« Kung Fu Fighting » : épisode 3

4e match – La Madeleine – Jeudi 10 janvier

Cette chronique est dédicacée aux membres de l’équipe n’ayant pu être présents car occupés, exilés, blessés. Une énorme, giga, méga, supra grande pensée pour Mo, à qui on souhaite le meilleur et le plus prompt des rétablissements, et qu’on espère revoir le plus vite possible.

À peine de le temps de se faire la bise et de se souhaiter la bonne année, que l’équipe de hand du Spartak lillois est déjà dans les starting blocks ! L’année 2019 devait commencer fort, avec deux matches cette semaine. Mais après le report du match du mardi 8 janvier, contre Lille, les Spartakistes retrouvent donc la grande salle du Romarin, sous le crachin et dans l’adversité climatique, mais avec plaisir. Oui, avec plaisir, car cette salle est indissociablement liée aux souvenirs du tout premier match – amical – de l’équipe !

L’accueil de Thierry, le coach de l’équipe adverse, est toujours aussi chaleureux, on reconnaît quelques visages, croisés lors du précédent match, on commence rapidement l’échauffement, de nos muscles endormis et de nos corps frigorifiés en ces temps hivernaux et pluvieux. Jetons un œil à l’équipe…

Ce ne sont pas moins de 13 joueuses et joueurs, qui font des montées de genoux et des pas chassés. On retrouve les indéboulonnables (Gwen, Pablo, Justine, Maëlle, Guillaume, Ilyasse, PE, Antoine, Max, Val) – à celles et ceux qui se poseraient la question : il suffit d’une fois, pour devenir un membre à part entière de l’équipe, qui ne forme alors plus qu’un tout, et se fait une et indivisible – et on accueille trois petits « nouveaux », du moins, trois joueurs qui disputent leur premier match, sous les couleurs du maillot ! Stéphane, qui a enfin pu être disponible, Tibo, transfuge de club, à qui on doit le bonheur de participer à ce championnat (encore merci !), et Manu, fraîchement et providentiellement débarqué au Spartak !

On échauffe donc nos deux gardiens, puisque Max a su revenir de blessure, et que Val a su revenir après sa 1e expérience, qui, visiblement, a été concluante ! L’arbitre, fidèle au poste et que nous remercions encore pour ça, siffle et les joueurs se placent sur le terrain.

Après le coup d’envoi et des encouragements mutuels, La Madeleine déclenche le premier tir. Mais l’arrière bute sur la transversale et la balle revient sur le terrain, ce qui permet à Antoine de partir en contre-attaque et d’ouvrir le score ! 1 – 0 à la première minute ! Cette ouverture de score par le Spartak serait-elle de bon augure ?

La Madeleine égalise rapidement, mais c’est à nouveau Antoine qui trouve le chemin du but adverse, en demi et en appui, aux 9 mètres, sur un tir croisé. Après cette égalité serrée, c’est La Madeleine qui tire son épingle du jeu, grâce aux points supplémentaires que leur apporte le but de leur ailière. En effet, en championnat loisir, les buts marqués par des filles valent double. Tous les buts ? C’est ce que nous verrons par la suite…

Le Spartak, nous l’avons dit, a donc ouvert le score sur une contre-attaque. Ce genre d’action va se multiplier tout au long du match, chez les deux équipes, à la faveur de pertes de balles et de relances adroites des gardiens. Illustration : le Spartak défend – solidement – et Antoine récupère la balle. Il s’élance et fait la passe à Ilyasse, qui était parti avec lui, et fonçait vers le but. La montée de balle opérée par ces deux joueurs fonctionne, Ilyasse refait la passe à Antoine, qui trompe son défenseur en revenant dans l’axe central, et marque !

La première mi-temps, d’ailleurs, nous en met plein les yeux ! Non contents de défaire une contre-attaque venant de La Madeleine, proprement et sans faute, le Spartak s’arroge le droit de venir marquer, juste après ! En demi, Manu lance Tibo, dont le tir puissant, déclenché en suspension, aux 9 mètres, finit au fond des buts. PE, en pivot, travaille tant et si bien, qu’il arrache un penalty, concrétisé par Tibo. Un peu plus tard, Ilyasse, en pivot, passe subtilement dans le dos de sa défense, et glisse subrepticement vers l’aile, ce qui n’aura pas échappé à Manu, dont l’apparente nonchalance et la feinte parfaite dupe tout le monde : Ilyasse récupère la balle, tire, et marque ! Par la suite, Manu en demi amorce une espagnole vers Pablo, et cette jolie combinaison sera à nouveau gagnante ! Autres jolis gestes pêle-mêle : une belle défense de Maëlle, et des tirs à 9 mètres inspirés, mais arrêtés, des tentatives audacieuses de Stéphane, mises à mal par la zone ou par le gardien.

La défense spartakiste est solide, les gardiens, qui se relaient dans les cages, multiplient les parades. Au milieu de cette première mi-temps, La Madeleine accuse un premier, puis un deuxième 2 minutes ! Nos adversaires ne sont plus que 4, sur le terrain ! Ce qui ne les empêche pas de venir arracher un penalty et un 2 minutes : les deux équipes s’affrontent alors à 4 contre 5, pendant un cours laps de temps.

Un nouveau penalty est octroyé aux Spartakistes. Ces derniers invitent donc Justine à tirer. Cette dernière, fébrile, déclenche un tir maladroit, qui terminera en dehors des buts. Mais, sans rancune et magnanime, l’équipe lui offrira un deuxième penalty, qui filera au fond du filet sur un tir croisé. C’est ainsi que nous découvrons que les buts marqués sur penalty par les filles ne valent pas 2 mais 1 point, ce qui, somme toute, est logique.

Cette première mi-temps file à tout allure, et s’il est à déplorer des pertes de balle, ce qu’on retiendra surtout, c’est qu’à un moment donné, Antoine égalise ! 12 – 12 ! Et mieux, Antoine et Tibo, lancés en contre-attaque, offrent au Spartak de mener au score ! 13 – 12 ! La fièvre provoquée par cette avance est de courte durée car La Madeleine égalise, juste derrière. N’empêche ! Le Spartak a mené, pendant ce match !

La première période se clôt sur une courte avance de La Madeleine. Dans les vestiaires, on évoque les solutions (être davantage en mouvement et lancé, être attentif aux pertes de balle…) et on soupire d’aise, satisfait de cette agréable entame de match.

L’arbitre siffle le début de la deuxième mi-temps et… le glas de l’équipe. Que s’est-il passé ? Plusieurs jours après, la question reste toujours irrésolue. Un manque de lucidité, une panique, une précipitation, une gaucherie s’emparent de l’équipe et La Madeleine profite de ce flottement pour s’engouffrer dans la brèche et creuser l’écart, notamment grâce à leur rouleau compresseur de demi.

Passé la stupeur et l’asphyxie, l’équipe se ressaisit, mais il sera trop tard, pour rattraper le retard. Nonobstant la prise en individuel de Manu sur le demi adversaire, malgré les arrêts de Val et de Max, malgré la hargne d’Antoine (« But Antoine. Quel homme ! », peut-on lire, consigné dans le carnet), le très joli but de Stéphane à l’aile gauche, le penalty de Pablo, la belle combinaison de Justine, au point de corner qui donne à Antoine qui donne à Guillaume qui redonne à Antoine qui marque à l’aile, en dépit des « Antoine », « Tibo ! », « Manuuuuuu ! » griffonnés dans le carnet à côté de l’évolution du score (30 – 25, 31 – 26, 31 – 27), à quelques points de coudoyer nos adversaires… L’arbitre siffle. C’est donc sur le score de 32 – 27 que s’incline le Spartak, qui offre sa première victoire à cette belle équipe de La Madeleine.

On se congratule, on se sourit, on se remercie, on amplifie notre collection de photos inter-équipes. On se voit même offrir le coup à boire et… des chips ! On discute, on sourit à nouveau… Car, oui, malgré la défaite, malgré la déception liée à la sensation d’être passé pas loin de la première victoire spartakiste, on reste heureux. Heureux de ce match, de notre réjouissante équipe, de la rencontre avec les sympathiques joueurs, entraîneur, arbitre de La Madeleine, de cette reprise pleine de promesses.

On se quitte… en se disant « à très vite » ! Car, au Romarin, on y revient très prochainement : le 24 janvier, c’est l’autre équipe de La Madeleine, plus expérimentée, qui nous montrera de quel bois elle se chauffe ! Et on a hâte de se brûler les doigts… !

On termine en plaçant ce mois de janvier sous l’égide de nos dieux ultimes : après les filles, on croise les doigts pour les garçons de l’équipe de France de handball, qui a démarré le championnat du monde en Allemagne et au Danemark par deux victoires contre le Brésil et la Serbie, en attendant la suite (Corée ce lundi soir, Allemagne demain, Russie jeudi). En espérant que cela nous inspire, dans les jours et les matches à venir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s