 5 minutes, suite à un slalom de Guillaume qui laisse la défense et le gardien de marbre ! (0 – 1)

Mais le Spartak enchaîne les erreurs techniques et les passes hasardeuses (tout comme les adversaires, d’ailleurs) et laisse les Noirs s’approcher… Une frappe sur la transversale est suivie d’un cafouillage puis d’une tête victorieuse lommoise. (1 – 1) Vous saviez bien que ça n’allait pas durer longtemps, hein (et au fond, vous aviez raison).

Les débats s’équilibrent et on a droit à de belles occasions des deux côtés. Si les jolies frappes spartakistes ne font pas mouche, Lomme part en contre et glane un penalty généreusement accordé par la VAR l’autoarbitrage… La sentence finit par fracasser la base du poteau ! Ouf… L’histoire retiendra que Cyrille a intimidé par sa prestance l’ennemi qui a préféré tirer à côté.

Mais l’histoire retiendra que le Spartak préfère se rendre justice lui-même en envoyant une belle passe en profondeur puis un amour de centre… aux attaquants adverses, qui ne font par prier pour porter l’estocade : 2 – 1 suite à un corner puis 3 – 1 à l’approche de la mi-temps, le « syndrome Kehrer » a frappé !

Mi-temps donc, le temps pour les Spartakistes quelque peu abasourdis de ruminer et de se remobiliser. Après tout, c’est un match typiquement spartakiste, voire « parisien », que les Rouges nous offrent là : des boulettes, des buts offerts et des espoirs déçus.

Et la seconde période a le mérite de repartir sur les mêmes bases : une nouvelle « Kehrer » offre un quatrième pion aux Lommois (4 – 1) alors que les Spartakistes enchaînent les attaques infructueuses, parfois barrées par un gardien à la limite du légal.

Petit événement, sous le crachin qui s’intensifie, Lomme marque un cinquième but à peu près normal sur une action construite ! (5 – 1) Ça a le mérite d’être précisé et ça donne des ailes à notre gardien (que l’on ne nommera pas mais que vous identifierez si vous avez bien suivi), qui nous offre une « Lloris » comme on dit dans le milieu (6 – 1). Enfin, ce n’est pas rendre justice à Cyrille au gardien qui nous a gratifiés de quelques belles prouesses durant le match.

Et pourtant, c’est difficile à reconnaître, mais le match est largement à notre portée ! C’est une sorte de PSG – Manchester United, les Spartakistes tenaient une bonne prestation mais ont fait les frais d’erreurs techniques, en plus de manquer de réalisme sur de nombreuses actions. Bref, ça devait se terminer par une septième banderille pour la forme, et c’est le Spartak qui prend Lomme (7 – 1).

Allez hop, une défaite pas facile à encaisser mais on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. On dira que c’est à cause du terrain, tiens. « On aurait du le gagner ce match », se dit-on avant d’oublier ça autour d’une bière. En on promet de se remettre sur de bons rails pour le prochain match face à… la police de Tourcoing. Un joli résumé en perspective !


Championnat loisir – Groupe G – Journée 5
Lille ESU – Spartak lillois 2
04/03/2019

Faute de chroniqueur sur place, le résumé sera succinct. Un match perdu 5 – 4 au stade Baratte et une déclaration d’après-match fracassante : « On aurait vraiment, vraiment, vraiment dû le gagner ce match. C’est dommage pour le foot qu’aujourd’hui le Spartak n’ait pas gagné. » Bon, une partie de la déclaration est un peu inventée, on en convient… #seum

À la prochaine !

Publicités

« Les Yeux dans les Gueux » – Des nuls pas si nuls !

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les Spartakistes vont tenter de matérialiser leurs bonnes résolutions… Vont-ils échapper à la défaite ? Réponse à Loos, où le Spartak 1 s’est déplacé pour affronter Oxya, mais aussi à Lille Sud pour un match entre Lille Antillais et le Spartak 2.


Championnat loisir – Groupe F – Journée 2
Loos OXYA – Spartak lillois 1
21/01/2019

Quel dommage ! Le Spartak avait presque réussi sa remontada la semaine dernière contre Lille Sud (8 – 7). Un presque-nul qui a eu le mérite de mobiliser et de motiver les troupes – au cas où c’était nécessaire – à l’approche d’un périlleux déplacement chez Loos OXYA, tombeur du Spartak 2 en phase aller.

Toujours une belle équipe au programme, avec quelques remaniements : Cyrille toujours aux buts et le trio Val – Mo – Clém (la fameuse « VMC », pas très sexy mais on fera avec…) pour se relayer sur les ailes. On notera le retour de « Fifty Cenk » en défense centrale qui permet à Geo de monter d’un cran. Pour l’animation offensive, on a cette fois-ci le trio Guillaume – Thibaut – Alex (ou « GTA », yeah ça claque !).

Passé l’acclimatation difficile à la température déjà négative, on s’échauffe en envoyant des pralines hors cadre et en escaladant la palissade pour aller chercher les ballons échoués sur un champ gelé. Vous le sentez, ce doux parfum de foot loisir ?

C’est donc à 20 heures que le coup d’envoi est donné et les organismes se réchauffent doucement. Et il le faut bien, parce qu’OXYA, en maillot noir, met beaucoup d’impact avec ses grands gabarits. Heureusement, la défense veille au grain et Cenk règne en patron, sur la terre comme dans les airs, malgré son maillot un peu trop large.

On s’applique bien derrière mais les quelques banderilles sont un peu trop timides et brouillonnes. L’avantage des Spartakistes en vitesse ne paie pas tant le ballon fuse sur le synthétique gelé. Le premier coup du sort survient toutefois au quart de jeu lorsqu’une partie de flipper dans la défense rouge se termine dans les filets spartakistes, avec l’aide malencontreuse de Geo’… (1 – 0)

Quelques minutes plus tard, OXYA double la mise sur une nouvelle frappe déviée qui laisse Cyrille impuissant. (2 – 0) Une secousse pour les Spartakistes qui s’offrent leur première occasion sérieuse lorsque Thibaut, lancée par Val en profondeur, manque de peu son lob en première intention ! La défense loosoise tergiverse face au bon pressing rouge, plie mais ne rompt pas.

À l’approche de la pause, belle récupération de Guillaume qui décale Mo’ sur la droite. Écoutant les « Tire ! Tiiiiire ! » provenant du banc lointain, Mo’ s’exécute et décoche des vingt mètres une frappe molle bien comme il faut, puis repart penaud. Puis entend des cris de joie mêlée à de l’émerveillement. Puis voit une masse rouge s’agglutiner autour de lui. Oui, C’est une bonne grosse patate des familles en lucarne, certes peu académique, que Mo’ vient de planter ! (2 – 1)

La pause finit par couper subitement l’élan spartakiste mais permet aux équipes se souffler après une première période haletante, plutôt réussie malgré le score. Les éléments sont avec nous, semble-t-il, preuve en est ce but venu – littéralement – du ciel.

C’est donc motivés comme jamais – sapés aussi, si vous voulez – que les Spartakistes reprennent la partie, avec toujours cette même assise défensive. Superbe montée de Geo’ qui centre en retrait, Val au second poteau ne fait pas une Pavard mais voit son tir échapper à son pied. On s’offre quelques belles situations des deux côtés, notamment un poteau à mettre au crédit de Loos.

Dix minutes se passent et le pressing rouge s’intensifie, peut-être un peu trop puisque les Noirs trouvent un espace côté gauche et déséquilibrent la défense. Cet instant de fébrilité cruel envoie le Spartak sur les cordes ! (3 – 1)

Sonné, mais pas K.O, le Spartak est encore là. On pensera pêle-mêle à cette tête de Cenk ou à ce tir manqué d’Alex, ou encore aux montées folles de Clém côté droit. La « GTA » entre en action et c’est Guillaume qui remet le Spartak dans le game après un joli slalom au cœur de la défense noire ! (3 – 2)

L’exploit n’a jamais été aussi proche. OXYA souffre et le Spartak prend l’ascendant, mais ne trouve pas la clé de ce troisième verrou. Les corners se multiplient avec Thibaut ou Val à la baguette. Et si la clé était là ? Quelqu’un en est pour le moins certain. À cinq minutes de la fin, Cenk monte une énième fois. Le centre téléguidé par Thibaut parvient au second poteau. Le « Turc volant » s’élance et envoie un coup de casque autoritaire dans les filets. Terminé, merci , bonsoir. (3 – 3)

Mais oui, on le tient presque, ce match nul ! Partagée entre la peur de laisser filer le score et la rage de vaincre (ou du moins de faire match nul), le Spartak défend héroïquement. Cyrille se détend superbement pour une manchette décisive ! On lui fera une statue, un jour. Une frappe noire de la dernière chance plus tard, le Spartak 1 tient sa première non-défaite ! On n’aurait jamais cru dire ça un jour, mais c’est beau !

Pour la petite histoire, et comme pour démontrer par A + B que ce match était spécial, on poursuit la partie « pour du beurre » jusqu’au prochain but. Eh bien, ça a duré vingt secondes. Remplacé par Val aux buts, Cyrille lance Alex, qui place un délicieux lob. Et voilà le travail.

Après un dernier tour dans le champ pour récupérer un ballon perdu, on se congratule à l’issue de ce nul au goût de victoire. Seul bémol, la bière, pourtant bien là, n’a pas coulé… Des soirées comme ça, on en redemande !

 



Championnat loisir – Groupe G – Journée 2
Lille Antillais 1 – Spartak lillois 2
21/01/2019

Le Spartak 2 avait pour sa part rendez-vous à Lille Sud pour y rencontrer Lille Antillais. Faute de reporter présent sur les lieux, on vous racontera simplement que les Spartakistes ont également décroché un match nul (5 – 5) après avoir été rattrapés sur le fil suite à un penalty.

On se souviendra néanmoins des retrouvailles avec l’ami Momo, véritable légende du Spartak époque Mont-de-Terre, parti veiller sur un nouveau terrain. L’occasion de te remercier une nouvelle fois pour ces années passées à nos côtés, cher ami !

On se retrouve vite pour la suite de nos aventure, les amis !

« Les Yeux dans les Gueux » – Retour aux affaires

Après une première phase achevée avec un bilan à faire pâlir la Fédération française de la Lose (1 victoire, 13 défaites), les deux équipes du Spartak retrouvent les terrains pour le lancement de cette seconde partie de saison…


Championnat loisir – Groupe F – Journée 1
Lille Sud 3 – Spartak lillois 1
14/01/2019

Le championnat élargi à 12 équipes nous réserve pour commencer un court déplacement à Lille Sud, chez une vieille connaissance qui n’avait pas laissé que de bons souvenirs la fois précédente… Allez, on oublie !

C’est donc l’esprit un peu revanchard que les Spartakistes ragaillardis par des fêtes reposantes et nourrissantes foulent le synthé du stade Driss Berkani. Certains ont même l’occasion d’étrenner pour la première fois leur nouvelle tunique rouge personnalisée.

Votre reporter étant attelé au remplissage de la bonne vieille feuille de match au moment de l’échauffement, il ne pourra pas vous en décrire la teneur, mais on devinera une séance de frappes hors cadre et de gestes improbables. Dix Spartakistes ont répondu à l’appel du foot (et de la bière) : Cyrille gardera les buts, Geo’ prend place en défense centrale, le trio Clém B. – Val – Mo sera latéral, le quatuor Clém. S – Ben – Thomas – JB se relaiera au milieu et Alex animera l’attaque.

Au coup d’envoi, les Rouges pressent bien et s’offrent une première incursion, mais le gardien sudiste bloque parfaitement. Mais c’est Lille Sud qui profite d’un mauvais contrôle pour prendre les devants une première fois grâce à son numéro 10 (1 – 0), puis une deuxième assez rapidement. (2 – 0) Cruel, tant les débats sont équilibrés, mais les errements se paient cash ! Le match est loin d’être fini, se dit-on sur le banc.

Au quart de jeu, JB prend les choses en main sur corner et expédie un centre sur la tête d’Alex, dont le puissant coup de casque file droit au but ! (2 – 1) Mais les Verts répondent du tac au tac et creusent l’écart malgré une première parade de Cyrille… (3 – 1)

Les Rouges ont le mérite de ne rien lâcher et se montrent une nouvelle fois dangereux avec la doublette JB – Alex. Faute d’efficacité devant, les Sudistes profitent des espaces pour prendre le large face à un Cyrille livré à lui-même ! (4 – 1) Avant la mi-temps, JB, numéro 911 sur le dos, se joue de la défense verte pour tromper le gardien à bout portant ! (4 – 2)

À la pause, le constat est simple : il faut jouer plus calmement pour éviter les erreurs techniques, cause principale des buts encaissés… Logique, me direz-vous ? Ah, et être un chouïa plus efficaces devant !

Message entendu ? À première vue, oui, puisqu’Alex intercepte une touche puis fusille le gardien ! (4 – 3) À seconde vue, non, puisqu’une passe approximative devant la défense profite à Lille Sud qui alourdit la marque après un joli cafouillage made in Spartak(5 – 3) On verra Clément S. se frapper le pied contre le poteau avant d’avouer que c’était une mauvaise idée…

Mais voilà qu’Alex surgit une nouvelle fois de la torpeur de ce lundi soir hivernal pour remettre les Spartakistes sur le bon chemin en trompant la défense verte ! (5 – 4) On change d’acteurs avec Ben qui s’offre une première tentative bien repoussée, mais Val a bien suivi et rattrape ses approximations passées en crucifiant la défense ! (5 – 5) Le ballon ayant été dévié de la main par un défenseur vert, les Sudistes tentent l’entourloupe en réclamant l’annulation du but contre un penalty ; d’autres accusent même Ben d’être l’auteur de cette main… L’expérience du match précédent nous permet de rester concentrés et de ne pas céder.

Heureusement, le match reprend sur le terrain, mais c’est Lille Sud qui reprend les commandes du jeu… Toujours aussi dangereux, les Verts repassent devant avec une jolie frappe enroulée de leur vétéran. (6 – 5) Une nouvelle erreur technique (7 – 5) et une jolie tête sur corner (8 – 5) achèvent les espoirs spartakistes.

Vraiment ? Ça doit se terminer comme ça ? À trois minutes du terme, la réponse est définitivement non et les Spartakistes, en mode ultra-offensif, sonnent une nouvelle fois la révolte : Ben (8 – 6) monte au créneau puis Alex (8 – 7) s’offre un quadruplé (sur une magnifique passe de Clément S., nous dit-on à l’oreillette) pour replacer le Spartak à une longueur !

La vague rouge est stoppée par le gong, même si une minute semble avoir été retranchée par un chronométrage approximatif de nos hôtes. Qu’à cela ne tienne, le match fut tout de même bien plus plaisant que le précédent. On retient également un bel état d’esprit spartakiste dans un match qu’on n’a jamais lâché.

On terminera en bravant un interdit autour d’une petite bière, puisque le dictateur coach Axel tente de nous priver de ce breuvage d’après match… À la vôtre ! Et un petit GIF en prime, c’est cadeau !



Championnat loisir – Groupe G – Journée 1
Lomme 4 Miagic – Spartak lillois 2
14/01/2019

Faute de photo du match, voici une photo d’archives prise dans ce stade Charles Gide de Lomme…

Retour aux affaires ce lundi, et pas sans mal. Malgré nos belles valeurs, force est de constater que les fêtes ont laissé des traces dans les organismes spartakistes. Rendez-vous donc à Lomme, sur un bon vieux terrain d’herbe mi-gras mi-gelé. Match marqué par le retour de blessure de ce bon vieux Omar absent depuis plusieurs mois !

L’équipe est gonflée à bloc, d’autant plus que nous affrontons l’équipe contre qui nous avons gagné notre unique match de la saison !

C’est donc parti tambour battant, avec dès les premiers instants une forte pression spartakiste qui débouche sur plusieurs actions chaudes, en vain. Alors comme souvent, les adversaires savent nous faire regretter notre manque d’efficacité en nous punissant comme il se doit par un, deux, trois, et même quatre buts, plus ou moins évitables. Des lobs, des largesses défensives, et du manque de pressing, bref tout le monde est fautif. Malgré une cohésion retrouvée sur la fin, c’est bien sur le score de 4 – 0 que nous rentrons au vestiaire.

Arrive donc l’heure des traditionnelles discussions tactiques de la mi-temps. Nous optons finalement pour un ajustement, en passant à deux défenseurs centraux. Choix qui ne nous réussira pas trop mal, puisqu’en seconde période, les débats se rééquilibrent et rapidement, après un corner et un cafouillage plus ou moins maîtrisé, c’est coach Axel qui voit sa frappe se frayer un chemin entre les jambes adverses pour réduire l’écart ! Come on Spartak ! (4 – 1)

On est chaud, on y croit ! Du coup on s’enflamme et on se reprend un but derrière… (5 – 1) Pas grave, on y retourne de plus belle et rapidement derrière, Tito remporte son duel face au gardien adverse ! (5 – 2)

On est gonflé à bloc, la tactique fonctionne et en face, Lomme est moins frais qu’en première mi-temps. Après un énième corner spartakiste, le ballon est remis en deux temps dans l’axe pour JP qui, sans contrôle, croise une frappe remarquable dans le petit filet ! Allez les gars ! (5 – 3) Comme nous le fera remarquer Nordine dans une analyse mathématique qui n’a rien à envier à Cédric Villani, « plus que trois et on passe devant ! ». Plus déterminés que jamais, les Spartakistes prennent des risques et se font (encore et encore) punir. (6 – 3)

Rien à perdre, on continue de se faire plaisir sur cette deuxième mi-temps, la balle revient sur Tito qui croise sa frappe à ras de terre ! (6 – 4) Il ne reste plus beaucoup de temps, on pousse, on pousse, une grosse action se profile. Nordine, notre stoppeur national, tente sa chance de vingt mètres, superbe arrêt du gardien qui empêche de peu un nettoyage de lunette ; dans la foulée, ce sont Omar et Marc qui voient leurs tentatives être repoussées. Vient alors l’ultime coup de massue. (7 – 4)

La fin du match approche doucement, ce qui laisse en peu de temps pour le dernier bijou de la soirée : bien lancé par un amour de passe d’Omar par-dessus la défense, Javier contrôle et fusille d’une demi-volée pleine de sang froid le gardien adverse.

Tuut tuut tuuuuuut. Coup de sifflet final, fin d’un match sympa et fort en rebondissements, malheureusement plombé par une entame calamiteuse. On ch’est bien marré quand même hein ! Merci à Lomme pour l’accueil !

Seule ombre au tableau, comme exigé par coach Axel, pas la moindre goutte de bière ne fut servie lors de cette 3e mi-temps… Snif.

« Les Yeux dans les Gueux » – Ça se précise !

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les Spartakistes cherchent à se remettre des douloureux revers encaissés la journée précédente. On se concentre cette fois-ci sur un déplacement bucolique chez Anstaing-Chéreng pour le Spartak 1, tandis que le Spartak 2 a rendu visite à Loos Oxya…


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 6
Anstaing-Chéreng – Spartak lillois 1
03/12/2018

Après une trêve ponctuée d’un match amical très encourageant (mais perdu 5 – 4 quand même !) contre l’AS Lille, le Spartak 1 a rendez-vous en terre inconnue, ou plus précisément dans la charmante bourgade d’Anstaing, après un long périple d’une quinzaine de kilomètres.

Quel plaisir d’être reçus chaleureusement dans un club house qui fleure bon le foot populaire et la bière en fût ! Mais ce n’est là qu’une étape intermédiaire, puisque les terrains alentours sont gorgés de boue. Le théâtre des hostilités se situe à 800 mètres de là, dans la commune voisine de Chéreng. Certains s’y rendent en voiture, d’autres préfèrent traverser un sentier forestier à la lumière des téléphones, les plus valeureux en profitent pour s’échauffer timidement…

À l’arrivée, un joli synthétique fouetté par le vent hivernal. On applaudira Mo’ qui, en plus d’avoir effectué le trajet à vélo (!), a eu la bonne idée d’arriver sur le bon terrain au hasard, sans le savoir. Fait inhabituel, le terrain étant un peu plus grand qu’à l’accoutumée, on décide d’un commun accord de jouer à 8 : on a donc Cyrille dans les cages, un axe défensif Cenk – Mo’, Val à gauche, Guillaume à droite, Thomas en relayeur et un duo d’attaque Alex – JB. Sur le banc, Clément S. prépare quant à lui une entrée fracassante.

Le match commence sur le coup de 20 heures et un déluge s’abat sur les organismes déjà peu ragaillardis par le froid. C’est d’abord un match entre des défenses aussi imperméables que… des imperméables par exemple. Novice au poste, Mo’ est bien guidé par Cenk et le reste de l’équipe. Dans les buts, Cyrille fait le taf sur les quelques occasions laissées aux Noirs d’Anstaing. Devant, on cherche à pousser la défense à la faute, mais le pressing ne s’avère pas payant pour le moment.

La drache finit par se calmer quelque peu mais il faut attendre la vingtième minute pour voir la situation se décanter : relance de Cyrille, Val lâche un « Oh non ! » après avoir mal interprété le rebond et laissé la gonfle filer en touche. Anstaing joue rapidement le coup et prend à défaut les Rouges sur une frappe croisée, 1 – 0 pour les hôtes !

Loin de se défaire, le Spartak tente des transmissions rapides et manque le coche sur une frappe de Thomas qui vient lécher le poteau ! Mo’ porte également le danger de la tête sur corner, sans succès. À l’approche de la mi-temps, une incompréhension dans la défense manque bien d’offrir le break aux Noirs, mais c’est une autre frappe anstinoise aux abords de la surface qui finit par tromper la vigilance de Cyrille, jusqu’ici impérial… 2 – 0 à la pause, c’est dur !

L’espoir est largement permis dans une rencontre très équilibrée malgré l’avantage numérique des Noirs. La prestation est très correcte et il manque juste ce chouïa d’efficacité… On notera également l’esprit irréprochable et bon enfant de cette rencontre.

Alors que les trombes d’eau font leur retour, la partie reprend sur le mêmes bases pour les Rouges. On tente de se projeter rapidement et les réglages opérés à la mi-temps semblent fonctionner puisque le danger se précise autour de la cage anstinoise. Alexis continue de buter sur la défense, Clément manque de peu une balle en profondeur en filant vers le but… Finalement, c’est encore une histoire de touches qui débloquera l’affaire : Val combine rapidement avec JB côté gauche, qui lance Alexis. Lancé comme une bombe, l’artilleur spartakiste devance la sortie du gardien et parvient à redresser la course de la balle pour trouver la faille ! (2 – 1)

L’espoir renaît à vingt minutes de la fin ! Enfin, pour quelques secondes puisqu’Anstaing répond du tac au tac sur une incursion rapide et reprend la main… (3 – 1) Il en faut plus au Spartak pour se démobiliser… Enfin, à vrai dire, cela suffit normalement pour que le Spartak perde ses moyens, mais ce Spartak a grandi et ne se laisse plus faire dans un match très correct dans l’engagement.

Alors que Cyrille continue de sortir le grand jeu avec des parades salvatrices et des interventions avisées, l’Aquaspartak se porte bien sous les trombes d’eau et déferle sur la défense anstinoise bien regroupée. La spéciale croisée de JB ne rentre pas, le tacle acrobatique de Val ne passe pas loin, et tour à tour, les Spartakistes se jettent dans la bataille et pilonnent sans trouver la faille. Guillaume finit par récompenser la ténacité spartakiste d’une frappe à l’entrée de la surface qui vient lober le gardien (3 – 2), mais l’élan est malheureusement coupé par le chrono qui retentit et annonce la fin du match…

L’issue aurait mérité d’être meilleure tant le match fut équilibré, mais on préfère retenir un match bien kiffant disputé dans un esprit de fair-play, une prestation qui fut probablement la meilleure du Spartak 1 depuis le début de saison. On repasse par le bois pour rallier le club house, on fait rapidement la photo d’équipe habituelle parce qu’après, il y a pot ! C’est donc autour d’une bière fraîche que l’on refait le match et que l’on discute du verdict du Ballon d’or qui, bizarrement, n’a pas échu à un Spartakiste… Avant de quitter ces contrées pas très lointaines, on laisse quelques Ecocups spartakistes à nos hôtes que l’on remercie vivement pour leur accueil !


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 6
Loos Oxya – Spartak lillois 2
03/12/2018

L’autre match de la soirée n’aura pas de résumé ni de photo, faute de journaliste présent sur place. #bouh #aubûcher #macrondémission

On notera une rencontre très disputée, un score de 2 – 2 à la pause, puis une seconde période où le Spartak a pris l’avantage avant de se faire rattraper par le col.

Au final, une défaite 5 – 4 selon les manifestants, 6 – 4 selon la police, mais une prestation cohérente et une embellie dans le jeu ! Bref, des deux côtés, de bonnes dispositions à matérialiser sur le tableau d’affichage, mais ce n’est qu’une question de temps !

« Les Yeux dans les Gueux » – La culture de la lose

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak cherchent à capitaliser sur une première victoire à l’occasion de la 5e journée de championnat, avant un match de coupe « pour du beurre »…


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 5
Lille Sud 1 – Spartak lillois 1
12/11/2018

Malheureusement, nous ne nous attarderons pas sur ce match qui n’avait pas grand-chose d’une partie de foot loisir.

Après une première période engagée mais de bonne facture (3 – 3 à la pause), les hôtes du soir, visiblement désireux de remporter le match à tout prix, ont envenimé la rencontre en seconde mi-temps : de nombreuses fautes, des paroles agressives et des menaces, des contestations, des pressions adverses qui ont poussé les Spartakistes à valider un but fantôme en leur défaveur et à renoncer à un autre but pour une main inexistante…

Bref, ce fut à des années-lumière de ce que le Spartak a l’habitude de voir en foot loisir. À cela s’ajoute un score final « imposé » par les adversaires, il va sans dire en la défaveur du Spartak. En définitive, on ne sait pas vraiment qui a gagné ou perdu, mais à vrai dire, on s’en fout : l’essence même du foot loisir, à savoir le plaisir de se retrouver un lundi soir pour partager de bons moments dans un esprit fair-play, était réduit à néant.

On préfère retenir, entre autres, le quadruplé du maître-artificier Alexis, mais aussi un golazo de Cenk, une tête plongeante victorieuse à l’origine d’un premier « Cenk Norris fact » : « Cenk Norris ne tombe pas. C’est le sol qui vient le câliner. » Geoffrey tient également à signaler de façon totalement désintéressée qu’il faut remercier le passeur. Une petite pensée, donc, pour tous les Xavi de l’ombre, ceux que l’on oublie trop souvent. Merci à vous ❤


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 5
La Monsoise – Spartak lillois 2
14/11/2018

Revenons au vrai foot loisir, désormais, avec un déplacement du Spartak 2 sur le terrain de La Monsoise, une vieille connaissance, avec l’ambition de poursuivre la remontada après une première victoire historique !

Alors que le froid commence à s’emparer des contrées nordistes, les Noirs optent pour une formation « sapin de Noël » ambitieuse en 3 – 2 – 1. Petit événement du soir, le grand retour de Ben, prêt à y aller mollo après une blessure de plusieurs mois. Autre petit événement du soir, la présence dans les rangs monsois de l’ami Mounir, personnage marquant des premières années spartakistes en foot loisir.

Les Spartakistes entrent pied au plancher dans la partie par l’intermédiaire du feu follet Roux, qui profite rapidement d’une récupération haute et d’une ouverture dans la défense monsoise pour remporter un premier duel avec le gardien ! (0 – 1)

Le trio défensif Val – Nordine – Clément est bien en place, le gardien David n’est pas trop inquiété, tandis que les milieux Ben, Karl et Tito râtissent bien et que les attaquants JP et Roux ne se ménagent pas devant. C’est d’ailleurs ce même Roux, lancé en profondeur par Val, qui percute côté gauche et trouve une nouvelle fois la faille au quart d’heure de jeu ! (0 – 2)

Démarrage canon pour les Noirs qui voient les vagues monsoises s’accentuer, mais la défense veille au grain. La Monsoise pousse et profite d’un déséquilibre côté gauche pour revenir au score quelques minutes avant la pause (1 – 2). Quelques minutes plus tard, la défense flanche une nouvelle fois face à la pression rouge et les deux équipes se séparent à la pause sur un score de parité, quelque peu frustrant mais logique. (2 – 2)

Un peu de mobilisation et ça repart, le Spartak s’offre une première occasion sur corner, mais la frappe mi-tête, mi-épaule de Val frôle le poteau !

La suite, blackout total, trou noir, enfin tout ce que vous voulez, mais le Spartak se réveille à un quart d’heure de la fin avec un retard de 5 buts… Ou alors, le Spartak a été rattrapé par sa culture légendaire de la lose. La Monsoise a donc pris l’avantage et les Spartakistes, de plus en plus déboussolés, ont totalement pris l’eau et craqué mentalement (et physiquement, quand même), avant de stopper l’hémorragie. Après une dernière tentative pour l’honneur de Tito qui manque de peu de rentrer, le calvaire se termine enfin… (7 – 2)

Au final, une défaite frustrante et un peu trop large mais une bonne ambiance que l’on aime retrouver. Merci à La Monsoise pour cet accueil !


Coupe loisir – Groupe C – Journée 3
Bondues 2 – Spartak lillois
19/11/2018

Déjà éliminé, le Spartak n’avait pas grand chose à espérer dans un groupe relevé, si ce n’est montrer une belle opposition. Pour cette dernière apparition en coupe, les équipes fusionnent pour ne former qu’un groupe, c’est donc l’occasion de tenter des choses dans la joie et la bonne humeur.

Le vent nous porte à Bondues, une équipe sympathique que l’on aime retrouver chaque année. Le vent, justement, est bien présent en ce lundi soir quasi hivernal où le mercure frôle les 0 °C, de quoi motiver les troupes – on rigole, hein.

C’est sur un synthétique tapissé de feuilles d’automne que les organismes frigorifiés débutent la partie. Enfin, juste du côté bonduois, puisque les Rouges du Spartak sont entrés sur le terrain avec la ferme intention de… on ne sait pas trop quoi en fait. Au moins, cette fois-ci, l’épisode de lose se passe lors d’une première mi-temps où Cyrille, pour son retour dans les cages, a été totalement livré à lui-même face aux feux follets de Bondues. Résultat, un 7 – 0 bien mérité à la pause, quoi qu’on en dise, suite à trente premières minutes catastrophiques… #balancetonporc

La mi-temps est faite d’échanges bienveillants et de refontes tactiques : exit la lose magnifique, la défense à 3 et les transmissions stériles qui ne passaient pas la ligne médiane, on passe en 2 – 3 – 1, avec un bloc en défense, deux ailiers « essuie-glace », un milieu bas et un attaquant mobile.

Et ça marche ! Les Rouges se montrent enfin dangereux et rééquilibrent totalement la partie. Côté droit, Nordine transperce et centre en retrait, second poteau PAVAAAAAAAAAARD BECQUEMBOIIIIIIIIIIIIIS !!! C’est magnifique, un exter du gauche qui file en pleine lucarne, l’espoir renaît à 7 – 1.

Les Bonduois ne sont pas en reste et, bien que moins inquiétants et malgré un Cyrille solide dans les cages pour son grand retour, plantent deux nouvelles banderilles sur lesquelles la défense ne peut pas faire grand-chose. Finalement, comme pour récompenser l’engagement retrouvé des Spartakistes, Tito pousse la défense blanche à la faute et offre un score nul au Spartak sur la seconde période. C’est déjà ça de pris ! (9 – 2)

En définitive, une première période horrible qui condamne les Spartakistes, mais encore une fois un bel esprit et un gros travail d’équipe. C’était semble-t-il écrit, nous serons, encore une fois, des losers magnifiques ❤

« Les Yeux dans les Gueux » – Première victoire !

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak reviennent le couteau entre les dents après une entame de saison bien difficile… Vont-ils décrocher une première victoire ? [ALERTE SPOILER : la réponse est dans le titre.] À l’affiche aujourd’hui, le match de l’équipe 2 sur le terrain de Lomme Miagic !


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 4
Lomme 4 Miagic – Spartak lillois 2
05/11/2018

C’est le retour des Yeux dans les Gueux ! Nous ferons l’impasse sur le problème de GPS qui amena une partie des spartakistes « 2 » (Bon, il va vraiment falloir nous trouver un surnom d’équipe…) à Villeneuve d’Ascq au lieu de Lomme… Décidément, certains ne sont vraiment pas à suivre !

Après un échauffement complet pour ceux présents à l’heure, et rapide mais intense pour les retardataires, (« intense » c’est pour la formule), nous voilà prêts pour le coup d’envoi. Nous retrouvons pour cette rencontre Javier, Nordine, Vincent, Marc, Omar, Thibaut, Karl, Jean-Pierre et David.

Lomme Miagic est en orange et vert, oui oui, certains avaient des maillots orange, d’autres verts… Sans doute des réminiscences d’Halloween. Le Spartak 2 en noir vivra-t-il une soirée d’horreur ? Ou fera-t-il le deuil de sa série de défaites ?

Dès les premières minutes, le Spartak 2 met le pied sur le ballon, mais c’est bien du côté lommois que viens le danger. Première incursion dans la surface spartakiste, une citrouille (oui, citrouille pour les maillots orange !) lommoise tente sa chance … Nordine sauve in extremis le but du 1 – 0.

Les Lommois communiquent beaucoup tandis que les spartakistes sont en mode diesel. À la 10e minute, c’est une contre-attaque lommoise. Une percée fulgurante d’un Green Lantern (maillot vert, vous avez compris l’idée) droit vers la cage spartakiste, une frappe trop enlevée qui n’aurait sans doute pas trompé notre vigilant David.

Au quart d’heure de jeu, c’est un corner pour le Spartak 2, repoussé par un défenseur lommois. Nordine à la retombée décoche une reprise de volée instantanée qui s’envole magnifiquement… vers les nuages. Certains diront qu’il a contribué à agrandir le trou dans la couche d’ozone…

Après quelques minutes largement dominées par le Spartak 2, c’est une nouvelle percée en direction des cages lommoises, passe en retrait pour Thibaut (aka « Tito », rebaptisé « Totti » pour l’occasion) et… c’est… le buuuuut ! Magnifique reprise de Totti qui libère ses coéquipiers et ouvre le score ! (21’ : 0 – 1)

Les minutes qui suivent sont en faveur des Spartakistes. Marc, qui abat un travail intense sur son côté droit se voit récompenser à la 24e minute en foudroyant le gardien adverse d’une frappe croisée imparable. (24’ : 0 – 2)

Vincent (aka « Roux ») veut également participer à la fête, Marc en soutien, belle combinaison entre ces deux-là, Roux qui tente le lob, un peu trop fort malheureusement… Bien que les adversaires fassent preuve d’énormément de combativité, à l’image du numéro 5 qui court sur tout les ballons tel un chien fou, c’est à nouveau une contre-attaque spartakiste qui se met en place. En position idéale, J-P est servi côté droit et enfonce le ballon vers le petit filet opposé d’une frappe rageuse ! (26’ : 0 – 3)

Il faut bien un peu de relâchement après une si belle entame. Une contre-attaque lommoise vient rappeler aux Spartak Lillois 2 qu’il n’est pas sur ses terres : David (aka « Ruine Patricio ») est impuissant face à une attaque rondement menée et une défense spartakiste un peu trop dilettante… (28’ : 1 – 3)

Cependant, l’attaque est en alerte et c’est juste avant la mi-temps que Totti, encore lui, décide de montrer le chemin des buts aux coéquipiers qui n’auraient pas réglé correctement leur GPS. Doublé pour Thibaut et mi-temps bien méritée ! (29’ : 1 – 4)

À la reprise, les Spartakistes sont en place et dès la 35e minute, JP tente le doublé… Malheureusement, c’est un ballon contré… par deux autres balles… JP : 1, testicules lommoises : 0. Suite à un changement côté spartakiste et à une baisse de vigilance, Miagic trouve la faille dans la défense noire. Une combinaison de passes rapides et une frappe ras du sol, et c’est le but lommois. (39’ : 2 – 4)

Le retour du panda Roux !

Le Spartak 2 subit de plus en plus. Malgré tout, une contre-attaque vient donner un second souffle aux Noirs : aux abords de la surface, passe en retrait de Nordine vers Marc excentré coté droit, qui centre magnifiquement au deuxième poteau pour la mascotte lilloise, le panda Roux, qui s’élève plus haut que son défenseur et conclut de la tête ! (42’ : 2 – 5)

Jusque la 50e minute, le Spartak 2 tient bon. C’est d’ailleurs ce moment que choisit Roux pour nous prouver qu’il à 4 pattes et 3 poumons : il remonte les trois quarts du terrain, crochetant et prenant de vitesse les adversaires sur sa route, il cherche la passe, puis tire à 35 mètres du but (15 selon l’arbitre, 50 selon les supporters). Pleine lucaaaaarne pour son doublé ! (50’ : 2 – 6)

[Il semblerait que l’envoyée spéciale ait rencontré quelques soucis de retransmission (ou le manque d’objectivité à du faire place) car pour le résumé des actions suivantes nous avons :
« Bon, là, no comment, on se prend un but de m**de » (54’ : 3 – 6)
« Nous voilà à 3 – 6… ah ben nan 4 – 6 ! NUL NUL NUUUUUL » (56’ : 4 – 6)]

Réminiscences d’Halloween, je vous dis, les Spartakistes devaient se faire peur, c’est chose faite. Omar en patron, avec une technicité quasi parfaite, prend son défenseur à défaut et clôt la marque sur une note positive. (58’ : 4 – 7)

C’est donc sur ce score en faveur du Spartak 2 que ce termine cet épisode…
Les joueurs goûtent enfin aux joies d’une victoire en cette saison 2018 – 2019. Sauront-ils capitaliser ? Pourront-ils enchaîner 2 victoires consécutives ? Le panda Roux va-t-il encore sévir ? Les joueurs tiennent à remercier Lomme Miagic pour leur fair-play et leur bonne humeur durant le match. À très vite pour la suite de nos aventures !


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 4
AS Mérignies – Spartak lillois 1
05/11/2018

Au programme, un déplacement chez une vieille connaissance, un long périple jusqu’au terrain vallonné de l’AS Mérignies. Rapidement cueillie à froid par la furia mérignisienne, la défense spartakiste est surpassée en première période (5 – 0).

Une mi-temps réparatrice et une réorganisation tactique plus tard, le Spartak est bien de retour aux affaires et entame une mini-remontada. Un doublé inscrit en force par Alexis et un dernier but de Clément en fin de match concrétisent la belle réaction du Spartak malgré les deux nouveaux pions mérignisiens.

Score final, 7 – 3 pour les locaux dans une ambiance plutôt sympathique. Un Spartak à réaction mais ça commence à prendre forme !

Coupe loisir – Le Spartak ne passera pas !

Coupe Terrier – Groupe C – Journée 2
Decathlon 4 – Spartak lillois 1
15/10/2018

Ce lundi 15 octobre, le Spartak a rendez-vous avec la coupe Terrier, avec un déplacement sur les terres de Decathlon 4, au Kipstadium de Tourcoing !

La tribu réunifiée alignée en coupe comporte quelques vieux briscards, avec Val dans les buts, Geoffrey, Clément S., Nordine, Javier, Alexis ou encore JB, mais aussi deux nouvelles têtes, Jean-Pierre et Mohamed. Pas de totem d’immunité à aller chercher, mais l’ambition de bien figurer face à un adversaire que l’on sait supérieur, après une défaite en première journée.

Et puis, une équipe de triathloniens face à un groupe dont la moitié a passé son dimanche à choper des courbatures lors du « jubilé-Jupiler » de l’historique Thomas, ça annonce du propre. #excusedéjàprête

Qu’à cela ne tienne, les Bleus de Decathlon donnent le coup d’envoi face aux Rouges du Spartak et annoncent rapidement la couleur : il aura suffi d’un corner à la 2e minute et d’une reprise de volée en pleine lucarne pour que Decat’ 4 ouvre la marque ! (1 – 0)

Pas plus sonnés que cela, les Spartakistes ne se laissent pas abattre et tentent de passer la moitié de terrain adverse, mais les brèves incursions de JP et Alexis sont rapidement stoppées. On sent qu’avec un peu plus d’application, il y a quelque chose à faire, d’autant que Val et la ligne de défense Mohamed – Nordine – Geoffrey encaissent le choc. Les électrons libres JB, Clément et Javier multiplient les courses pour essayer de faire pencher la balance, mais Decat’ prend aisément le contrôle du jeu et finit par asseoir sa domination en milieu de première période en profitant d’une relance hasardeuse. (2 – 0)

Un coup assez difficile à encaisser cette fois-ci alors que Decat’ ne laisse clairement aucune opportunité à des attaquants rouges désabusés. Plus affûtés physiquement, mieux organisés, plus tranchants, les triathloniens-décathloniens enfoncent le clou lorsqu’un ailier s’enfonce côté gauche et trouve le cadre au premier poteau dans les dernières secondes. (3 – 0)

À la mi-temps, le constat est difficile mais limpide : ce n’est pas faute d’essayer, mais le Spartak est réduit à un rôle de sparring-partner dans une rencontre à sens unique. Allez, on va quand même tenter d’aller les titiller, et pourquoi pas de marquer un but, tiens ?

Perdre, d’accord, mais avec style, s’il vous plaît !

Un vent nouveau soufflerait-il sur le Kipstadium ? À la reprise, Javier tente une première frappe au-dessus du cadre, la défense repousse tant bien que mal l’échéance, Val gratifie l’assistance un petit pont involontaire sur un attaquant décathlonien… Voilà tout. Alexis et Javier nous offrent une de ces séquences typiquement spartakistes qu’on aime tant en se télescopant en pleine course.

Pendant ce temps, les 4 x 4 de Décat’ 4 plantent un 4e but et font la tête au carré au Spartak. (4 – 0)

Le dépit, le sentiment d’impuissance et le désespoir grandissent du côté du Spartak, qui ne parvient pas à inquiéter un tant soit peu l’arrière-garde décathlonienne, parfaitement hermétique. Et malgré les maillots Kipsta fraîchement acquis que les Spartakistes arborent fièrement, Decathlon ne fait pas de service après-vente et profite de l’opération portes ouvertes pour racketter sa proie. Un corner au premier poteau, une contre-attaque et une erreur de relance plus tard, Decat’ 4 roule sur le Spartak… C’est comme ça qu’on traite ses clients !? (7 – 0)

4x4

Quand Decat’ 4 roule sur le Spartak…

En toute fin de match, l’énergie du désespoir et le léger relâchement décathlonien permettent au Spartak de s’approcher des cages bleues et même de trouver… des corners ! Sur le dernier, Val, monté aux avant-postes, obtient un coup-franc à l’entrée de la surface sur une frappe contrée de la main, puis se charge de la sentence. Sur ce duel de gardiens, Val décoche un enroulé du gauche qui part en pleine lucarne mais manque de puissance, son homologue parvient à se saisir du ballon. Et c’est sur cette unique frappe cadrée spartakiste que le match se termine !

Le Spartak tombe donc les armes à la main et perd d’ores et déjà ses chances – déjà compromises – de passer en phase finale de la coupe Terrier avec un joli différentiel de -13 en deux matches pour un but marqué. Cela dit, à la faveur de la trêve internationale, les Spartakistes entament une série de trois semaines d’invincibilité, et c’est déjà pas mal !