Les Yeux dans les Gueux – Le grand récap du mois d’avril, partie 1

On vous a manqué, chers lecteurs ? On est de retour et on a plein de choses à vous raconter, avec pas moins de 6 matchs au programme (promis, on va faire court). On commence ce récap par les trois premiers matchs du mois d’avril :


Championnat loisir – Groupe G – Journée 7
Wattignies 3 Unidos – Spartak lillois 2
01/04/2019

Ce mois d’avril riche en rebondissements commence avec l’équipe 2 en rouge, qui part affronter de vieux amis du Spartak, Wattignies FC 3 aka Unidos, le tsunami bleu.

La joyeuse troupe est accueillie par le légendaire Simon, ami du Spartak et fidèle lecteur de notre rubrique. On notera la tentative de corruption dans les vestiaires : ce n’est pas la valise à Nanard mais un pack de bière qui nous attend. Mais les Spartakistes montrent déjà un mental d’acier, pas un seul n’a craqué et bu le saint breuvage avant le match…

Du côté du Spartak, Lakhdar, Vincent, Léo, Thibaut, Javier, Geoffrey, Nordine et David ont fait le déplacement pour ce derby qui s’annonce chaud. Après un petit échauffement dans les règles, le match commence.

Ce match démarre sur les chapeaux de Roux (private joke, tmtc) avec un but éclair des les premières secondes de Lakhdar. Moins d’une minute de jeu et déjà 0 – 1 !

Les débats sont équilibrés et les attaques adverses sont contenues par une défense spartakiste solide. Jusqu’à ce que Nordine, comme à son habitude tente le dribble en défense… Alerte sans conséquence mais tous se demandent quand le bougre cessera de prendre autant de risques (On vous spoile ou pas ? Non, allez.)

En contre, l’équipe rouge joue bien, simple, efficace, une série de passes à une voire deux touches de balle maximum. Tito fait trembler les filets après avoir crocheté plusieurs défenseurs avant d’enrouler une frappe à mi-hauteur à gauche du gardien côté ouvert. L’écart se creuse (0 – 2).

Peu de temps après, les attaques bleues s’intensifient et la défense redouble de vigilance… Cependant, les Bleus ont un mur de lave rouge écarlate en face d’eux, leurs vagues s’évaporent au contact de la défense ou de notre Ruine Patricio InterSpartational (on avait pensé à « international », mais faut pas exagérer non plus).

Unidos accélère et, piqué au vif, finit par transpercer la défense rouge qui laisse David à son sort. À bout portant, le mur porteur, heu le portier (aucun rapport avec les origines portugaises du gardien) se troue et manque son arrêt. Ça ne casse pas des briques ! (1 – 2) Qu’à cela ne tienne, ce poison de Lakhdar est intenable et creuse de nouveau l’écart. (1 – 3)

C’est la mi-temps. Les Spartakistes ne comptent pas en rester là.

À la reprise, les Bleus montent le bloc. Les Rouges ne paniquent pas, subir est leur spécialité…
Les experts dans les tribunes ont analysé un échange verbal entre Nordine aka Madjerito et Vincent aka Roux. « C’est maintenant, Roux, c’est ton moment, tu vas les faire trembler ces p*t**ns de filets ! » Visionnaire : dans un premier temps, c’est Nordine qui lance Javier dans la profondeur, Vincent reçoit la passe en retrait et conclut ! (1 – 4)

Les Bleus accélèrent, les Rouges se relâchent et encaissent logiquement un second but… (2 – 4) Le cursinu Geoffrey s’agace du manque de ballons dans son couloir et le fait savoir au reste de l’équipe avent de galvaniser les troupes, tourmenté par les déconvenues passées sans aucun doute. Il faut continuer de travailler le ballon et cesser de reculer.

Tito relance les hostilités aux abords de la surface adverse, bien servi par Léo juste avant la dernière ligne. Encore une fois, il se joue de la défense adverse qui semble se résigner face à la lucidité et la précision de ce dernier. Le gardien bleu est trop court ! (2 – 5)

Madjerito dézone alors pour se retrouver en position d’ailier droit, centre au deuxième poteau au dessus du gardien, et de nouveau Roux à la conclusion sur une tête acrobatique (2 – 6). La légende voudrait que la colonne vertébrale de Vincent soit en chewing-gum.

Inspiré par la meilleure équipe espagnole (on rappelle que la rédaction laisse tous les avis s’exprimer, même s’il s’agit d’un « zidanix »), Javier imite Gareth Bale à la perfection. Un débordement débordant, il sort les minis fusées et laisse son vis-à-vis sur place, court plus vite que son ombre et va conclure d’une frappe pied ouvert sublime… (2 – 7) La rumeur court qu’il a consommé beaucoup de kérosène le week-end précédant le match.

Pour son dernier acte, Roux aka « l’homme aux trois poumons » s’offre l’exploit individuel pour le hat-trick ! (2 – 8)

Le match se termine donc avec un tsunami étouffé par des coulées de lave comparables à celles de Pompei. Le feu à pris le dessus sur l’eau.

Simon confiera a nos micros qu’Unidos a sans doute abordé ce match trop confiant : « On est venu tranquille en pensant plier le Spartak comme les autres fois, ça fait des années qu’on plie le Spartak chaque fois qu’ils viennent. » Une chose est sûre, le derby est bien relancé, un derby cordial et fraternel.

Merci à vous, Unidos, pour l’accueil, l’esprit et les bières.


Championnat loisir – Groupe F – Journée 7
FC Bondues 2 – Spartak lillois 1
01/04/2019

Pas de poisson d’avril au programme pour le Spartak 1, qui préfère croire en sa bonne étoile pour arracher aussi une victoire. Pas une mince affaire face aux golgoths de Bondues, déjà auteurs d’un cinglant 9 – 2 en début d’année.

Changement de tactique avec le retour de Val aux buts tant réclamé par Nordine et une pige de Cyrille sur le terrain. On notera les retours de Ben et JB en plus de Thomas, Axel, Alexis, Clément S. et Mohamed.

On se laisse émouvoir par les jours qui s’allongent et par l’échauffement soleil couchant, mais la poésie s’arrête là : Bondues est bien décidé à ne pas se laisser marcher dessus et envoie ses premières banderilles. Val est là pour repousser l’échéance mais ne peut rien sur un contre, puis sur une tête rageuse consécutive à un corner (2 – 0).

Les Rouges ne noient pas le poisson – d’avril ! – et trouvent la faille à la mi-temps sur un long centre de Cyrille repris par Thomas ! (2 – 1) À noter également, une belle horizontale du gardien adverse qui sauve la mise.

En seconde période, le match est toujours engagé mais correct, même si Bondues reprend les commandes du match. Une percée éclair et une frappe limpide placent les Blancs à trois longueurs d’avance. Mais le Spartak ne se démoralise pas et Alexis y va de sa « calouche » sur une belle frappe à l’entrée de la surface (4 – 2).

Décidément, il n’y aura pas de poisson d’avril : Bondues confirme sa victoire avec un ultime pion (5 – 2). Le Spartak jette ses dernières forces dans la bataille mais rien y fait, la faute au gardien adverse notamment, qui y laisse même sa jambe dans un duel avec Clément. Plus de peur que de mal et défaite plutôt logique du Spartak, rien à dire.

Allez, on fête ça autour d’une bière et on n’oublie de faire des poses pour la nouvelle page Instagram du Spartak !


Championnat loisir – Groupe F – Match en retard
Les Footards – Spartak lillois 1
08/04/2019

Enfin ! Ce match était attendu depuis longtemps et après moult reports, il a enfin lieu ! Rendez-vous donc au terrain de la patinoire de Wasquehal (pas un terrain en glace, hein, rassurez-vous).

C’est donc sur le synthétique voisin que les Spartakistes affûtent leurs frappes et leurs stories Instagram. Les deux Clément, Axel, JB, Val, Cyrille, Alex, Mo’ et Léo sont en piste, sous les yaux du défonceur Cenk, qui se remet doucement de sa blessues.

Le match commence sur de très bonnes bases puisque le Spartak 1, ce soir en noir, prend d’assaut le but rouge et trouve rapidement la faille grâce à JB ! (0 – 1) Le gaucher se mue ensuite en passeur sur un corner « bien placé » – comme le dirait Christian Jeanpierre – et joliment repris de la tête par Alex ! (0 – 2) Les Footards sortent les muscles, un peu trop, multipliant les fautes, dont une vilaine charge sur un des Clément.

Une erreur de relance de la défense noire replace l’adversaire à une longueur à la reprise. (1 – 2). L’équipe locale pousse logiquement, n’employant pas toujours des moyens légaux contrairement à Jean-Jacques Goldman, malgré les remarques spartakistes. Une frappe croisée permet aux Footards d’égaliser (2 – 2), le banc se veut pessimiste au vu de a tournure quelque peu trouble que l’adversaire semble vouloir donner au match – on mettra ça sur le compte de la peur de la défaite.

Et ça devait arriver : après une récupération assez limite sur JB, les Footards prennent les devants à cinq minutes de la fin. (3 – 2) Un coup dur et assez cruel dont le Spartak ne se remettra pas.

On oubliera la sortie de balle volontaire à l’annonce de la dernière action alors que notre JB venait de se faire une nouvelle fois découper. Pour le fair-play, on repassera. Coup de gueule terminé.

On noie l’injustice autour d’une bière dans les vestiaires, où trônent une compo d’équipe non effacée du match du samedi et des inscriptions à travers lesquelles le coach semble avoir voulu motiver ses troupes, du moins le pense-t-on.

Et on attend avec impatience la suite des événements : vous n’aurez pas à attendre longtemps, la seconde partie du récap du mois d’avril arrive bientôt !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s