Archives pour la catégorie Actualités

Planning de rentrée

📢 Vous avez été des milliers (à deux ou trois près), à nous réclamer le planning de la rentrée 2019 du Spartak lillois… Alors, il a troqué ses espadrilles et ses boules de pétanque contre des habits neufs et son quatre couleurs, et le voici ! 🎉

La rentrée 2019 s’accompagne de nouveautés / changements !

✏️ Le dimanche, à 18h, on alterne volley et badminton, une semaine sur deux. La méditation se déroule en même temps, dans la petite salle. À 20h, tous les dimanches : handball.

✏️ On relance le running, emmené par François ! Deux propositions ce mois-ci.

On a hâte de vous revoir / rencontrer / découvrir / retrouver, sur les terrains !

👊 Le Spartak lillois, ce sont des créneaux de sport ouverts à tou.tes : anciens et nouveaux, confirmés et débutants, et le tout, pour 1 euro par mois, dans un esprit populaire et solidaire !

Publicités

Licences de foot loisir 2019 – 2020 : les inscriptions sont ouvertes !

La nouvelle saison de football loisir commence mi-septembre. Le Spartak lillois, association sportive militante pour un sport populaire et solidaire, engage une nouvelle fois deux équipes pour le championnat.

Chaque équipe se compose de 15 joueurs environ, pour 7 joueurs sur le terrain (6 + 1 gardien).
Le Spartak vous propose de rejoindre l’une des deux équipes pour diffuser au travers de la compétition notre pratique d’un football solidaire, populaire et fair-play.

Nous ouvrons dès aujourd’hui les inscriptions pour les nouvelles licences : elles se font par internet en envoyant un mail à spartaklillois@gmail.com.

Nous prévoyons une réunion début septembre (date à venir) pour définir tous ensemble l’organisation des équipes et rappeler les valeurs que le Spartak porte en compétition.
Il est important de rappeler avant cette réunion que la régularité (été comme hiver) est un critère majeur dans la cohésion d’équipe. Sachant quand la majeure partie du championnat se déroule en automne et en hiver, si vous ne voulez pas jouer quand il fait froid ou quand il pleut, le Spartak propose également du sport en salle !

Nous prévoyons une réunion début septembre (date à venir) pour définir tous ensemble l’organisation des équipes et rappeler les valeurs que le Spartak porte en compétition.

Pour participer à la compétition, le Spartak demande une cotisation de 50 € par personne pour la saison. Ce prix permet de couvrir les frais d’affiliation à la FFF et d’acheter du matériel pour jouer. Il est également possible de régler en même temps les 12 € d’adhésion annuelle à l’association, pour ne plus devoir y penser 😉

Il faut compter en moyenne un match de championnat toutes les semaines en dehors des périodes de vacances scolaires, le lundi soir à l’extérieur ou, grande première depuis 3 ans, le jeudi soir à domicile au stade Baratte. Nous aurons également des rencontres amicales et quelques matchs de coupe, voire plus si on va loin !

Pas de panique, pas de licence obligatoire pour les séances ouvertes du mardi qui feront leur retour dès septembre ! N’oubliez pas : 1 € de cotisation par mois.

Du point de vue administratif : il est impératif d’avoir un certificat médical en règle pour valider les inscriptions, qui se trouve SUR la demande de licence version papier, à télécharger ici. Si vous avez des difficultés à le remplir, n’hésitez pas à nous contacter. À noter qu’en cas de première demande, une photo d’identité et une photocopie de pièce d’identité sont également à fournir.

LES PREMIERS À PAYER LA LICENCE SERONT LES PREMIERS INSCRITS.
Il reste très peu de places pour intégrer les équipes, soyez réactifs !

À très vite sur les terrains !

Tournoi de football populaire du Spartak – Édition 2019

Bannière-Facebook

Événement majeur de la rentrée sportive du Spartak lillois, la grande fête du football populaire et solidaire est de retour !

Rendez-vous le samedi 24 août toute la journée (9 h – 17 h 30)
au stade Baratte (Lille-Fives, métro Marbrerie).

Nous vous proposons cette année un tournoi de football simple et efficace, avec au programme :

  • Un tournoi de football à 7 à partir de 9 h (12 équipes maximum)
  • Un stand pour découvrir tout l’univers du Spartak et préparer la reprise
  • Une buvette et un stand de restauration à prix populaire et solidaire
  • Et pour finir, une ambiance spartakiste comme on les aime !

Plus d’informations sur l’organisation du tournoi seront données au cours de l’été.

Sur le terrain, nous ferons comme toujours la promotion d’une pratique sportive conviviale où le fair-play est à l’honneur. Faisons la démonstration concrète que, dans la défaite ou dans la victoire, chacun peut prendre un maximum de plaisir à jouer au football !

Si vous souhaitez vous inscrire individuellement, à plusieurs ou en équipe, c’est maintenant qu’il faut rentrer dans le game !
Sachant que les places sont limitées, merci de nous contacter à l’adresse suivante : spartaklillois@gmail.com.
Pour les inscriptions en équipe, une fiche d’inscription rapide vous sera envoyée.

L’inscription est totalement gratuite.
Néanmoins, dans le cadre d’une collecte que nous organisons à destination des associations locales venant en aide aux publics défavorisés, nous invitons les équipes participantes à rassembler, dans la mesure du possible, des vêtements de sport et équipements pour permettre à tous d’accéder à une pratique sportive !
Plus d’infos : spartaklillois@gmail.com

Le planning du mois de juin est là !

En juin, on chamboule les dimanches ! Le volley revient à 18 heures, en alternance avec le badminton. Pas mal de changements dus au jour férié, à un tournoi de hand… Consultez bien le calendrier !

La réunion de bureau du lundi 10 juin est ouverte à tou.te.s : n’hésitez pas à passer prendre l’apéro avec nous !

Les créneaux sont ouvert à tou.te.s, pour 1 euro populaire et solidaire par mois !

A très vite sur les terrains !

Les Yeux dans les Gueux – Alerte a MELibu

Dans le district loisir Flandres, les crimes footballistiques sont considérés comme particulièrement monstrueux. À Lille, les inspecteurs qui enquêtent sur ces crimes sont membres d’une unité d’élite appelée Unité spéciale spartakiste. Voici leur histoire. TIN-TIN !


Championnat loisir – Groupe G – Journée 10
MEL 1 – Spartak lillois 2
06/05/2019

C’est le grand jour tant attendu, le Spartak 2 affronte la grande équipe de la MEL, première au classement. Et quoi de plus beau que de jouer dans l’ancien stade du LOSC, théâtre des rêves pour les uns, théâtre tout court pour les autres ? (En vérité, c’était un stade annexe.)

Un super soleil s’est également invité et reflète les magnifiques corps et chevelures de nos joueurs ! Gros sourire en arrivant, la petite bise, et les histoires de picole du week-end  résonnent dans le vestiaire. On chausse les crampons chaussés, on crache dans les gants et l’échauffement peut commencer !

Geoffrey, Nordine, Léo, David, Omar, Clément, Roux, Javier et Tito sont dans la place. Échange des premiers ballons et discussions en tous genres sur la stratégie la plus adéquate : les gars sont chauds et plus que déterminés pour la victoire !

Chapitre 1

Coup d’envoi donné par la MEL au son d’un salut général effectué par les deux équipes ! C’est parti, le niveau est directement présent, ça commence fort et ça dans les deux camps. Du jeux en une touche de balle et beaucoup d’intensité. La MEL prend la possession de la balle et fait tourner celle ci au rythme d’un match de ligue des champions !

En face, le Spartak  répond présent avec un mur défensif bien en place, lucidité parfaite de nos défenseurs qui relancent sur les côtés afin de permettre de grosses accélérations des attaquants. Le trio de choc Tito-Omar-Javier file vers le but à de multiples reprises mais se heurte à une défense bien resserrée dans l’axe.

La MEL n’en perd pas une et monte dés qu’elle le peut, causant plusieurs frayeurs, mais notre grand gardien David a décidé de nous sortir son plus beau match de la saison !

Voilà dix minutes passées et toujours pas de but. Les deux équipes s’acharnent mais c’est bel et bien le Spartak qui va débloquer la situation : une montée de Tito et un enchaînement de dribbles avec Omar viennent créer le danger, une frappe est placée par l’un de nos attaquants mais celle ci est contrée et revient dans les pied de Roux. Dans la continuité, un centre est déclenché, la balle redescend 10 mètres devant le gardien. Un spartakiste réceptionne le colis, passe directement le ballon en retrait et Omar vient mettre un plat du pied directement dans le coté opposé, imparable, c’est le but ! (0 – 1) Le Spartak mène et ça on aime.

Le match reprend tambour battant. On reste super concentré, mais l’adversaire est plus que coriace et force David à continuer son récital. Suite à une énième incursion, la MEL finit par trouver la faille. Suite à un tir lointain à ras du sol l’attaquant adverse voit le cuir lui revenir dans les pieds, se retourne rapidement et ajuste David à bout portant (1 – 1). Pas illogique au vu du match.

L’intensité ne redescend pas, mais c’est décidément sous le signe du Spartak qu’était placée cette première mi-temps. Suite à une contre-attaque côté gauche emmenée par Geoffrey, c’est une nouvelle fois Omar qui profite d’un judicieux centre en retrait pour nous gratifier d’une frappe entre les jambes du portier adverse ! (1 – 2)

C’est sur ce score donc que la première mi-temps se termine. Ce fut à n’en pas douter l’une des meilleures période de notre saison : un David des grands soirs, une équipe extrêmement solidaire défensivement, extrêmement efficace devant et le soupçon de chance pour assaisonner le tout.

Une peut être trop bonne prestation même. Les congratulations vont bon train à la mi-temps, les jambes sont lourdes. Et c’est probablement trop confiants que nous reprenons ce match. Ajoutez à cela une équipe de la MEL bien décidée à nous montrer pourquoi elle est leader de la poule avec autant de victoires que de matchs joués.

Chapitre 2

Le chapitre 2 sera relativement expéditif et vous comprendrez vite pourquoi.

Hélas, Nous n’avons pas tenu longtemps face à l’impressionnant pressing adverse. La seconde période se transforme rapidement en une démonstration, une correction même soyons honnêtes.

Pertes de balles, impossibilité de remonter le cuir et d’être un minimum dangereux, les buts s’enchaînent : 2 – 2, 3 – 2, 4 – 2, 5 – 2, 6 – 2 et 7 – 2 pour terminer.

Le chroniqueur ne vous détaillera pas ces buts, son cerveau ayant décidé de les effacer rapidement de sa mémoire.

Nous repartons donc de Villeneuve-d’Ascq épuisés, mais satisfaits d’avoir pu comparer notre niveau à celui du champion. Merci à la MEL pour l’accueil !


Championnat loisir – Groupe F – Journée 10
AS Lille 2 – Spartak lillois 1
07/05/2019

On a fait la part belle a match au sommet du Spartak 2, le résumé du Spartak 1 sera volontairement plus court.

C’est un Spartak 1 diminué par les absences et les blessures qui se présente à Lille Sud ce mardi 7 mai. Un demi-Cyrille aux buts est accompagné par la totalité de l’effectif disponible, à savoir Val, Axel, Alexis, Clément S., JB, Guillaume et Thomas.

Après une bonne heure heure d’échauffement et de stories Insta sous un grand soleil, le match démarre et l’AS Lille prend assez vite les commandes (1 – 0). La réponse ne se fait pas attendre et Alex reprend un centre au second poteau ! (1 – 1)

Les locaux, bien plus agressifs, terminent la première période en trombe et prennent le large… (5 – 1) À noter que les Spartakistes, fidèles à leur réputation, refusent un penalty trop généreusement offert par l’adversaire malgré l’opportunité de revenir au score.

À la reprise, les Spartakistes sortent les griffes et se jettent dans la bataille ! Les alertes se multiplient mais ne font pas mouche, à l’instar de cette patate envoyée par Val sur la transversale… D’un réalisme froid, l’AS Lille alourdit dangereusement la marque à deux reprises (5 – 1) Heureusement, JB décoche de loin une savonnette qui s’échappe des mains du gardien. (5 – 2)

Mais les locaux réagissent assez vite avec un nouveau contre dévastateur (6 – 2). Réponse du tac-au-tac de JB qui nous gratifie de sa frappe croisée du gauche dont il a le secret. (6 – 3)

Les situations chaudes s’accumulent des deux côtés mais le score reste inchangé. À l’annonce de la dernière action, Cyrille envoie un parpaing en touche. Qu’à cela tienne, on continue et le gardien adverse monte aux avant-postes pour le centre… C’est manqué et c’est au tour de Cyrille de monter balle au pied ! Son raid se termine par une frappe contrée par la défense, mais Val a bien suivi et conclut d’un plat du pied clinique ! (6 – 4)

Au final, il aura manqué un peu d’agressivité aux Spartakistes pour pouvoir accrocher un résultat, mais la deuxième partie de saison est définitivement bien plus aboutie.

On se retrouve très vite pour la dernière journée !

Les Yeux dans les Gueux – Le grand récap du mois d’avril, partie 2

Voici déjà la seconde partie de notre grand récap du mors d’avril, avec les résumés des trois derniers matchs ! Et on a encore plein de choses à vous raconter :


Championnat loisir – Groupe F – Match en retard
Marcq Attack – Spartak lillois 1
24/04/2019

Alors que voici la photo la plus floue de l’histoire du Spartak !

Encore un match en retard pour le Spartak 1 ! On ne va pas s’en plaindre, c’est toujours l’occasion de jouer au foot sous la douceur printanière. Enfin, presque, puisque c’est plutôt un vent marin qui fouette l’hippodrome de Marcq-en-Barœul. Un terrain en herbe que l’on connaît bien, entre les terrains de rugby et le green de golf, au beau milieu d’une piste hippique, donc. Soit.

Les visages rayonnants arrivent au compte-goutte ce mercredi soir : Val, Geoffrey, Ben, Alexis, JB, Léo, Guillaume, Clément et Cyrille sont bien là pour mouiller le maillot noir choisi pour l’occasion. Coach Axel, parti se dorer la pilule au pays des tacos, nous salue bien et fait des coups du sombrero sur la plage. ¡Caramba!

On commence par quelques pralines que le vent mène sur le terrain de golf, faute de filets dans les buts. Parfait pour s’échauffer ! On applaudira l’arrivée en fanfare de Cenk, notre supporter blessé armé d’un klaxon.

Le match commence donc face à sept Blancs prêts à en découdre. Pas grand-chose à se mettre sous la dent en ce début de rencontre, hormis quelques centres bercés par le vent, tandis que le Spartak mène quelques attaques timides.

Et dans cette torpeur, vous devez savoir ce qui se passe, chers lecteurs assidus de notre chronique : nous arrivons au quart d’heure de jeu et un centre anodin arrive de la gauche pour Marcq. On dira que la trajectoire a trompé notre gardien, mais notre Cyrille est effectivement surpris et ne peut qu’accompagner la balle dans le but… (1 – 0)

Difficile à encaisser, ce but, qui ne reflète pas forcément le début de partie, légèrement à l’avantage des Spartakistes. On relève notamment plusieurs occasions dangereuses, mais Alex comme Clément, JB ou encore Léo ne parviennent pas à conclure, et c’est bien dommage. Surtout lorsque l’on connaît la capacité d’autosabotage du Spartak !

Cela dit, on ressent pas mal de sérénité  du côté spartakiste. JB donne le tempo, Geo’ commande la défense et les occasions se précisent. Peut-être est-ce dû à ce terrain herbeux qui leur rappelle le tant regretté Mont de Terre. Le plan est vallonné, la terre est sèche bien comme il faut. À moins que ? Le ciel s’assombrit et l’orage gronde au loin, affaire à suivre…

En attendant, la demi-heure s’écoule et le Spartak reste derrière au score, non sans démériter. Allez, il suffit de persévérer, et puis en seconde période, on aura le vent dans le dos !

On change de côté, donc, c’est parti pour la seconde période ! Les premières gouttes ont mis du temps à venir, mais elles arrivent et pas qu’un peu : un véritable déluge s’abat sur l’hippodrome de Marcq et semble donner des ailes à des Spartakistes de plus en plus pressants. Et enfin, la délivrance ! Alex règle enfin la mire et frappe en force pour remettre le Spartak à égalité ! (1 – 1)

Le moment choisi par l’ami Ben, auteur d’une belle prestation mais diminué par une blessure, pour rejoindre Cenk à l’abri sur le banc de touche… au détriment de pauvres sacs de vêtements et de bières lâchement jetés en pâture sous la pluie battante.

Souhaitant offrir un but d’anniversaire à son petit frère, Val transperce côté gauche et envoie un parpaing en lucarne ! Enfin, c’est ce que croient la plupart des autres joueurs dans les deux équipes, chez qui l’absence de filets avait laissé planer un doute. Mais ce n’est qu’une question de temps, puisque JB concrétise lui aussi à bout portant après une avalanche d’occasions ! Le Spartak prend l’avantage sous les hourras du klaxon de Cenk. (1 – 2) Et Guillaume lui emboîte rapidement le pas, c’est fou ! (1 – 3)

Nous sommes donc aux deux tiers de cette seconde période et le Spartak 1 n’a jamais été aussi proche de sa première victoire de l’année en match officiel ! Et là, vous vous dites que ce n’est pas possible, que la force mentale des Spartakistes, estampillée Fédération française de la Lose, fera encore des ravages ce soir. Après tout, on sort déjà d’une remontada dévastatrice (face à un adversaire bien moins fair-play, soit dit en passant, on en profite pour saluer l’esprit des Marcquois !). Hé bien, vous avez raison de vous inquiéter, puisque Marcq Attack, bien qu’émoussé, repart à l’attaque et remonte d’un but sur une jolie frappe croisée… (2 – 3)

Reste donc une petite dizaine de minutes que le Spartak gère plutôt tranquillement alors que la pluie finit par se calmer. Alex se permet même de croquer une balle de match qui aurait sonné le glas des espoirs marcquois. Dommage, on en restera donc là, à savoir une rare victoire du Spartak 1 en cette saison, et c’est déjà pas mal !

On se quitte sur quelques tranches de bonheur et autour de bières éventrées, bercé par la douce mélodie de la victoire, un air que l’on avait fini par oublier…


Championnat loisir – Groupe G – Journée 8
Wattignies 2 – Spartak lillois 2
29/04/2019

Ces hérétiques du Spartak 2 n’ont pas pris de photo du match, honte à eux ! On a donc pris une photo ressemblante…

C’est à nouveau au stade Mathieu Debuchy (<3) (rappel : la rédaction du Spartak se désolidarise de ce genre de parti pris. Rien à voir avec le fait que le rédacteur en chef soit lensois) de Wattignies que nous nous retrouvons pour cette nouvelle journée de championnat ! Les sourires complices fusent, personne n’a oublié que c’est sur cette même pelouse que quelques semaines plus tôt, nous avions décroché une étincelante victoire.

La composition est d’ailleurs similaire, avec pour seul changement le retour de blessure d’Omar qui propulse de ce fait Geoffrey en équipe 1 (entendez par là l’équipe historique du Spartak). Nous retrouvons donc Davidito, Nordinito, Léoito, Javierito, Rouxito, Omarito, Tito et Lakhdarito. Après un échauffement des plus sérieux les hostilités commencent, schéma classique côté spartakiste, Davidito dans ses cages, plus haut, articulés autour de l’indéboulonnable Nordinito ce sont Rouxito et Javierito qui prennent places dans les couloirs, prêts à lâcher les chevaux. Devant eux, on retrouve la doublette Omarito-Tito, prête à (normalement) alimenter notre pointe Lakhdarito. Léoito commence dehors, où il a l’habitude d’éplucher la tactique adverse avant de rentrer plus tard, plus fort !

C’est parti, enfin ! Et c’est peut être un peu trop confiants que nous démarrons la partie, quelques tentatives d’incursions personnelles, quelques frappes lointaines. Un jeu quelque peu inhabituel de notre part, ce qui devait arriver arriva donc, Wattignies marque le premier but de la partie. (1 – 0)

Pas d’affolement, être menés on connaît, c’est dans notre ADN, action… réaction ! Leur numéro 10 navigue dans notre dos ? Pas de souci, Lakhdarito redescend pour un marquage à la culotte dont il a le secret ! Cet ajustement soulage tout le monde et nous permet d’accentuer les attaques ! Et c’est sur une attaque relativement anodine que vient la lumière, Tito tente de trouver Omarito sur un L1 + triangle (ou LB + Y, c’est selon) ; sentant le danger, le défenseur met sa tête sans voir sortir son gardien, magnifique lob et magnifique CSC. N’en déplaise à Jacques Henri Eyraud un but est un but et ça fait 1 – 1 !

Dans cette première mi-temps équilibrée, c’est bien le Spartak qui va prendre l’avantage, suite à un contre d’équipe rondement mené, c’est Omarito qui, excentré côté droit, enroule un amour de ballon du gauche qui vient mourir petit filet opposé ! (1 – 2)

Le match reprend et nous avons l’occasion de nous mettre à l’abri : Rouxito replacé en pointe s’agace, et il a bien raison. Malgré ses habituelles nombreuses courses, il n’est que très peu servi, nous retombons dans nos travers avec quelques gri-gris et quelques insipides frappes lointaines. Les débats sont équilibrés, le rythme élevé et la mi-temps arrive à point pour tout le monde.

On boit un coup, on discute et c’est reparti sur des bases similaires à celles de la première mi-temps, Saurons-nous réitérer les même efforts ? Et ben oui en fait ! Chacun sur leur aile respective, Léoito – l’homme qui avait un moteur de vélo de la poste dans les jambes – et Javierito – qui, au fil du temps, fait de moins en moins ses 37 ans – nous gratifient de quelques allers-retours haute intensité à en faire pâlir les meilleurs latéraux de Ligue 1. Le Spartak pousse pousse pousse pour inscrire ce troisième but qui nous donnerait un peu de répit.

Logiquement, nous nous exposons a des contres qui permettent à Davidito de briller et à la rencontre de se transformer un court instant en hommage au PSG : sur une balle dans notre surface, Lakhdarito prend son envol, déploie ses ailes et tel Kimpembe touche la balle du bras, penalty. S’ensuit alors une Nkunku de l’adversaire, ouf !

C’est bien dans notre sens que le score bouge : bien servi d’une passe dans l’axe par Javierito, Tito trompe le gardien d’une frappe à ras-de-terre du pied droit (l’intéressé, gaucher, a demandé de le préciser). (1 – 3)

Yes ! On se l’est donnée cette bouffée d’air, mais attention camarades, il reste du temps et je ne pense pas que ce soit nécessaire de vous rappeler que les remontadas contre nous sont monnaie courante au Spartak ! Le match change de sens et c’est le Spartak qui se positionne plus bas et attend les contres. Les fameux contres viennent mais ce n’est définitivement pas un bon match d’équipe offensivement, tous se concluent par une dernière passe manquée ou par un retour défensif. Notre valeureux adversaire arrivera même a réduire le score à 1 – 3, alors que le match se termine tout doucement au doux son d’une voix adverse criant « DERNIEEEEEEEEEERE ACTIOOOOOOOOOONN !!!!!!! »

Davidito, jusqu’alors irréprochable, sort le piment d’Espelette et au lieu de tataner devant comme il faut, dégage dans les pieds adverses : ce bougre avait tout prévu, il sort la parade ! Heureusement, car la déception aurait été grande.

Le niveau cardiaque redescend d’un cran et, mains sur les hanches, l’équipe assiste de loin à l’ultime contre-attaque Spartakiste. Rouxito, sevré de ballons pendant ce match, veut y aller de son petit but, chevauche le terrain à grandes enjambés sans pouvoir éviter la semelle du gardien adverse sorti de ses buts pour l’occasion, continue courageusement. La voie de la gloire s’ouvre à lui, mais arrive sur sa droite Nordinito qui s’était gardé dans un coin des poumons la force pour une dernière escapade avec son pote. Altruiste comme il est, Rouxito lui glisse le cuir… Qui n’arrive pas dans les pieds de Nordinito… Trois coups de sifflet, on en reste là, merci bonsoir. Dommage, cela aurait été une magnifique cerise sur ce déjà succulent gâteau.

Sans être brillants, nous repartons donc (encore) de Wattignies avec les 3 points, ça fait plaisir ! Merci à Wattignies pour l’accueil et pour ce bon moment de football !

Ce match est dédicacé à Marc, qui a récemment accueilli une nouvelle recrue dans sa famille ! Une grosse pensée également pour Thomas que des circonstances imprévues ont contraint au forfait.


Championnat loisir – Groupe F – Journée 8
Lille Cocker 2 – Spartak lillois 1
29/04/2019

Toutes ces victoires, c’est trop d’émotion ! Le Spartak 1 saura-t-il composer avec cette nouvelle donne ? Devant, c’est Lille Cocker 2 qui se présente, pour un duel qui aura… du chien ! Jean Bloguin, humoriste !

On retrouve un joli groupe bien étoffé avec Valentin, Guillaume, Mohamed, JB, Geoffrey, les deux Clément, Alexis et Cyrille.

L’adversaire ne semble pas là pour rigoler et le match commence tambour battant : les débats se veulent équilibrés mais, comme souvent, le Spartak pêche offensivement. Les Cockers prennent l’avantage sur une frappe déviée qui trompe le pauvre Cyrille, puis sur une frappe involontaire d’un attaquant rouge, de l’aveu même de l’intéressé. (2 – 0)

Les Cockers mordent et n’hésitent pas à se transformer en pitbulls, allant jusqu’aux limites du correct sur certains contacts. S’ajoute aussi un peu de mauvaise foi sur certains faits de jeu, mais le Spartak tient bon, s’offrant même quelques alertes sur le but rouge. Ce bel élan est stoppé à l’approche de la mi-temps par un penalty un peu sévère, mais pas scandaleux non plus. (3 – 0)

Le match reprend sur les mêmes bases et les Cockers s’envolent rapidement au score, sur une frappe de loin puis sur un duel… (5 – 0)

Loin de se démonter, les Spartakistes s’acclimatent au jeu rugueux proposé par l’adversaire et prennent de plus en plus leurs marques. Tant et si bien que les occasions chaudes se succèdent jusqu’à la fin du match sur le but des Cockers ! Et à force de courage face à un adversaire plus puissant, JB et Alex offrent deux buts bien mérités au Spartak ! (5 – 2)

Cette belle remontée est coupée par la fin du match : on retient donc le bel esprit affiché devant une opposition supérieure sur le papier. De bon augure pour la fin de saison !

« Kung Fu Fighting » : épisode 10

Vous l’aurez remarqué, plus rien n’arrête le Spartak. Ni les défaites, ni la pression des adversaires, ni le tic-tac de l’horloge nous rappelant la fin prochaine du tournoi.

Tels des explorateurs, nous voyageons de ville en ville, à la recherche d’un destin handballistique moins funeste que celui qui nous est présagé. Cette fois-ci, c’est sur les terres roubaisiennes que nous allons poser nos valises, ballons, maillots mais surtout, les jalons d’une victoire qu’on veut savoureuse. Enfin, presque.

Certains joueurs ont eu la présence d’esprit d’arriver plus tôt au gymnase. Pour s’échauffer pensez-vous ? Ah, après tout ce temps, vous voilà encore bien naïfs, car c’est pour offrir à toute l’équipe une entrée triomphante, prodigieuse, que P-E, Antoine et Luc ont accueillis l’équipe sur fond de Kung Fu Fighting.

Sont présents à l’appel : Nico, Antoine, P-E, Luc, Romain, Youyou, Stephan, Max, Ade, Justine, Luc, Céline, Guillaume et Valentin. La liste est longue et pour une fois, nous aurons le luxe d’avoir 2 gardiens pour un match et moult remplaçants, prêts à venir en aide aux pauvres joueurs épuisés par la férocité des adversaires.

Tout aussi nouveau pour nous, la présence de 2 loyaux arbitres et d’une table de marque pour le moins vintage.

Une fois tout le monde en tenue, le rendez-vous est donné sur le terrain pour l’échauffement. Comme à son habitude, Maestro Antonio mène le groupe et dirige les courses, pas chassés, flexions… Les rougeurs commencent à apparaître sur les visages de plus en plus anxieux. Et malgré des exercices bien rodés, les Spartakistes ont du mal à se mettre dedans. L’excuse du vendredi soir est souvent sortie, à juste titre, nous avions certainement davantage l’esprit à la 3e mi-temps qu’à l’entraînement à cet instant.

Le temps est écoulé et il est temps de se lancer. Le match peut commencer. Notre nouveau cri de guerre, initié à l’AG, fait des émules. Certains Spartakistes sont encore peu convaincus par la férocité de notre rugissement, enfin.

Le coup de sifflet est donné et c’est Antoine qui lance les hostilités. 0 – 1. Une faute de Youyou et Stef nous vaudra cependant un penalty… 1 – 1. Tout le monde se replace et, désireux d’être l’homme du match, Antoine en arrière remet la balle à Nico, à l’aile, qui marque son premier but (mais pas dernier) du match ! Et voilà que Roubaix en veut, et voilà que Roubaix marque un but de l’arrière gauche. 2 – 2.

Mais le moment tant attendu est arrivé… Voilà des semaines qu’il se prépare, acharné (quand il n’est pas épuisé par ses séances de méditation et qu’il décide de se tapir dans l’ombre des buts en entraînement). Stephan s’envole de l’aile gauche et marque ! Le scribe ajoutera un « IM-PRO-BABLE » et c’est également ce qu’il a pensé puisqu’il a remonté le terrain en héros tel un Messi après un but.

La suite est annoncée : « Stef, interne, retour ! ». Youyou fait la passe à P-E en pivot. L’action est belle, mais déviée. Une faute est sifflée, coup franc pour le Spartak. Antoine, on fire, marque, 2 – 4. Sur le banc, certains s’interrogent : « Est-ce que c’est déjà arrivé ? ».

Les esprits s’échauffent et l’arrière gauche roubaisien en veut… il s’élance et arrêt de Max ! Une tentative de contre-attaque de Romain sera arrêtée et fera place à un coup franc. C’est alors que sur la touche, le community manager du Spartak s’écrie « J’ai mis 3 – 1 sur Instagram ! ». Et oui Val, nous allons beaucoup trop vite.

Les allers-retours vont bon train, mais nous ne perdons pas le cap ! P-E tente même de récupérer la balle dans la zone, mais elle est déviée.

Et entre les bousculades, combats de regards, déstabilisations, Romain décide de ne pas céder à la barbarie. C’est débordant d’amour qu’il s’en va embrasser son adversaire, prêt à l’étouffer de tendresse et à le garder près de lui jusqu’à la fin du match. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il a dû le quitter, pour mieux le retrouver et le serrer contre lui à la 3e mi-temps.

Et Antoine ? Evidemment, il a récupéré la balle en défense, se lance dans une course tel un lévrier qui a aperçu sa proie. Le dicton dit « seul on va vite, ensemble on va plus loin » et c’est exactement pour ça qu’il s’élance en contre-attaque, seul, et marque. 3 – 5. Puis 3 – 6.

En même temps que l’excitation monte, l’écriture du/des scribe.s se fait de moins en moins lisible. On comprendra qu’une contre-attaque de l’aile a été tentée et qu’elle s’est soldée par un but d’Antoine, 3 – 7.

L’écart se creuse tandis que l’espoir jaillit au fond de nos cœurs. Malgré un but mis par Roubaix, nos 4 points d’avance se confirment grâce à un but par rebond de Luc.

Plusieurs « MAAAAAAAAAAAXXXX » sont mentionnés sur cette page, sûrement pour notifier des arrêts impressionnants de notre Nightwatcher, notamment celui d’un penalty.

Le jeu s’échauffe, la tension monte et les fautes aussi. Un penalty réussi de Roubaix et quelques balles manquées de notre côté, le Spartak commence à être sacrément déstabilisé. Temps mort demandé (notons la qualité du carton de temps mort prêté par Roubaix, qui a bien servi).

Au retour du temps mort, Romain marque et Max arrête une tentative de but roubaisien : 10 – 13 pour le Spartak. Le discours du temps mort a été motivant et efficace puisque les buts s’enchaînent et, malgré des bras levés en défense, Nico surgit, s’élance, tir et marque ! 11 – 14. Mais on le supplie « Nico, encore un ! ». Tels des groupies déchaînées criant pour une dernière chanson, il nous offre une belle récompense : un autre but. Nous sommes comme ça au Spartak, dans le don de soi.

Le capitaine de Roubaix, voyant ce spectacle se dérouler sous ses yeux, décide de prendre les choses en main et part en contre-attaque pour marquer. 12 – 15.

Soudain, le moment que nous attendions tous… Ade, sur une passe d’une personne non-identifiée, marque le premier but féminin de la saison. Quelle émotion ! L’équipe est en furie ! Tout le monde crie, saute, chante. 12 – 17 ! Afin de célébrer tout ça, P-E, comme à son habitude, décide de prendre dans ses bras un adversaire et de lui faire un câlin. Bon, Adeline aura fait fort ce soir : un but ET un carton jaune. Il est important de rien faire à moitié.

La mi-temps est sonnée. L’équipe décide de s’isoler dans un vestiaire encore ouvert, même si l’option de s’installer aux toilettes a longtemps été débattue. Les discours inspirants s’enchaînent, notamment avec une phrase du sage de l’équipe, Maître Paul-Enguerran : « L’enjeu les gars, c’est de gagner la 3e mi-temps. » Oh à ça, P-E, nous sommes imbattables. Dernier cri de guerre avant la reprise du match.

Val, Nico, Luc, P-E, Romain, Céline et Antoine font leur retour sur le terrain. Et tout bascule. Nos certitudes tombent à l’eau, les balles et occasions de marquer se perdent dans les tréfonds de nos espoirs.

Après avoir lâché les murs des vestiaires qu’il n’a cessé d’arpenter durant toute la mi-temps, Antoine fait du 1 contre 1, se replie, récupère la balle et marque ! Le scribe en furie notera : « Il est partout ! ». Eh oui cher scribe, encore heureux qu’il n’ait pas commencé à refaire la déco des vestiaires.

15 – 19. Combinaison d’Antoine à Romain, mais faute. Le penalty est sifflé et Nico le marque. 15 – 20. On commence à penser « à l’aise Blaise ». Mais si seulement…

Val, notre gardien de cette 2e mi-temps, arrête une deuxième balle, couronnée par une contre-attaque d’Antoine qui file au but, 16 – 21.

 

C’est à partir de cet instant précis, cher lecteur, que la routourne commence à tourner. Romain commence par chercher P-E, qu’il ne trouve pas car trop bien caché en tant que pivot. Roubaix part donc tranquillement en contre et marque. 18 – 22. La voyez-vous venir, la fin ?
Même si P-E nous marque un très joli but du pivot, on sent la désillusion approcher.

En effet, l’arrière de Roubaix veut en découdre et marque, encore. 19 – 22. Pendant ce temps, le Spartak s’échauffe. Un temps calme est proposé, mais la balle est reprise par Roubaix qui marque, encore. 20 – 22.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, Antoine prend 2 minutes. Assurez-vous bien que le scribe n’a pas mentionné pourquoi.

Stephan, plus en forme que jamais, marque (encore) de l’aile, Val répond par un double arrêt et, malgré une belle défense de Justine, Roubaix récupère la balle et part marquer : 22 – 23. Et toujours ce fameux arrière droit qui arrive à marquer le point de l’égalité, 23 – 23.

Les combines s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Tout comme les arrêts roubaisiens.
À la manière d’un combat historique, tous les yeux du banc étaient plus que jamais braqués sur le terrain, attentifs aux tentatives, aux câlins et à l’espoir de voir nos joueurs marquer. 27 – 25.

Un temps mort est sifflé, l’occasion pour Max de nous notifier « on n’est pas le PSG, on ne se prendra pas une remontada ». C’est pas Gijón, c’est pas Valladolid, se dit-on. Si seulement…

29 – 26. 3 minutes restantes et câlin collectif de P-E et Antoine sur le demi de Roubaix. Et la dégringolade. Plus rien n’arrête Roubaix, qui arrive à remonter et à nous laisser un score final de 31 – 28.

La traditionnelle photo de groupe dans la boîte, la douche et les discussions de vestiaires passées, c’est sur le parvis devant le gymnase que nous nous retrouvons tous. Les monticules de bières trônent sur le sol, accompagnés de quelques briquettes de jus d’orange. Et nous voilà partis pour de franches rigolades, de débats et surtout, de partages d’expérience du fameux tournoi de Genech qui aura lieu en juin, où l’amertume ne se sentait que dans les bouteilles de Belle Brasseuse.

Quelques heures, bières, clopes plus tard, chacun reprend tranquillement son chemin afin de regagner ses pénates. Les plus courageux monteront dans une Clio, d’autres confieront leur destin à la voiture de Nico.

La fin de match a pu être décevante quant au score final, mais nous en sommes sortis plus joyeux que de mesure. Grâce à l’accueil, l’arbitrage, la gentillesse de l’équipe de Roubaix, ce sont de vrais moments de sport que nous avons vécus, où la colère et la hargne ont pu quelquefois prendre le dessus sur le calme et la sérénité, sans jamais altérer pour autant notre profond respect mutuel.

C’est aussi pour ces beaux moments, ces rencontres et ces challenges que nous continuerons de parcourir les plaines nordiques, en quête de nouvelles (presque-)victoires. Prochain match : jeudi 9 mai, à Hazebrouck (enfin, ce match est passé, on vous le racontera dans un autre épisode !).