Archives pour la catégorie Actualités

Le programme d’octobre du Spartak est disponible !

Cliquez sur l’image pour agrandir

📢 C’est parti pour octobre, on continue sur notre lancée !
➡️ On vous attend toujours aussi nombreux le mardi au stade Baratte pour la séance de foot ouverte à tous
➡️ Venez également profiter des séances hebdomadaires de cardio et de renforcement musculaire (le mercredi de 19h à 21h), de basket (le vendredi de 20h à 22h) et de handball (le dimanche de 18h à 20h)
➡️ Le dimanche de 20h à 22h, on alternera entre badminton et volley à la salle FCB
➡️ Tous les Spartakistes sont également les bienvenus à notre réunion de bureau mensuelle qui se tiendra ce jeudi 05/10 (horaire et lieu à définir)
Et tout cela pour 1 euro par mois, comme toujours !
Nous vous attendons donc nombreux pour un mois d’octobre populaire et solidaire !

Publicités

Les aventures spartakistes en foot loisir – saison 2017–2018

Championnat loisir – Phase de poules – Journée 3
FC WATTIGNIES 2 – SPARTAK LILLOIS
09/10/2017

Lundi 2 octobre, 19 heures 30. Les dernières lueurs du jour caressent le stade Mathieu Debuchy de Wattignies alors que les Spartakistes font leur entrée sur cet écrin de gazon synthétique. À l’aube de la troisième journée, le Spartak caracole en tête de son groupe avec deux victoires remportées haut la main et 20 (!) buts à son actif !

Un accueil de champion !

Les premiers débats se sont animés tout le week-end entre supporters lillois honorés de fouler l’antre d’un champion de France et supporters lensois rêvant de jouer dans un stade Éric Sikora ou Tony Vairelles.

Quoi qu’il en soit, c’est sous la tunique noire ornée du casque rouge que les Spartakistes s’échauffent en pilonnant le but gardé par Gaby, nouveau venu dans l’équipe. Le Spartak aligne également deux autres nouvelles recrues, Romain et Javier. Le groupe est complété par les plus ou moins vieux briscards, Axel, Alexis, Cenk, Valentin, Benjamin, Geoffrey et Michael.

La nuit est tombée à Wattignies : 20 heures, le match commence ! Les premières minutes sont parfaitement équilibrées et les assauts fusent de part et d’autre. L’occasion pour Gaby de faire chauffer les gants et d’afficher ses ambitions : détrôner Valentin au poste de gardien des cœurs spartakistes ! Les premières sorties sont assurées, les défenseurs rassurés. Devant, Javier et Romain, les deux nouveaux numéro 10 de la team spartakiste, prennent tranquillement leurs marques.

Les va-et-vient se font plus incisifs, Gaby s’offre une première parade pour la photo (le photographe était sur le terrain, dommage…). Les attaquants spartakistes s’essaient tour à tour devant le but adverse, en vain. Finalement, c’est au bout d’une petite vingtaine de minutes que le match s’emballe. Et c’est le nouveau venu Javier qui fait tout l’étalage de sa grinta, remonte la balle et décoche une frappe imparable à l’entrée de la surface (0–1) ! Emballé, c’est pesé. Mais ce n’est pas suffisant pour les Spartakistes, bien décidés à doubler la mise. Ah, on commencerait bien à prendre goût à la victoire !

Pas rassasiés pour un sou – ou pour un euro de cotisation spartakiste, c’est selon –, les noirs et rouges s’offrent un deuxième but dans la foulée par l’intermédiaire de Romain, qui flaire le bon coup et chipe le ballon au défenseur adverse, avant d’ajuster le gardien d’une frappe au ras du poteau (0–2) !

L’heure des ajustements téqueniques et taqueniques !

Alors que l’on pensait les Spartakistes partis sur de très bons rails, la partie se rééquilibre brusquement à l’approche de la mi-temps, suite à deux frappes coup sur coup qui n’ont laissé aucune chance à Gaby (2–2). Le Spartak nous offre alors un de ses légendaires coups de mou, il est temps que la pause arrive pour réorganiser les troupes…

Alors que la pluie s’invite sur le synthétique flambant neuf, la seconde période repart sur les mêmes bases que la précédente : les attaques redoublent d’intensité, les défenses plient mais ne rompent pas. L’heure n’est définitivement pas à la guerre des tranchées. La joute que livrent les deux camps est parfaitement équilibrée, jusqu’à un coup du sort, au bout d’un quart d’heure : sur une balle en hauteur renvoyée de la tête par le double mètre d’Axel (on arrondit, hein), un attaquant wattignisien décoche une frappe en cloche à l’entrée de la surface qui lobe le pauvre Gaby, parti aux champignons selon ses dires (3–2). Cruel !

Après la cueillette des champignons, c’est la saison des vendanges qui s’ouvre pour ce dernier quart d’heure : tout le monde aura tenté sa chance devant les buts adverses, mais personne n’aura retrouvé la clé… Cruel pour un match pourtant très équilibré et indécis jusqu’au bout !

La tristesse se lit sur les visages… avant l’arrivée salvatrice des bières !

L’histoire retiendra donc que c’est au stade Debuchy que le Spartak a connu son premier revers de la saison. Une défaite encourageante, dira-t-on. Au-delà de cette déconvenue (on nous a pourtant dit qu’il fallait muscler notre jeu !), la bonne ambiance spartakiste a encore une fois été au rendez-vous !

Prochaine échéance lundi 16 octobre, avec un long déplacement chez une équipe bien connue des Spartakistes, sur les terres de Camphin-en-Carembault, où trône un bout de terrain vallonné et agrémenté de buts pas très droits. La promesse d’un épisode gourmand-croquant des Yeux dans les Gueux !

D’ici là…

Résultat de recherche d'images pour "jean rochefort garde la peche gif"


Championnat loisir – Phase de poules – Journée 2
LILLE SUD 3 – SPARTAK LILLOIS
02/10/2017

Pluie… de buts à Berkani !

Lundi 02 octobre – 19h30, les spectateurs (45.000 selon les organisateurs, 2 selon la police) se massent devant l’entrée du Stade Driss Berkani de Lille Sud, les CRS, estimant que l’enjeu de la rencontre (deuxième match de la saison) ne nécessitait pas un déploiement de grande ampleur, ne sont pas venus. Les deux spectateurs, un de chaque équipe, sont invités à rentrer dans le stade et ont le privilège de rencontrer leurs idoles dans les vestiaires. Serrages de mains, photos, autographes et l’heure du match arrive.

Après quelques frappes d’échauffement, pour la plupart détournées par l’excellentissime Valentin, on sent que les Spartakistes ont envie d’en découdre. 20h12, le match commence ! La foule en délire n’a qu’une seule envie… Se masser sous les parapluies.

Le froid alentour est vite comblé par un match qui semble verrouillé mais tendu. Les deux équipes ne veulent pas se livrer. Elles se connaissent et l’entraîneur spartakiste nous confiait avant le match que la défaite de l’an passé était due à trop d’exposition aux contre-attaques de la part de ses joueurs.

Cenk, Valentin et Ben gardent la cage spartakiste sous une pluie battante

Un jeu relativement haché nous est proposé dans les 10 premières minutes, la pluie n’aide pas, quand soudain, un centre de l’équipe de Lille Sud, qui semblait anodin, sème le doute dans la défense Spartakiste, le gardien et le défenseur ne se comprennent pas, le ballon passe entre les deux, arrive dans les pieds du numéro 10 adverse qui n’a plus qu’à tirer dans un but vide (0–1).
Plus de calcul, les Fivois doit marquer et c’est Michael qui s’en charge à peine 2 minutes après l’ouverture du score, d’une splendide frappe de loin, il ne laisse aucune chance au gardien adverse : 1–1 !

Le Spartak ne semble pas décidé à se contenter du nul : Michael, décidément très en forme, octroi un caviar de passe en profondeur pour un Ben qui doit en être à sa 36e course. Ben récupère cette passe, se présente face au gardien, frappe et… Parade du goal adverse ! Avec la pluie, impossible pour lui de capter le ballon qui file vers le corner. Mais Benjamin, vraiment décidé à marquer continue sa course, s’empare du ballon et frappe en ne laissant aucune chance au gardien cette fois-ci. Le Spartak vire en tête (2–1).

Alors que l’on pense que le match est fait, que les Spartakistes vont maintenant dérouler, Geoffrey offre un penalty plus que litigieux à l’équipe adverse avec une main signalée, bien que collée au corps, dans la surface, au bout d’une action chaude où la balle a notamment tutoyé le poteau.

Il reste quelques minutes à peine avant la mi-temps quand l’attaquant adverse prend son élan, tire et…. marque son penalty. D’autant plus rageant pour le supporter de l’Est de Lille qui voit Valentin détourner le ballon mais pas assez… (2–2)

MI-TEMPS ! Beaucoup de critiques liées au penalty, on comprend la frustration des joueurs du Spartak, d’autant plus qu’un autre aurait pu leur être accordé à cause d’une faute sur Clément à la 15e minute. De la stratégie malgré tout : la décision de cadenasser le numéro 10 adverse, véritable métronome sur la pelouse, va-t-elle s’avérer payante ?

Le match reprend, le supporter de Fives y croit, il sent que son équipe est capable de le faire.
Clément, encore revanchard de la faute non sifflée qu’il a subie en première mi-temps, rentre encore plus motivé dans ce second acte que Sergio Ramos sur un corner à la 93e, et c’est sur un contre magnifiquement joué avec Thomas qu’il se présente face au gardien et inscrit le but du 3–2 ! Deux minutes après, le match s’emballe, main, cette fois-ci flagrante, d’un joueur de Lille Sud dans la surface, penalty indiscutable. Clément s’empare du ballon (les rumeurs disent qu’à l’instar du PSG, les 16 co-présidents du Spartak auraient offert 2 millions à Nordine pour qu’il accepte de laisser Clément tirer). La pression sur les épaules de Clément au moment de frapper se ressent dans tout le stade. Le break est à portée de crampons, il s’élance et catapulte le ballon en pleine lucarne. Le gardien qui était pourtant parti du bon côté ne peut rien faire devant une telle frappe.

4–2, le Nice-Marseille de la veille est présent dans toutes les têtes, il faut maintenant gérer cette avance pour les 25 minutes restantes.

Mais NON ! Les joueurs du Spartak ne calculent pas, jouant sur le fait qu’ils ont un remplaçant et pas l’équipe adverse, ils appliquent un pressing haut, Thomas fait des efforts inconsidérables, c’est à se demander si il va pouvoir finir le match (je vous le dis tout de suite, non-seulement il terminera mais en plus en beauté) et ses efforts sont récompensés quand sur une perte de balle de Lille Sud, la balle est passée sur l’aile à Clément qui centre-tire et après un léger cafouillage, Thomas contrôle le ballon et troue les filets ! (5–2)

Le pressing de Thomas a payé à plusieurs reprises

On se demande ensuite qu’elle pluie est la plus forte : celle de molécules d’H2O ou celle des buts marqués par le Spartak. Ce diable de Michael récupère le ballon sur une nouvelle presse parfaitement exécutée de la part des rouges et noirs et décoche une frappe tendue au ras du poteau ! (6-2)

La frappe canon de Michael

Ben, que l’on n’a plus vu depuis la mi-temps – et pour cause, il se reposait sur le banc –, rentre, se retrouve étrangement seul dans la surface et marque (7–2).

Parenthèse poésie dans les assauts Spartakistes quand à la 52e minute, l’aîné des joueurs de Lille Sud dépose un retourné d’école. Cela manque de force et Valentin, bien que refroidi lui aussi, s’en saisit et relance sur Thomas, son camarade de la fratrie infernale des Becquembois, qui lance un contre et tente une première frappe. C’est repoussé, mais ce n’est que partie remise après quelques maladresses de l’équipe adverse Thomas s’offre donc lui aussi un doublé ! (8-2)

Une fin de match sur les bases du début de match, moyenne avec quelques tentatives repoussées des deux côtés… et à la douche ! (Bien que tout le monde soit déjà bien mouillé) ! Fin du match, 8–2. Bravo le Spartak qui sait remercier son supporter qui a fait les 3,4 kilomètres de déplacement et qui lui offre une ola, puis une de ses fameuses « serpillières » (cf. tuto : « Comment une équipe déclare forfait au bout de 2 journées car tous les joueurs sont blessés »).

Extrait du tuto « Comment une équipe déclare forfait au bout de 2 journées car tous les joueurs sont blessés »

Deux victoires enchaînées pour le Spartak, c’est beau, c’est émouvant, c’est plein d’espoir pour la suite ! Mon enflammade du lundi, c’est eux !


Championnat loisir – Phase de poules – Journée 1
LOMME MIAGIC – SPARTAK LILLOIS
25/09/2017

Le Spartak prêt à en découdre !

Enfin ! La reprise tant attendue du Spartak en championnat de foot loisir a donc eu lieu ce lundi soir. Après une défaite encourageante contre Lomme 2 en coupe (4–5), au stade Charles Gide de Lomme (voir plus bas), c’est sur ces mêmes terres que les Spartakistes reviennent, pour affronter Lomme Miagic à l’occasion de la première journée de championnat.

Et comme le veut le vieil adage, on ne change pas une équipe qui perd ! Alors que Geoffrey et Michael connaissent leur baptême du feu en championnat, les vieux briscards sont toujours présents : Nordine le serial-buteur maison, Alexis et ses fameuses « calouches », le charismatique « coach » Axel, Cenk le « défonceur », le fabuleux dernier rempart Valentin, le légendaire Benjamin et, enfin, Clément et ses courses intergalactiques. Seuls les deux Thomas manquent à l’appel pour cette première. Après quelques échauffements toujours aussi approximatifs, les Spartakistes sont prêts à se lever et à faire front !

Une fois n’est pas coutume, c’est un match à 6 contre 6 qui attend le Spartak ce lundi soir. Après des premières minutes équilibrées, entrecoupées de quelques actions de part et d’autre, les rouge et noir prennent vite possession du ballon et assiègent le but adverse. S’en suit alors une longue période d’occasions infructueuses, notamment des retournés d’Alexis et Axel qui frôlent le cadre adverse. À force de tenter et d’insister pour marquer de la plus belle manière possible, c’est finalement au bout d’une vingtaine de minutes que la lumière est venue de Laurent Blanc… euh d’Axel, dont la frappe molle passe entre les jambes du gardien lommois (0–1). On repassera pour la manière, mais c’est un grand ouf de soulagement qui traverse le stade et toute la métropole lilloise…

L’explosion de joie après le premier but…

Partis en si bon chemin, les Spartakistes se font néanmoins surprendre par un centre-tir détourné par un Val vigilant, puis par une frappe qui termine sur le poteau avant d’être repoussée sur la ligne par un retour salvateur de Nordine ! Pourtant, alors que la mi-temps se profile et que les démons de l’éga-léga-li-sa-tion guettent la troupe spartakiste, c’est bien le Spartak qui enfonce le clou grâce à Benjamin, servi sur un plateau devant le but (0–2).

C’est donc devant au score que les Spartakistes rejoignent les vestiaires – enfin, un coin du terrain, quoi –, conscients qu’il en faudra tout de même plus pour assurer la victoire. Entre quelques frappes hors cadre pour se remettre en jambes, on refait le match, on se chambre – beaucoup – et on se réhydrate – un peu…

Reconstitution des faits (personnage inspiré de la réalité)

Au retour des vestiaires – ou du coin du terrain, donc –, le Spartak fait face à une équipe lommoise retrouvée, qui part à l’assaut des cages spartakistes. Après quelques premiers assauts péniblement mais courageusement repoussés par une défense menée par le redoutable Cenk, le Spartak craque finalement : sur une frappe bien placée, Valentin, alias « El Gato negro » (© Nordine), plonge et parvient à détourner le ballon vers… sa propre jambe, qui termine le boulot en beauté ! Du grand art… (1–2)

Il n’en fallait pas plus pour sonner la révolte spartakiste ! Et qui de mieux pour l’incarner que les nouvelles recrues spartakistes, Michael et Geoffrey. C’est notamment Geoffrey qui ne laisse pas de place au doute en déboulant sur le côté droit quelques secondes plus tard, pour son premier but sous ses nouvelles couleurs (1–3) ! Les deux compères se transforment alors en machines à passes décisives (3 pour Michael, 2 pour Geoffrey)…

Et comme ne le dit pas l’adage, la foudre spartakiste frappe plusieurs fois au même endroit ! C’est d’abord Nordine qui, survolté par la présence de sa supportrice numéro un, aggrave le score d’une frappe rageuse et justifie sa réputation de serial-buteur du Spartak (1–4)Axel lui emboîte le pas et s’offre un doublé sur une subtile déviation (1–5) ! Avant d’être imité par Clément qui, tel un Matuidi des grands soirs, virevolte majestueusement au cœur de la défense adverse et alourdit la marque après une demi-douzaine de contres favorables (1–6).

Après ce déluge de buts, il fallait bien un coup de mou – que serait le Spartak sans ses légendaires coups de mou ? Lomme Miagic en profite pour remonter à la marque, d’une tête parfaitement placée (2–6) puis suite à un duel remporté par l’attaquant (3–6). Mais décidément, le Spartak n’avait pas envie de se faire de frayeur aujourd’hui. C’est tout d’abord Alexis, après une multitude de « calouches » plus ou moins cadrées mais toutes infructueuses, qui finit par renoncer à la beauté du geste en s’offrant un but « normal » (3–7). Et enfin, pour clore la marque, on retrouve l’inévitable Nordine qui devance la sortie du gardien adverse et fait définitivement taire ses détracteurs (3–8) !

C’est donc sur un score fleuve que le Spartak entame sa saison de la plus belle des manières. Outre la victoire, il y a également le plaisir d’avoir gagné en équipe dans l’ambiance que l’on aime tant retrouver en foot loisir (merci à Lomme Miagic pour votre accueil, au passage !).

Prochaine étape, un déplacement sur le terrain de Lille Sud lundi prochain, au stade Berkani ! Dépassera-t-on le record d’affluence de l’année (1) ? Réponse dans une semaine 😉 (Ça veut dire qu’on vous attend nombreux !)


Coupe Terrier – Phase de poules – Journée 1
LOMME 2 – SPARTAK LILLOIS
21/09/2017

Jeudi 21 septembre, 20 heures. Après des mois d’attente, le grand moment est enfin arrivé : la reprise de la saison de foot loisir.

L’image contient peut-être : arbre, ciel et plein air

Pour ce premier rendez-vous, c’est le charme de la coupe avec un déplacement au stade Charles Gide de l’équipe de Lomme qui attend les rouges et noirs. Malgré un effectif encore limité avec seulement 11 licenciés, c’est une équipe motivée qui se retrouve. Aux 6 vieux briscards s’ajoutent deux nouvelles recrues, Michaël et Geoffrey, qui revêtent la tunique spartakiste avec fierté et prennent place sur l’herbe fraîche.

Les retrouvailles passées, les visiteurs reprennent vite les bonnes habitudes. Un échauffement bâclé qui se résume par quelques anecdotes de vacances entrecoupées de frappes largement hors cadre dans des ballons encore tout mous de la trêve estivale.

Résultat, le coup d’envoi de la saison n’est pas donné depuis deux minutes que l’équipe est cueillie à froid. Une défense trop passive, un gardien pas bien réveillé et ça fait 1–0 pour LOMME. Une ouverture du score néanmoins chanceuse avec un ballon qui file entre les jambes bien trop arquées de Jean-Michel-Valentin.

Loin de baisser la tête, le Spartak rentre peu à peu dans son match. Les muscles se chauffent, les articulations se dérouillent, et les cerveaux fument. C’est d’ailleurs grâce à une action fort intelligente que l’égalisation arrive. Auteur d’une très belle diversion, le fougueux Thomas embarque la défense sur une fausse piste avec un appel aussi visuel qu’audible sur son côté droit fétiche (« OUAIIIS VAS-Y LA PASSEEEE OUAIIIIIIIIIIIIIIIS ! ». Le subterfuge fonctionne à merveille et l’ensemble des 7 joueurs, gardien compris, se mettent à plaquer Thomas au sol à l’extrême droite du terrain. (image ci-contre) Alexis n’a plus qu’à offrir, sur un plateau d’argent, le but du 1–1 à Clément, seul sur sa gauche. Ce dernier ne tremble pas, et inaugure comme il se doit ses nouvelles chaussures en poussant le ballon au fond des filets – plat du pied, sécurité !

La palette

La machine est lancée, et plus rien n’arrête les Spartakistes. Sur une belle récupération, Michaël réussit un petit pont et adresse un centre d’une précision chirurgicale qui traverse tout le terrain. A la retombée, la tête croisée de Ben ne laisse aucune chance au gardien et fait passer le Spartak en tête. (1–2) C’est bien, c’est beau, c’est propre ! – Une action qui laisse entrevoir la qualité de passe de la nouvelle recrue spartakiste dont la clause libératoire fixée à 1 € par mois devrait décourager le Qatar-Saint-Germain.

Conscient d’être dans une phase positive, le Spartak pousse et enchaine les occasions. La calouche© d’Alexis touche la barre et Lomme reste au contact.

Ne réussissant pas à s’envoler au score, les Spartakistes commencent à reculer et se retrouvent acculés devant leurs buts. Le manque d’oxygène se fait sentir dans beaucoup de jambes. Un à un, les Spartakistes titubent, puis tombent face contre terre suite à une préparation physique jugée trop légère par les experts. Lomme en profite et revient au score suite à un face-à-face gagné venant de l’aile gauche. (2–2)

Certains disent sur les plateaux TV que si on a pas de Rolex à 50 ans, on a raté sa vie. D’autres  confondent foot loisir et Champions League en beuglant que « si on a pas de montre, on ferme sa gueule ». Toujours est-il que le Spartak n’était pas à l’heure de la victoire ce jeudi soir.
Il aura manqué quelques minutes de plus dans les jambes et dans les têtes. Nous repartons du stade Charles Gide avec une première défaite mais le plaisir d’avoir repris nos marques en championnat loisir. Un scénario cruel qui laisse toutefois entrevoir de belles perspectives !

Piqués au vif par cette égalisation, les rouges et noirs montent le bloc équipe d’un cran et se lancent à l’assaut des buts adverses. C’est sur l’une de ces actions que Nordine se retrouve littéralement fauché par un défonseur adverse en pleine surface de réparation, devant les yeux écarquillés de sa dulcinée venue courageusement soutenir son… équipe favorite, portant l’affluence à un chiffre record d’une spectatrice ! Un bisou magique plus tard, le valeureux Nordine se fait justice seul en catapultant le penalty au fond des filets. (2–3) (ndlr : l’histoire a oublié la victime de la faute, nous avons donc choisi un joueur au hasard, l’exactitude journalistique repassera…). C’est sur ce score heureux mais serré que la mi-temps est sifflée !

Mais décidément, le Spartak est bien trop fair-play et laisse encore une fois ses adversaires revenir dans le match. Alors que Lomme n’y arrive vraiment pas, c’est d’un petit coup de patte pervers que Thomas, membre de la fratrie infernale des Becquembois, aidera les locaux à revenir en trompant son propre frère, Val, qui ne peut que constater les dégâts. Un CSC en bois qui laisse le Spartak le bec dans l’eau et remet le score à l’équilibre, (33).

C’est alors que Ben décide de faire son retour sur le terrain. Tel un vieux briscard, il se fait oublier côté droit et se retrouve bien servi par une passe en profondeur. Bien qu’excentré, il prend alors sa chance de loin et envoie le ballon au second poteau, dans la lucarnnnee, c’est magnifique, du football champagne ! Un second but pour Ben qu’il ira dédicacer à la regrettée Liliane Bettencourt et à ses 35 milliards, parce qu’il le vaut bien. RIB Liliane. (3–4)

Le Spartak pense alors avoir fait le plus dur et se retrouve à défendre bec et ongle sa courte avance. Mais il était écrit que rien ne devait tourner en notre faveur pour cette reprise. Après avoir encaissé un but entre les jambes, après avoir touché la barre, après avoir marqué un magnifique CSC, le Spartak craque, et recraque dans les dernières minutes. 4–4, et 5–4, malgré les occasions manquées de l’attaque adverse et les arrêts de Val qui n’ont que retardé l’échéance

Un défaut d’affichage du temps sur le panneau officiel rend la fin de match confuse. Le Speaker annonce d’abord un temps additionnel de 6 minutes, avant de se contredire en s’égosillant « DERNIÉRREEE ACTIOONNN » peu de temps après le but du 5–4. Ne voulant pas rentrer dans la polémique, le Spartak accepte la défaite et rentre aux vestiaires la tête haute.Résultat de recherche d'images pour "temps additionnel"Certains disent sur les plateaux TV que si on a pas de Rolex à 50 ans, on a raté sa vie. D’autres confondent foot loisirs et Champions league en beuglant que « si on a pas de montre, on ferme sa gueule ». Toujours est-il que le Spartak n’était pas à l’heure de la victoire ce jeudi soir.

Certains disent sur les plateaux TV que si on a pas de Rolex à 50 ans, on a raté sa vie. D’autres confondent foot loisir et Champions League en beuglant que « si on a pas de montre, on ferme sa gueule ». Toujours est-il que le Spartak n’était pas à l’heure de la victoire ce jeudi soir. Il aura manqué quelques minutes de plus dans les jambes et dans les têtes. Nous repartons du stade Charles Gide avec une première défaite. Un scénario cruel mais qui laisse entrevoir de belles perspectives.

C’est la rentrée du Spartak !

Le Spartak repart de plus belle en septembre avec des nouveautés !
– La séance de football aura désormais lieu le mardi au stade Baratte et durera une demi-heure de plus
– Le mercredi, un nouveau créneau de renforcement musculaire s’ajoute au calendrier spartakiste
– Le basket et le handball deviennent des séances hebdomadaires
– Un double créneau est désormais proposé le dimanche à la salle FCB : handball à partir de 18h, puis une nouvelle séance à partir de 20h, alternant badminton, volley et initiations. La salle d’évolution restera à disposition pour une pratique libre

Et tout cela pour 1 euro par mois, évidemment !
Nous vous attendons donc nombreux pour cette rentrée spartakiste qui promet d’être sportive, populaire et solidaire !

Tournoi de football populaire du Spartak – Édition 2017

Après deux ans d’absence, le tournoi historique du Spartak lillois est enfin de retour !

Événement majeur de la rentrée sportive spartakiste, la grande fête du football populaire et solidaire sera organisée le samedi 26 août 2017 toute la journée (9 h/17 h), cette fois-ci au stade Baratte (Lille-Fives, métro Marbrerie).

Cette année, au vu de la capacité d’accueil et d’animation possible, c’est un tournoi de football simple et efficace que nous vous proposons avec au programme :
– Tournoi de football à 7 à partir de 9 h (16 équipes maximum)
– Un stand pour découvrir tout l’univers du Spartak
– Un espace mölkky/pétanque ou d’initiation au football triolectique (à confirmer)
– Une buvette pour vous restaurer et vous hydrater !
Le tout dans une ambiance conviviale, populaire et solidaire 🙂

Sur le terrain, nous ferons comme toujours la promotion d’une pratique sportive conviviale où le fair-play est à l’honneur. Faisons la démonstration concrète que, dans la défaite ou dans la victoire, chacun peut prendre un maximum de plaisir à jouer au football !

Si vous souhaitez vous inscrire individuellement, à plusieurs ou en équipe, c’est maintenant qu’il faut rentrer dans le game !

Sachant que les places sont limitées, merci de vous inscrire avant le 20 août par mail à l’adresse suivante : spartaklillois@gmail.com.

Inscriptions gratuites
Plus d’infos : http://www.spartaklillois.org

« Tournoi de Gernelle pluvieux, tournoi de Gernelle heureux ! »

Après un grand cru 2016, le Spartak s’est déplacé pour la cinquième année consécutive en terres ardennaises, les 30 juin et 1er juillet, à l’occasion du désormais célèbre tournoi de Gernelle. Un moment de sport convivial incontournable du calendrier spartakiste !

Au programme des festivités, un accueil chaleureux au stade dès le vendredi soir en compagnie de nos chers Gernellis et de nos amis allemands du FC akut Rangers 05, avant de prendre part au tournoi dès le lendemain après la traditionnelle nuit de camping.

Côté comptable, le bilan est parfaitement équilibré : sous une pluie soutenue qui s’ajoute au cadre pittoresque et forestier du tournoi, le Spartak enregistre 2 victoires, un match nul et 2 défaites, avec 3 buts marqués contre deux encaissés, et décroche une 4e place malgré tout frustrante au vu du « beau jeu » offert par la troupe spartakiste.

Mais l’essentiel est évidemment ailleurs : merci encore une fois à nos amis de Gernelle de nous offrir ces moments ! À l’année prochaine !

Et comme le veut l’adage ardennais : « Tournoi de Gernelle pluvieux, tournoi de Gernelle heureux ! »

Demandez votre maillot !

Depuis deux ans et la sortie des nouveaux maillots de foot du Spartak lillois, de nombreux fans du monde entier nous ont sollicités pour acquérir la tunique spartakiste. Nous avons donc décidé de lancer une nouvelle commande à destination des membres, amis et soutiens de l’association.

Pour vous procurer cette pièce incontournable de la mode lilloise, il vous suffit de nous contacter par mail à l’adresse spartaklillois@gmail.com et de nous communiquer les éléments suivants :
TAILLE
NOM et NUMÉRO sur le dos du maillot

Côté prix, un maillot nous coûte 20 € : vous pouvez donc l’acheter en choisissant votre prix idéal entre 20 et 100 € (prix de soutien :D). À noter qu’un surcoût sera à prévoir si un envoi postal est nécessaire 🙂

Côté sponsor, nous sommes fiers d’afficher le logo du MUSICAL, bar de Lille-Fives qui développe la vie culturelle et sociale du quartier. Expos, concerts, soirée thématiques, karaokés, barbecue entre voisins… Le Musical est un vrai lieu de vie, de partage et d’échanges. C’est un poumon fivois dont le logo trône fièrement sur les abdos spartakistes.

Nous avons également eu à cœur de faire figurer sur ce maillot le logo de Liberté Hebdo, journal régional et militant, qui reste un soutien actif et important de notre association.

Les maillots commandés seront disponibles à partir de fin août/début septembre (date exacte à définir).

Date limite des demandes : mercredi 21 juin à 23h59 !

Calendrier associatif et sportif du mois de Juin 2017

En Juin, on fais le plein !

Le calendrier sportif et associatif du mois de juin est riche en événements !
Au programme : le Fivestival avec le tournoi du Spartak tant attendu : la Fiv’ international Mölkky cup, un échange interculturel et sportif avec un groupe de jeunes allemands, une sortie à vélo inédite vers les côtes de la mer du nord, la participation à la fête de clôture du printemps de St Maurice et quelques surprises à découvrir au plus vite.

⚠️ ATTENTION ⚠️ – Dernier mois pour profiter pleinement des créneaux sportif à 1€ / mois avant les vacances d’été.


En Mai, on a aimé…

➡ Un match amical international épique

➡ Un tournoi sportif sous le signe de la solidarité

➡ Une préparation active de la Fiv’ internationale mölkky cup’

Aidé par plusieurs bénévoles, les spartakistes ont réalisés plus de 100 jeux de mölkkys en prévision du fivestival. Un travail fait avec passion dans l’optique de vendre ces jeux à prix démocratique afin que les habitants du quartier puissent s’équiper.