Archives pour la catégorie Saison 2018 – 2019

« Les Yeux dans les Gueux » – Ça se précise !

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les Spartakistes cherchent à se remettre des douloureux revers encaissés la journée précédente. On se concentre cette fois-ci sur un déplacement bucolique chez Anstaing-Chéreng pour le Spartak 1, tandis que le Spartak 2 a rendu visite à Loos Oxya…


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 6
Anstaing-Chéreng – Spartak lillois 1
03/12/2018

Après une trêve ponctuée d’un match amical très encourageant (mais perdu 5 – 4 quand même !) contre l’AS Lille, le Spartak 1 a rendez-vous en terre inconnue, ou plus précisément dans la charmante bourgade d’Anstaing, après un long périple d’une quinzaine de kilomètres.

Quel plaisir d’être reçus chaleureusement dans un club house qui fleure bon le foot populaire et la bière en fût ! Mais ce n’est là qu’une étape intermédiaire, puisque les terrains alentours sont gorgés de boue. Le théâtre des hostilités se situe à 800 mètres de là, dans la commune voisine de Chéreng. Certains s’y rendent en voiture, d’autres préfèrent traverser un sentier forestier à la lumière des téléphones, les plus valeureux en profitent pour s’échauffer timidement…

À l’arrivée, un joli synthétique fouetté par le vent hivernal. On applaudira Mo’ qui, en plus d’avoir effectué le trajet à vélo (!), a eu la bonne idée d’arriver sur le bon terrain au hasard, sans le savoir. Fait inhabituel, le terrain étant un peu plus grand qu’à l’accoutumée, on décide d’un commun accord de jouer à 8 : on a donc Cyrille dans les cages, un axe défensif Cenk – Mo’, Val à gauche, Guillaume à droite, Thomas en relayeur et un duo d’attaque Alex – JB. Sur le banc, Clément S. prépare quant à lui une entrée fracassante.

Le match commence sur le coup de 20 heures et un déluge s’abat sur les organismes déjà peu ragaillardis par le froid. C’est d’abord un match entre des défenses aussi imperméables que… des imperméables par exemple. Novice au poste, Mo’ est bien guidé par Cenk et le reste de l’équipe. Dans les buts, Cyrille fait le taf sur les quelques occasions laissées aux Noirs d’Anstaing. Devant, on cherche à pousser la défense à la faute, mais le pressing ne s’avère pas payant pour le moment.

La drache finit par se calmer quelque peu mais il faut attendre la vingtième minute pour voir la situation se décanter : relance de Cyrille, Val lâche un « Oh non ! » après avoir mal interprété le rebond et laissé la gonfle filer en touche. Anstaing joue rapidement le coup et prend à défaut les Rouges sur une frappe croisée, 1 – 0 pour les hôtes !

Loin de se défaire, le Spartak tente des transmissions rapides et manque le coche sur une frappe de Thomas qui vient lécher le poteau ! Mo’ porte également le danger de la tête sur corner, sans succès. À l’approche de la mi-temps, une incompréhension dans la défense manque bien d’offrir le break aux Noirs, mais c’est une autre frappe anstinoise aux abords de la surface qui finit par tromper la vigilance de Cyrille, jusqu’ici impérial… 2 – 0 à la pause, c’est dur !

L’espoir est largement permis dans une rencontre très équilibrée malgré l’avantage numérique des Noirs. La prestation est très correcte et il manque juste ce chouïa d’efficacité… On notera également l’esprit irréprochable et bon enfant de cette rencontre.

Alors que les trombes d’eau font leur retour, la partie reprend sur le mêmes bases pour les Rouges. On tente de se projeter rapidement et les réglages opérés à la mi-temps semblent fonctionner puisque le danger se précise autour de la cage anstinoise. Alexis continue de buter sur la défense, Clément manque de peu une balle en profondeur en filant vers le but… Finalement, c’est encore une histoire de touches qui débloquera l’affaire : Val combine rapidement avec JB côté gauche, qui lance Alexis. Lancé comme une bombe, l’artilleur spartakiste devance la sortie du gardien et parvient à redresser la course de la balle pour trouver la faille ! (2 – 1)

L’espoir renaît à vingt minutes de la fin ! Enfin, pour quelques secondes puisqu’Anstaing répond du tac au tac sur une incursion rapide et reprend la main… (3 – 1) Il en faut plus au Spartak pour se démobiliser… Enfin, à vrai dire, cela suffit normalement pour que le Spartak perde ses moyens, mais ce Spartak a grandi et ne se laisse plus faire dans un match très correct dans l’engagement.

Alors que Cyrille continue de sortir le grand jeu avec des parades salvatrices et des interventions avisées, l’Aquaspartak se porte bien sous les trombes d’eau et déferle sur la défense anstinoise bien regroupée. La spéciale croisée de JB ne rentre pas, le tacle acrobatique de Val ne passe pas loin, et tour à tour, les Spartakistes se jettent dans la bataille et pilonnent sans trouver la faille. Guillaume finit par récompenser la ténacité spartakiste d’une frappe à l’entrée de la surface qui vient lober le gardien (3 – 2), mais l’élan est malheureusement coupé par le chrono qui retentit et annonce la fin du match…

L’issue aurait mérité d’être meilleure tant le match fut équilibré, mais on préfère retenir un match bien kiffant disputé dans un esprit de fair-play, une prestation qui fut probablement la meilleure du Spartak 1 depuis le début de saison. On repasse par le bois pour rallier le club house, on fait rapidement la photo d’équipe habituelle parce qu’après, il y a pot ! C’est donc autour d’une bière fraîche que l’on refait le match et que l’on discute du verdict du Ballon d’or qui, bizarrement, n’a pas échu à un Spartakiste… Avant de quitter ces contrées pas très lointaines, on laisse quelques Ecocups spartakistes à nos hôtes que l’on remercie vivement pour leur accueil !


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 6
Loos Oxya – Spartak lillois 2
03/12/2018

L’autre match de la soirée n’aura pas de résumé ni de photo, faute de journaliste présent sur place. #bouh #aubûcher #macrondémission

On notera une rencontre très disputée, un score de 2 – 2 à la pause, puis une seconde période où le Spartak a pris l’avantage avant de se faire rattraper par le col.

Au final, une défaite 5 – 4 selon les manifestants, 6 – 4 selon la police, mais une prestation cohérente et une embellie dans le jeu ! Bref, des deux côtés, de bonnes dispositions à matérialiser sur le tableau d’affichage, mais ce n’est qu’une question de temps !

« Les Yeux dans les Gueux » – La culture de la lose

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak cherchent à capitaliser sur une première victoire à l’occasion de la 5e journée de championnat, avant un match de coupe « pour du beurre »…


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 5
Lille Sud 1 – Spartak lillois 1
12/11/2018

Malheureusement, nous ne nous attarderons pas sur ce match qui n’avait pas grand-chose d’une partie de foot loisir.

Après une première période engagée mais de bonne facture (3 – 3 à la pause), les hôtes du soir, visiblement désireux de remporter le match à tout prix, ont envenimé la rencontre en seconde mi-temps : de nombreuses fautes, des paroles agressives et des menaces, des contestations, des pressions adverses qui ont poussé les Spartakistes à valider un but fantôme en leur défaveur et à renoncer à un autre but pour une main inexistante…

Bref, ce fut à des années-lumière de ce que le Spartak a l’habitude de voir en foot loisir. À cela s’ajoute un score final « imposé » par les adversaires, il va sans dire en la défaveur du Spartak. En définitive, on ne sait pas vraiment qui a gagné ou perdu, mais à vrai dire, on s’en fout : l’essence même du foot loisir, à savoir le plaisir de se retrouver un lundi soir pour partager de bons moments dans un esprit fair-play, était réduit à néant.

On préfère retenir, entre autres, le quadruplé du maître-artificier Alexis, mais aussi un golazo de Cenk, une tête plongeante victorieuse à l’origine d’un premier « Cenk Norris fact » : « Cenk Norris ne tombe pas. C’est le sol qui vient le câliner. » Geoffrey tient également à signaler de façon totalement désintéressée qu’il faut remercier le passeur. Une petite pensée, donc, pour tous les Xavi de l’ombre, ceux que l’on oublie trop souvent. Merci à vous ❤


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 5
La Monsoise – Spartak lillois 2
14/11/2018

Revenons au vrai foot loisir, désormais, avec un déplacement du Spartak 2 sur le terrain de La Monsoise, une vieille connaissance, avec l’ambition de poursuivre la remontada après une première victoire historique !

Alors que le froid commence à s’emparer des contrées nordistes, les Noirs optent pour une formation « sapin de Noël » ambitieuse en 3 – 2 – 1. Petit événement du soir, le grand retour de Ben, prêt à y aller mollo après une blessure de plusieurs mois. Autre petit événement du soir, la présence dans les rangs monsois de l’ami Mounir, personnage marquant des premières années spartakistes en foot loisir.

Les Spartakistes entrent pied au plancher dans la partie par l’intermédiaire du feu follet Roux, qui profite rapidement d’une récupération haute et d’une ouverture dans la défense monsoise pour remporter un premier duel avec le gardien ! (0 – 1)

Le trio défensif Val – Nordine – Clément est bien en place, le gardien David n’est pas trop inquiété, tandis que les milieux Ben, Karl et Tito râtissent bien et que les attaquants JP et Roux ne se ménagent pas devant. C’est d’ailleurs ce même Roux, lancé en profondeur par Val, qui percute côté gauche et trouve une nouvelle fois la faille au quart d’heure de jeu ! (0 – 2)

Démarrage canon pour les Noirs qui voient les vagues monsoises s’accentuer, mais la défense veille au grain. La Monsoise pousse et profite d’un déséquilibre côté gauche pour revenir au score quelques minutes avant la pause (1 – 2). Quelques minutes plus tard, la défense flanche une nouvelle fois face à la pression rouge et les deux équipes se séparent à la pause sur un score de parité, quelque peu frustrant mais logique. (2 – 2)

Un peu de mobilisation et ça repart, le Spartak s’offre une première occasion sur corner, mais la frappe mi-tête, mi-épaule de Val frôle le poteau !

La suite, blackout total, trou noir, enfin tout ce que vous voulez, mais le Spartak se réveille à un quart d’heure de la fin avec un retard de 5 buts… Ou alors, le Spartak a été rattrapé par sa culture légendaire de la lose. La Monsoise a donc pris l’avantage et les Spartakistes, de plus en plus déboussolés, ont totalement pris l’eau et craqué mentalement (et physiquement, quand même), avant de stopper l’hémorragie. Après une dernière tentative pour l’honneur de Tito qui manque de peu de rentrer, le calvaire se termine enfin… (7 – 2)

Au final, une défaite frustrante et un peu trop large mais une bonne ambiance que l’on aime retrouver. Merci à La Monsoise pour cet accueil !


Coupe loisir – Groupe C – Journée 3
Bondues 2 – Spartak lillois
19/11/2018

Déjà éliminé, le Spartak n’avait pas grand chose à espérer dans un groupe relevé, si ce n’est montrer une belle opposition. Pour cette dernière apparition en coupe, les équipes fusionnent pour ne former qu’un groupe, c’est donc l’occasion de tenter des choses dans la joie et la bonne humeur.

Le vent nous porte à Bondues, une équipe sympathique que l’on aime retrouver chaque année. Le vent, justement, est bien présent en ce lundi soir quasi hivernal où le mercure frôle les 0 °C, de quoi motiver les troupes – on rigole, hein.

C’est sur un synthétique tapissé de feuilles d’automne que les organismes frigorifiés débutent la partie. Enfin, juste du côté bonduois, puisque les Rouges du Spartak sont entrés sur le terrain avec la ferme intention de… on ne sait pas trop quoi en fait. Au moins, cette fois-ci, l’épisode de lose se passe lors d’une première mi-temps où Cyrille, pour son retour dans les cages, a été totalement livré à lui-même face aux feux follets de Bondues. Résultat, un 7 – 0 bien mérité à la pause, quoi qu’on en dise, suite à trente premières minutes catastrophiques… #balancetonporc

La mi-temps est faite d’échanges bienveillants et de refontes tactiques : exit la lose magnifique, la défense à 3 et les transmissions stériles qui ne passaient pas la ligne médiane, on passe en 2 – 3 – 1, avec un bloc en défense, deux ailiers « essuie-glace », un milieu bas et un attaquant mobile.

Et ça marche ! Les Rouges se montrent enfin dangereux et rééquilibrent totalement la partie. Côté droit, Nordine transperce et centre en retrait, second poteau PAVAAAAAAAAAARD BECQUEMBOIIIIIIIIIIIIIS !!! C’est magnifique, un exter du gauche qui file en pleine lucarne, l’espoir renaît à 7 – 1.

Les Bonduois ne sont pas en reste et, bien que moins inquiétants et malgré un Cyrille solide dans les cages pour son grand retour, plantent deux nouvelles banderilles sur lesquelles la défense ne peut pas faire grand-chose. Finalement, comme pour récompenser l’engagement retrouvé des Spartakistes, Tito pousse la défense blanche à la faute et offre un score nul au Spartak sur la seconde période. C’est déjà ça de pris ! (9 – 2)

En définitive, une première période horrible qui condamne les Spartakistes, mais encore une fois un bel esprit et un gros travail d’équipe. C’était semble-t-il écrit, nous serons, encore une fois, des losers magnifiques ❤

« Les Yeux dans les Gueux » – Première victoire !

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak reviennent le couteau entre les dents après une entame de saison bien difficile… Vont-ils décrocher une première victoire ? [ALERTE SPOILER : la réponse est dans le titre.] À l’affiche aujourd’hui, le match de l’équipe 2 sur le terrain de Lomme Miagic !


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 4
Lomme 4 Miagic – Spartak lillois 2
05/11/2018

C’est le retour des Yeux dans les Gueux ! Nous ferons l’impasse sur le problème de GPS qui amena une partie des spartakistes « 2 » (Bon, il va vraiment falloir nous trouver un surnom d’équipe…) à Villeneuve d’Ascq au lieu de Lomme… Décidément, certains ne sont vraiment pas à suivre !

Après un échauffement complet pour ceux présents à l’heure, et rapide mais intense pour les retardataires, (« intense » c’est pour la formule), nous voilà prêts pour le coup d’envoi. Nous retrouvons pour cette rencontre Javier, Nordine, Vincent, Marc, Omar, Thibaut, Karl, Jean-Pierre et David.

Lomme Miagic est en orange et vert, oui oui, certains avaient des maillots orange, d’autres verts… Sans doute des réminiscences d’Halloween. Le Spartak 2 en noir vivra-t-il une soirée d’horreur ? Ou fera-t-il le deuil de sa série de défaites ?

Dès les premières minutes, le Spartak 2 met le pied sur le ballon, mais c’est bien du côté lommois que viens le danger. Première incursion dans la surface spartakiste, une citrouille (oui, citrouille pour les maillots orange !) lommoise tente sa chance … Nordine sauve in extremis le but du 1 – 0.

Les Lommois communiquent beaucoup tandis que les spartakistes sont en mode diesel. À la 10e minute, c’est une contre-attaque lommoise. Une percée fulgurante d’un Green Lantern (maillot vert, vous avez compris l’idée) droit vers la cage spartakiste, une frappe trop enlevée qui n’aurait sans doute pas trompé notre vigilant David.

Au quart d’heure de jeu, c’est un corner pour le Spartak 2, repoussé par un défenseur lommois. Nordine à la retombée décoche une reprise de volée instantanée qui s’envole magnifiquement… vers les nuages. Certains diront qu’il a contribué à agrandir le trou dans la couche d’ozone…

Après quelques minutes largement dominées par le Spartak 2, c’est une nouvelle percée en direction des cages lommoises, passe en retrait pour Thibaut (aka « Tito », rebaptisé « Totti » pour l’occasion) et… c’est… le buuuuut ! Magnifique reprise de Totti qui libère ses coéquipiers et ouvre le score ! (21’ : 0 – 1)

Les minutes qui suivent sont en faveur des Spartakistes. Marc, qui abat un travail intense sur son côté droit se voit récompenser à la 24e minute en foudroyant le gardien adverse d’une frappe croisée imparable. (24’ : 0 – 2)

Vincent (aka « Roux ») veut également participer à la fête, Marc en soutien, belle combinaison entre ces deux-là, Roux qui tente le lob, un peu trop fort malheureusement… Bien que les adversaires fassent preuve d’énormément de combativité, à l’image du numéro 5 qui court sur tout les ballons tel un chien fou, c’est à nouveau une contre-attaque spartakiste qui se met en place. En position idéale, J-P est servi côté droit et enfonce le ballon vers le petit filet opposé d’une frappe rageuse ! (26’ : 0 – 3)

Il faut bien un peu de relâchement après une si belle entame. Une contre-attaque lommoise vient rappeler aux Spartak Lillois 2 qu’il n’est pas sur ses terres : David (aka « Ruine Patricio ») est impuissant face à une attaque rondement menée et une défense spartakiste un peu trop dilettante… (28’ : 1 – 3)

Cependant, l’attaque est en alerte et c’est juste avant la mi-temps que Totti, encore lui, décide de montrer le chemin des buts aux coéquipiers qui n’auraient pas réglé correctement leur GPS. Doublé pour Thibaut et mi-temps bien méritée ! (29’ : 1 – 4)

À la reprise, les Spartakistes sont en place et dès la 35e minute, JP tente le doublé… Malheureusement, c’est un ballon contré… par deux autres balles… JP : 1, testicules lommoises : 0. Suite à un changement côté spartakiste et à une baisse de vigilance, Miagic trouve la faille dans la défense noire. Une combinaison de passes rapides et une frappe ras du sol, et c’est le but lommois. (39’ : 2 – 4)

Le retour du panda Roux !

Le Spartak 2 subit de plus en plus. Malgré tout, une contre-attaque vient donner un second souffle aux Noirs : aux abords de la surface, passe en retrait de Nordine vers Marc excentré coté droit, qui centre magnifiquement au deuxième poteau pour la mascotte lilloise, le panda Roux, qui s’élève plus haut que son défenseur et conclut de la tête ! (42’ : 2 – 5)

Jusque la 50e minute, le Spartak 2 tient bon. C’est d’ailleurs ce moment que choisit Roux pour nous prouver qu’il à 4 pattes et 3 poumons : il remonte les trois quarts du terrain, crochetant et prenant de vitesse les adversaires sur sa route, il cherche la passe, puis tire à 35 mètres du but (15 selon l’arbitre, 50 selon les supporters). Pleine lucaaaaarne pour son doublé ! (50’ : 2 – 6)

[Il semblerait que l’envoyée spéciale ait rencontré quelques soucis de retransmission (ou le manque d’objectivité à du faire place) car pour le résumé des actions suivantes nous avons :
« Bon, là, no comment, on se prend un but de m**de » (54’ : 3 – 6)
« Nous voilà à 3 – 6… ah ben nan 4 – 6 ! NUL NUL NUUUUUL » (56’ : 4 – 6)]

Réminiscences d’Halloween, je vous dis, les Spartakistes devaient se faire peur, c’est chose faite. Omar en patron, avec une technicité quasi parfaite, prend son défenseur à défaut et clôt la marque sur une note positive. (58’ : 4 – 7)

C’est donc sur ce score en faveur du Spartak 2 que ce termine cet épisode…
Les joueurs goûtent enfin aux joies d’une victoire en cette saison 2018 – 2019. Sauront-ils capitaliser ? Pourront-ils enchaîner 2 victoires consécutives ? Le panda Roux va-t-il encore sévir ? Les joueurs tiennent à remercier Lomme Miagic pour leur fair-play et leur bonne humeur durant le match. À très vite pour la suite de nos aventures !


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 4
AS Mérignies – Spartak lillois 1
05/11/2018

Au programme, un déplacement chez une vieille connaissance, un long périple jusqu’au terrain vallonné de l’AS Mérignies. Rapidement cueillie à froid par la furia mérignisienne, la défense spartakiste est surpassée en première période (5 – 0).

Une mi-temps réparatrice et une réorganisation tactique plus tard, le Spartak est bien de retour aux affaires et entame une mini-remontada. Un doublé inscrit en force par Alexis et un dernier but de Clément en fin de match concrétisent la belle réaction du Spartak malgré les deux nouveaux pions mérignisiens.

Score final, 7 – 3 pour les locaux dans une ambiance plutôt sympathique. Un Spartak à réaction mais ça commence à prendre forme !

Coupe loisir – Le Spartak ne passera pas !

Coupe Terrier – Groupe C – Journée 2
Decathlon 4 – Spartak lillois 1
15/10/2018

Ce lundi 15 octobre, le Spartak a rendez-vous avec la coupe Terrier, avec un déplacement sur les terres de Decathlon 4, au Kipstadium de Tourcoing !

La tribu réunifiée alignée en coupe comporte quelques vieux briscards, avec Val dans les buts, Geoffrey, Clément S., Nordine, Javier, Alexis ou encore JB, mais aussi deux nouvelles têtes, Jean-Pierre et Mohamed. Pas de totem d’immunité à aller chercher, mais l’ambition de bien figurer face à un adversaire que l’on sait supérieur, après une défaite en première journée.

Et puis, une équipe de triathloniens face à un groupe dont la moitié a passé son dimanche à choper des courbatures lors du « jubilé-Jupiler » de l’historique Thomas, ça annonce du propre. #excusedéjàprête

Qu’à cela ne tienne, les Bleus de Decathlon donnent le coup d’envoi face aux Rouges du Spartak et annoncent rapidement la couleur : il aura suffi d’un corner à la 2e minute et d’une reprise de volée en pleine lucarne pour que Decat’ 4 ouvre la marque ! (1 – 0)

Pas plus sonnés que cela, les Spartakistes ne se laissent pas abattre et tentent de passer la moitié de terrain adverse, mais les brèves incursions de JP et Alexis sont rapidement stoppées. On sent qu’avec un peu plus d’application, il y a quelque chose à faire, d’autant que Val et la ligne de défense Mohamed – Nordine – Geoffrey encaissent le choc. Les électrons libres JB, Clément et Javier multiplient les courses pour essayer de faire pencher la balance, mais Decat’ prend aisément le contrôle du jeu et finit par asseoir sa domination en milieu de première période en profitant d’une relance hasardeuse. (2 – 0)

Un coup assez difficile à encaisser cette fois-ci alors que Decat’ ne laisse clairement aucune opportunité à des attaquants rouges désabusés. Plus affûtés physiquement, mieux organisés, plus tranchants, les triathloniens-décathloniens enfoncent le clou lorsqu’un ailier s’enfonce côté gauche et trouve le cadre au premier poteau dans les dernières secondes. (3 – 0)

À la mi-temps, le constat est difficile mais limpide : ce n’est pas faute d’essayer, mais le Spartak est réduit à un rôle de sparring-partner dans une rencontre à sens unique. Allez, on va quand même tenter d’aller les titiller, et pourquoi pas de marquer un but, tiens ?

Perdre, d’accord, mais avec style, s’il vous plaît !

Un vent nouveau soufflerait-il sur le Kipstadium ? À la reprise, Javier tente une première frappe au-dessus du cadre, la défense repousse tant bien que mal l’échéance, Val gratifie l’assistance un petit pont involontaire sur un attaquant décathlonien… Voilà tout. Alexis et Javier nous offrent une de ces séquences typiquement spartakistes qu’on aime tant en se télescopant en pleine course.

Pendant ce temps, les 4 x 4 de Décat’ 4 plantent un 4e but et font la tête au carré au Spartak. (4 – 0)

Le dépit, le sentiment d’impuissance et le désespoir grandissent du côté du Spartak, qui ne parvient pas à inquiéter un tant soit peu l’arrière-garde décathlonienne, parfaitement hermétique. Et malgré les maillots Kipsta fraîchement acquis que les Spartakistes arborent fièrement, Decathlon ne fait pas de service après-vente et profite de l’opération portes ouvertes pour racketter sa proie. Un corner au premier poteau, une contre-attaque et une erreur de relance plus tard, Decat’ 4 roule sur le Spartak… C’est comme ça qu’on traite ses clients !? (7 – 0)

4x4

Quand Decat’ 4 roule sur le Spartak…

En toute fin de match, l’énergie du désespoir et le léger relâchement décathlonien permettent au Spartak de s’approcher des cages bleues et même de trouver… des corners ! Sur le dernier, Val, monté aux avant-postes, obtient un coup-franc à l’entrée de la surface sur une frappe contrée de la main, puis se charge de la sentence. Sur ce duel de gardiens, Val décoche un enroulé du gauche qui part en pleine lucarne mais manque de puissance, son homologue parvient à se saisir du ballon. Et c’est sur cette unique frappe cadrée spartakiste que le match se termine !

Le Spartak tombe donc les armes à la main et perd d’ores et déjà ses chances – déjà compromises – de passer en phase finale de la coupe Terrier avec un joli différentiel de -13 en deux matches pour un but marqué. Cela dit, à la faveur de la trêve internationale, les Spartakistes entament une série de trois semaines d’invincibilité, et c’est déjà pas mal !

Championnat loisir – Difficile apprentissage

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak espèrent enrayer la spirale négative avant de retrouver la coupe… Focus sur le match de l’équipe 1 sur le terrain de l’AS Vieux-Lille !


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 3
AS Vieux-Lille – Spartak lillois 1
08/10/2018

Rituel de début de semaine depuis bientôt un mois, une joyeuse bande de Spartakistes finit la journée sur les terrains.

Cette fois, le Spartak « 1 » se déplace dans le Vieux Lille, clash socio-territorial lillois en perspective mais ici on est des footeux, pas des sociologues de comptoir. L’analyse portera donc sur le match d’hier plutôt que sur une perspective diachronique et un regard comparatif du développement de la pratique sportive footballistique différenciée en milieu populaire et dans les strates territorialo-culturo-sociales aisées.

Pas d’innovation tactique cette fois-ci, on reprend le bon vieux 3-2-1 à dominante défensive, et pour souligner l’aspect vieillot de ce schéma, on a cru bon de ressortir le jeu de maillots blancs vintage de la grande époque spartakiste.

Différence de style entre les deux équipes dès l’échauffement. Alors que l’AS Vieux-Lille entame des tours de terrain avec variations de courses, les Spartakistes optent pour une séance de centres mal déposés sur la tête d’un paquet de joueurs qui ont du mal à réceptionner la gonfle. Nous avons bien essayé de lancer un toro en guise d’échauffement technique, mais ça n’a duré que 2 min.

Échauffement à l’eau et fusion de joueurs…

Le match se lance dans une ambiance et un cadre somme toute assez neutres. L’AS Vieux Lille est venue avec un banc de supporters et n’a pas daigné répondre à notre « Pour l’AS Vieux Lille hip hip hip »… Tant pis.

Alors que l’entame de match n’était pas notre fort depuis le début de saison, cette fois le Spartak veille à ne pas se laisser cueillir à froid. Si le contrôle du ballon est majoritairement au bénéfice de nos adversaires, nous sommes bien organisés avec un gros pressing à l’avant, un milieu bien en place et une défense vigilante. Les Vieux-Lillois ne font que de rares incursions et de notre côté nous lançons quelques flèches en guise de contre-attaques. À deux ou trois reprises, Alexis prend la défense adverse de vitesse, sur une première percée il centre pour Thomas qui est un peu court, sur une seconde il obtient un corner où le gardien adverse décide de charger poings en avant, avec un peu de casse dans nos rangs. Les couloirs sont bien utilisés par le néophyte Mohamed et Clément B. Dans l’axe, Geoffrey et Cenk cadenassent impeccablement.

Sur un coup du sort, à la 25e minute, et un contrôle complètement loupé qui se transforme en passe en profondeur, nos adversaires trouvent la faille. Rien à se reprocher côté spartakiste tant le but semble être un gag. (1 – 0) Nous repartons directement à l’attaque et enchaînons les bonnes phases, le ballon est désormais contrôlé par le Spartak, mais nous peinons à nous créer des occasions franches. 1 – 0 à la mi-temps.

Nous entamons la seconde période sur la même dynamique que la fin du premier acte. C’est organisé, ça distribue le ballon, et ça s’en remet à des exploits personnels devant. Sur un bon ballon récupéré par Clément S. qui lance Alexis en profondeur, les défenseurs adverses se font dépasser, une grosse faute est commise sur notre attaquant, qui tient bon et qui marque en force ! 1 – 1 à la 35e minute de jeu.

Les minutes qui suivent laissent place à une bataille acharnée au milieu de terrain, sur les quelques fois où les adversaires se retrouvent face au but, nous pouvons compter sur un Valentin des grands soirs pour réaliser les arrêts qui repoussent une aggravation du score.

La défense tient bon jusqu’à la 45e minute. Alors que les spartakistes accusent le coup physiquement, les adversaires se montrent de plus en plus pressants. Sur une multiplication d’offensives ils finissent par trouver une nouvelle fois le chemin des filets sur une frappe sublime qui vient décrocher la toile d’araignée dans la lucarne gauche du Spartak. 2 – 1 pour nos hôtes.

Devant, impossible de se créer des bonnes situations, nous cherchons trop souvent la profondeur et nous la trouvons rarement. Nos lancements de jeu sont souvent bien coupés.

Nouvelle situation offensive pour l’AS Vieux-Lille et juste après un sauvetage spartakiste sur la ligne le ballon retombe dans les pieds d’un attaquant adverse qui tire, ballon dévié, Valentin pris à contre-pied ne peut que regarder le ballon rouler lentement vers le but. (3 – 1)

Nous subissons de plus en plus et n’arrivons plus à sortir de nos 20 mètres, après quelques relances foireuses, l’adversaire en profite en contrant dans l’axe et frappe en force, Val ne peut rien faire, 4 – 1.

Dans les derniers instants du match, alors que nous nous ruons collectivement à l’attaque, les Vieux-Lillois procèdent en contre et, sur une énième occasion en surnombre, achèvent le score du soir avec un 5e pion.

5 – 1 score final, défaite cruelle mais somme toute logique alors que le Spartak a tenu bon jusqu’au dernier quart d’heure. Des adversaires plus forts et plus engagés dans les contacts, un ton au-dessus physiquement.


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 3
MEL 2 – Spartak lillois 2
08/10/2018

Les reporters présents sur les terrains annexes du Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq nous rapportent une « défaite encourageante » du Spartak 2 contre la MEL (8 – 5), avec coach Axel comme gardien d’un soir. Pas de photos floues ou de résumé à vous transmettre, malheureusement (bouh !).

Championnat loisir – Deux montagnes à gravir

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak entament cette deuxième journée avec l’espoir de faire fructifier les bonnes impressions entrevues lors des premiers matchs, face à des adversaires supérieurs sur le papier… Focus sur le match de l’équipe 1 face aux Amis du Foot de Bousbecque !


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 2
Bousbecque Amis du Foot – Spartak lillois 1
01/10/2018

Deuxième épisode de cette nouvelle saison de championnat pour le Spartak 2 et un déplacement loin de nos bases, direction Bousbecque, à deux pas de la frontière belge pour affronter les Amis du Foot, une vieille connaissance de nos jeunes années en foot loisir.

Alors que l’équipe se dirigeait vers le point de rendez-vous, quelques « fins tacticiens » spartakistes (coucou Alexis !) ont envisagé une refonte stratégique pour ce match.

C’est donc avec un schéma à deux défenseurs centraux, deux latéraux et deux offensifs que nous entamons la partie. Cette organisation en 4-2 aurait sans doute fait fureur sur un terrain de handball, mais elle a causé de sérieux désagréments chez les Rouges dans notre sport de balle aux pieds.

Durant le premier quart d’heure nous avons laissé le centre du terrain à l’adversaire, trop d’espaces entre notre ligne arrière et nos joueurs d’attaque ainsi qu’un axe dépeuplé.

Dès la 5e minute, sur un ballon perdu au milieu de terrain, l’adversaire remonte vite sans opposition et frappe de loin, 1 – 0 pour nos hôtes du jour.

À peine quelques minutes plus tard, la machine bien huilée de Bousbecque franchit à nouveau les lignes à coups de redoublements de passes dans l’axe ; sur les côtés, Clément S. et Thomas se retrouvent impuissants, tandis que dans l’axe, Cenk et Geoffrey ne peuvent pas couvrir notre zone défensive… 2 – 0 pour l’adversaire.

Un troisième but vient alourdir l’addition de ce début de match sur une frappe lourde repoussée par Valentin, mais qui retombe dans les pieds de l’attaquant d’en face avant que notre défense ne puisse se jeter sur le cuir. (3 – 0)

Le schéma en 4-2 de Pep « Alex » Génésio n’est définitivement pas une bonne idée, nous nous réorganisons pour repasser en 3-1-2 avec un milieu défensif qui coupera les transmissions adverses au centre du terrain.

Étrangement, tout va beaucoup mieux. Nous récupérons le contrôle du ballon. L’essentiel des offensives sont lancées côté gauche avec un trio Clément – JB – Alex qui se jette dans de bons raids verticaux. À plusieurs reprises, ces phases se concluent par des frappes qui passent de peu à côté du cadre. L’une d’elles se trouve détournée par un défenseur bleu et jaune qui manque de peu de lober le gardien, avec la sphère de cuir qui s’écrase sur la transversale. Deux minutes plus tard, c’est le défonceur Cenk qui manœuvre bien dans la défense bousbecquoise pour décocher une frappe qui tape l’intérieur du montant gauche du gardien, sans atterrir dans les filets, la goal line technology a dit non.

Alors que le collectif rouge et noir se lançait dans de nombreuses offensives, c’est sur un contre rapidement mené que les adversaires du jour viennent planter leur quatrième pion face à un Valentin qui nous a sauvé la mise à de nombreuses reprises entretemps. (4 – 0)

Nous approchons de la mi-temps, sur une dernière action encore menée sur notre gauche, JB balance une mine à ras de terre qui passe sous les jambes du gardien et nous permet d’arriver à la pause avec un but encourageant. 4 – 1 contre nous à la pause, mais des débats largement rééquilibrés dans le dernier quart d’heure.

Nous entamons la seconde période avec notre traditionnelle déconcentration. Nous passons près du 5 – 1 sur une action techniquement pauvre des deux équipes, mais Val veille au grain. Il ne peut cependant rien faire quelques instants plus tard sur une belle construction adverse, l’attaquant se retrouve seul face à lui et achève l’attaque en force. (5 – 1)

Réaction d’orgueil du Spartak qui repart à l’offensive. Le jeu se développe désormais un peu mieux. Le milieu de terrain construit bien et lance de bons ballons sur les ailes. C’est sur une phase arrêtée et un centre de Thomas Lauwers qu’Alex reprend de volée, la gonfle atterrit dans le petit filet droit, beau but pour l’équipe spartakiste ! (5 – 2)

Sur l’engagement qui suit, l’adversaire combine vite, le ballon arrive entre deux défenseurs rouges et c’est l’avant-centre adverse qui plante le 6e but de Bousbecque. (6 – 2)

Les dix minutes qui suivent sont quasiment à sens unique pour le Spartak. Dans un jeu à trois entre Clément, Alexis et JB, ce dernier se retrouve en position de frappe légèrement décalé sur la gauche, sa frappe en force au ras du sol trompe pour la troisième fois de la soirée un gardien non exempt de tout reproche.

Le jeu reprend, une récupération de notre défense centrale permet de développer une contre-attaque, suite à deux une-deux partis du rond-central entre Thomas et Alexis, notre taureau Spartakiste vient planter son deuxième but du soir. 6 – 4 et un peu d’espoir pour les dernières minutes.

C’est à ce moment-là du match que tout se désorganise. Les adversaires peinent à relancer leur jeu de passes, les Spartakistes s’engagent fortement, quelques coups involontaires sont donnés de part et d’autre, les esprits s’échauffent quelque peu mais le jeu reprend ses droits. Le Spartak passe de peu à côté du 6 – 5 avec des frappes qui s’échappent inexorablement du cadre.

Ce sont finalement les Amis du Foot qui achèvent le score en toute fin de match sur un contre rapide là où tous les Rouges, en mode ultra-offensif et exténués par la multiplication d’efforts, s’étaient jetés vers le but adverse !

7 – 4, score final après une très mauvaise entame de match et une rencontre assez équilibrée à partir de la réorganisation à la fin du premier quart d’heure. Une défaite logique encaissée malgré la belle réaction spartakiste, face à des adversaires collectivement et techniquement bien mieux armés, mais toujours dans la joie et la bonne humeur !


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 2
Dondaines 1 – Spartak lillois 2
01/10/2018

Dans l’autre match de la partie, on nous a rapporté une défaite 6 – 1 (seulement !) du Spartak 2 contre les Dondaines, un adversaire qui a pris la fâcheuse habitude de coller des roustes aux Spartakistes depuis plusieurs années.

« Avec le score, on ne dirait pas, mais il ne manque pas grand chose », a déclaré coach Axel en zone mixte à l’issue de la rencontre, qui s’est jouée au stade Baratte.

Faute de photos et de résumé plus détaillé, on vous a concocté une reconstitution du match fidèle à la réalité, qui nous confirme que Dondaines, « c’est pas Gijón, c’est pas Valladolid ! »

Championnat loisir – Débuts difficiles mais prometteurs

Dans cet épisode des Yeux dans les Gueux, les deux équipes du Spartak jouent leur premier match de championnat de foot loisir. Baptême du feu pour les uns, retrouvailles pour d’autres…


Championnat loisir – Groupe 8 – Journée 1
Wattignies 3 (Unidos) – Spartak lillois 2
24/09/2018

 

La première journée dans ce groupe 8 réserve au Spartak un alléchant duel face aux copains d’Unidos dans leur nouveau fief, le stade Mathieu Debuchy de Wattignies !

Côté effectif, nous retrouvons Alexis, Geoffrey, Nordine et Val côté anciens, les revenants Clément B. et Vincent (qui se fait connaître sous le pseudonyme « Roux », allez savoir pourquoi) mais aussi trois nouveaux, en l’occurrence Marc, Karl et Cyril – qui laissera cette fois-ci les buts à Valentin pour aller gambader sur le terrain.

Échauffement ou bluff ?

Les premières minutes sont plutôt équilibrées, chacun s’observe. Il faut une frappe de mule de Cyrille renvoyée pour décanter la situation… dans le mauvais sens, puisque la contre-attaque menée rapidement par Unidos est fatale au Spartak. (1 – 0)

En manque d’automatismes, ce Spartak new look peine à traverser la rue… euh le terrain pour revenir inquiéter la défense d’Unidos. Quelques frappes rouges sans grand danger succèdent à des contre-attaques bleues infructueuses. Le no 20 d’Unidos – que nous appellerons Ronaldinho –, décidément virevoltant, malmène la défense Spartakiste et se signale une nouvelle fois en devançant une sortie de Val pour décaler un adversaire ! (2 – 0)

Le Spartak commence doucement à se remettre du choc, profitant notamment de la vivacité de Roux et Alexis en attaque. Karl et Marc (à ne pas confondre avec Karl Marx) commencent petit à petit à (re)trouver leurs marques, tout comme Cyrille et Clément. Geoffrey endosse comme à son habitude le costume de guerrier et Val repousse comme il peut les vagues bleues. À noter également que Nordine a réussi une talonnade.

En feu pour son retour sous les couleurs spartakistes, Rouxnaldinho – rien que ça ! –, casquette vissée sur la tête, enchaîne un passement de jambes dévastateur et une frappe de loin qui vient titiller la lucarne… Mais rien n’y fait, un nouveau contre-éclair vient alourdir la marque à l’approche de la pause ! (3 – 0)

Bilan : beaucoup de bonne volonté mais le manque de repères ne pardonne pas dans le monde impitoyable du foot loisir ! Objectif : tenter de redresser la barre et repartir la tête haute.

Comment ? En mettant Cyrille en défense centrale. Une tactique qui fonctionne pendant une trentaine de secondes, puisqu’une semelle baladeuse d’un attaquant d’Unidos contraint Cyrille à quitter les siens, probablement pour plusieurs semaines… Dans la foulée de ce nouveau coup dur, Nordine « récup ze ball » à l’entrée de la surface et décoche un tir semble-t-il dévié qui trompe le gardien ! (3 – 1)

Euphorique, le Spartak prend d’assaut les cages bleues par l’intermédiaire d’Alexis, qui tente coup sur coup deux calouches acrobatiques, dont l’une vient se fracasser sur la barre ! Unidos profite ensuite d’un nouveau contre et d’un tir que Val ne peut que dévier pour rétablir son avantage acquis en première période. (4 – 1)

Le Spartak n’a pas dit son dernier mot, loin de là, obtenant même un penalty sur une main d’un défenseur d’Unidos. Nordine se charge de la sentence en nettoyant la toile d’araignée qui se trouvait dans la lucarne. (4 – 2) Un nouvel espoir rapidement balayé par les vagues bleues, avec Ronaldinho en leader, qui surpassent encore la défense spartakiste et laissent Val impuissant. (5 – 2)

La partie s’est donc totalement rééquilibrée et l’arrière-garde d’Unidos commence à souffrir des salves envoyées par les canonniers spartakistes. À la sortie d’un cafouillage, Rouxnaldinho envoie un missile depuis l’entrée de la surface et relance la machine ! (5 – 3) Réaction immédiate des Bleus, qui combinent bien et s’offrent une nouvelle fois trois unités d’avance. (6 – 3)

L’enjeu étant moindre en fin de partie, Simon, le coach d’Unidos, laisse au Spartak un dernier corner et à Val l’occasion de monter pour tenter l’impossible. L’action se poursuit mais Clément décide de ne pas faillir à la réputation fair-play du Spartak en sortant le ballon : fin du match, donc ! À noter que ce fait de jeu pourrait lancer parfaitement le Spartak dans la reconquête du trophée du fair-play.

On retient donc une belle réaction du Spartak et une intégration réussie des nouveaux, malgré la blessure de Cyrille. En tout cas, l’esprit spartakiste qui nous est cher est toujours au rendez-vous ! La suite, c’est ce lundi à 20 h 30 au stade Baratte avec un alléchant duel contre Dondaines…

 


Championnat loisir – Groupe 6 – Journée 1
Amicale sportive Lille 2 – Spartak lillois 1
24/09/2018

Premier match de championnat pour l’équipe 1 ou 2 du Spartak, on ne sait pas vraiment, mais ça importe peu.

Avec quelques soucis dans les convocations, une cascade de blessés et un coach Axel qui a dû faire appel à un banc assez large et des renforts de la veille pour composer son équipe, le Spartak s’est déplacé sur le terrain de l’Amicale sportive avec de bonnes intentions mais des automatismes à créer.

Cela se confirme dès les premières minutes d’un match où l’équipe noire débute avec une certaine fébrilité. Dans une défense qui s’appuie au centre sur notre Muraille de Constantinople en la personne de Cenk, notre Grand Roux à droite et Omar, une recrue plus que prometteuse à gauche, on imaginait que les adversaires viendraient s’empaler sans solution. C’était sans compter les erreurs provenant de nos rangs… Assez tôt dans le match sur une action anodine venant d’un renvoi aux six mètres de notre Val national, notre flanc droit subit une pression adverse qui pousse à la faute, une passe en retrait mal appuyée et c’est un premier but évitable qui vient ouvrir le score en faveur de nos adversaires… (1 – 0)

Pas spécialement déroutés, les rouges et noirs du Spartak reviennent bien dans le match, avec des incursions répétées à gauche et un schéma de redoublements de passes entre Omar et JB qui fait flancher les défenseurs de l’Amicale à plusieurs reprises sans concrétisation pendant le premier quart d’heure. En sentinelle, Clément ratisse de nombreux ballons et alimente bien le duo d’attaque. Sur une énième combinaison à gauche, une frappe lourde vient secouer le gardien qui repousse dans les pieds de Thomas qui égalise pour le Spartak ! (1 – 1)

La suite de cette première mi-temps est un long fleuve tranquille qui voit se multiplier les occasions en notre faveur et une défense bien stable de notre côté. A la 20e minute, une nouvelle fois notre côté gauche prend le dessus, Omar transperce la défense et vient frapper avec une précision chirurgicale dans le petit filet opposé (1 – 2). Quelques minutes plus tard, c’est une action partie du centre sur un beau travail de récupération de Nordine qui a pu transmettre à Roux que le danger est une nouvelle fois porté vers le but de l’Amicale, une belle action conclue par JB, plein de sang-froid et d’intelligence après deux crochets, qui pousse le ballon au fond ! (1 – 3)

Ainsi se conclut une première mi-temps gérée plutôt sereinement.

De retour de pause, alors que les Spartakistes ont du mal à se remettre dans le match, les adversaires combinent bien sur un corner joué en deux temps, un ballon mal repoussé par la défense profite à l’Amicale qui retrouve de l’allant quelques minutes à peine après le retour sur le terrain. (2 – 3)

Le Spartak tente de reprendre le contrôle de la partie, une pluie d’occasions se déverse sur le but adverse, toujours par un côté gauche très animé. Le manque d’efficacité des attaquants noirs empêche l’aggravation du score.

Et c’est une nouvelle fois sur une action en apparence sans danger que les adversaires se remettent au niveau du Spartak… Nordine, qui avait fait une belle rentrée en première période mais qui tient décidément à être la star des Yeux dans les Gueux, tarde à trouver des solutions et se fait subtiliser le ballon dans l’axe : il n’en fallait pas plus pour permettre aux adversaires de revenir à la marque sur deux-contre-un face au gardien. (3 – 3)

Cette égalisation est un coup dur, avec un Roux plein d’énergie devant et une volonté d’aller vite vers le but rouge de la part de toute l’équipe, on en oublie un peu notre équilibre. C’est sur un corner en notre faveur, joué sans couverture et une perte de balle à 5 mètres du but adverse qu’un long ballon est lancé vers un attaquant rouge. Val sort bien, mais l’adversaire joue bien le coup, un lob en première intention finit au fond du but et contre toute attente, l’Amicale nous passe devant.

Il reste 5 minutes à jouer, et c’est un siège qui s’installe dans la surface de l’Amicale. On ne compte plus les tentatives plus ou moins pertinentes et bien réalisées, mais rien n’y fait, trop de précipitation et pas assez de précision pour revenir au score.

Le match s’achève sur un score frustrant au vu de la physionomie de la rencontre. On notera notre habituelle tendance à nous découvrir en défense et à manquer de concentration, les clés du match étaient entre nos mains mais rien n’y a fait. Quelques ajustements devront être faits pour la suite, mais il y a de belles choses, l’animation collective est satisfaisante pour un premier match, reste à assurer la maîtrise défensive et la concrétisation de nos temps forts !

On remerciera Roux, Nordine et Valou d’être venus nous renforcer, et on pense bien à eux après ces 10 buts encaissés en 2 jours ! Cyrille, on te souhaite un bon rétablissement et on espère te revoir parmi nous très rapidement !

Quant à la suite, pour les supporters les plus courageux, rendez-vous ce lundi soir à Bousbecque (20 h 30) pour une jolie rencontre face à une vieille connaissance, les Amis du foot !