Spartak – CMP de croix : un premier acte réussi

Fin février, les porteurs du projet « Au cœur du Foot », qui œuvrent pour l’accès au sport des jeunes ayant des troubles du comportement, nous avaient invités à visiter leurs locaux de l’ITEP de Croix. Comme nous, ils ont reçu la distinction de lauréat régional FAIS-NOUS RÊVER du concours de l’APELS et comme nous, ils valorisent le sport comme un outil de développement, au delà des aspects compétitifs. Suite à ces échanges riches et constructifs, nous avions décidé de nous défier balle au pied, et la rencontre à bien eu lieu.

spartak_cmp croix itep footSamedi matin – 10 h. Les jambes des Spartakistes sont encore lourdes de la séance du jeudi, mais tous sont prêts à donner le meilleur. Rendez-vous au vestiaire pour une séance de tableau noir inédite puisque pour la première fois de l’année, le Spartak abandonne le foot à 7 pour un bon vieux match sur grand terrain, à 11 vs 11.

Samedi matin – 10 h 30. Tout le monde est prêt, le protocole a lieu. Les joueurs s’avancent pour la photo d’avant-match derrière la désormais légendaire banderole du Spartak. (celle qui a failli nous causer une arrestation lorsqu’elle a été déployé devant l’Assemblée nationale quelques jours après le grand élan républicain pour la liberté d’expression, souvenez-vous…). On se met d’accord : le match se jouera en 3 fois 30 minutes.

Samedi matin – 11h. Sans forcer son talent, le Spartak mène 3-0 au bout de la première période. En manque de repères et d’automatismes, le ballon est pourtant laissé à l’ITEP qui se brûle les pieds à force d’avoir la possession. Le Spartak en profite et lance plusieurs contres assassins qui permettent de faire trembler les filets à trois reprises. Derrière, ça assure et Matthieu n’est pas très inquiété. À la mi temps, on essaye de rester digne, et on ne chambre pas trop. Après tout, Bruno nous avaient prévenu qu’en face, « c’était plutôt Franck Lebœuf que Zinedine Zidane… »

Samedi midi – 11h30. Alors que le soleil commence à faire son apparition, le Spartak connait un passage à vide en début de seconde mi temps. L’ITEP marque à deux, puis trois reprises. Il faudra même un arrêt réflexe de Valentin sur sa ligne pour que l’écart ne soit pas creusé. En face, le Spartak conclut victorieusement une seule de ses 145 occasions de buts. Ce petit ratio de 0,06% d’occasions converties permet à l’ITEP de refaire son retard. Les mines inquiètes des supporters locaux s’ouvrent enfin, la confiance revient, et les parents et professionnels du CMP se permettent d’y croire.

Samedi midi – 12h. Troisième mi temps, mais toujours pas de buvette pour les 22 acteurs. Le match est tendu comme un string match de Ligue 1 entre Reims et Évian-Thonon-Gaillard et les défenses prennent le pas sur les attaques. Dans ce dernier round, chacun est au bord du KO et on se rend coup pour coup. A quelques minutes de la fin du match, l’ITEP mène d’un but et fanfaronne (on ne mentionnera pas le nom du gardien spartakiste qui a offert ce but aux locaux, sachez qu’il souffre terriblement de cette bévue). Mais à force de rêver, ils en oublient de jouer. Après avoir laissé à nos adversaires la possibilité de toucher du doigt (un seul doigt) une victoire à domicile, Mohammed – oui, notre Momo national est venu exporter ses talents hors du chaudron du Mont de terre ! – décide de prendre la balle et file seul au but pour égaliser. La fin de match voit une une foule d’actions plus fair-play les unes que les autres se succéder. De chaque côté, on se décide à mettre le ballon à côté, ou au dessus afin de préserver le score du match nul qui annonce déjà une revanche.

Les bouteilles d’eau étant vides, joueurs et supporters se donnent rendez-vous à la buvette du stade Vanacker, flambant neuf. On refait le match et chacun prend conscience de l’exploit que vienne de réaliser les joueurs de l’ITEP en accrochant un nul au GRAND Spartak.
Surtout, on pense à poursuivre ces rendez-vous conviviaux avec une prochaine rencontre, sous le soleil, et avec du monde en tribunes. À suivre !

Résumé du CMP, des mots de l’éducateur : « plus près de Voici que de l’Equipe… ! »

Un CMP déchaîné face à un Spartak d’attaque. Les 2 équipes se sont quittées sur un score de parité, 5 buts à 5. Croix outragé, Croix martyrisé en première période sur le score de 4 buts à 1 mais un Croix devenu adroit qui se retrouve en milieu de partie devant un Spartak soudain patraque. Mr Kader notre capitaine a su haranguer sans relâche son groupe par des mots lourds de sens : « la situation est sans espoir mais pas critique ! » Le premier, le deuxième, le troisième meilleur joueur de l’équipe David se surpassa pour nous offrir un 5e et dernier but d’anthologie. Humble il dira comme pour s’excuser : « je crois que j’ai 2 pieds, j’ai cette faculté depuis tout petit. » C’est un spartakiste abattu qui interpréta à sa façon cette partie historique : « nous les avons dominé 99% du temps. Ce sont les 3% restants qui nous ont coûté la victoire… » Respect à tous. Vivement le match retour au Mont de Terre à Lille!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s