Les Yeux dans les Gueux, S2E06 : Une semaine doublement victorieuse !

Entre le premier succès du Spartak 1 en championnat et un déplacement périlleux du Spartak 2 sur la pelouse de la police municipale de Tourcoing, la sixième journée du championnat aura sourit aux Spartakistes ! Retour sur une semaine faite de suspense et de gloire…

Spartak 1 – Loos OXYA FC 7-3

P1050210

Un Spartak de gala sur le terrain !

Attendue de pied ferme, la première victoire de l’équipe 1 était aussi désirée qu’un nouveau-né. À la différence près qu’une victoire du Spartak, c’est bien plus cool qu’un bébé… De contractions en contractions, le Spartak à joué, le Spartak à poussé, et le Spartak à exulté.

Pour ce match, la dream-team spartakiste était sur le pré. Aux vieux briscards Nico, Matt, Thomas, Lamine, Adri et Étienne s’ajoutent trois nouveaux venus. Un cocktail explosif et plein de promesses… Et au delà du score, c’est la manière qui aura régalé les spécialistes. Décalages, mouvements, pressing de tous les instants, efforts collectifs… tout y était. Même Matt le terrible, le gardien spartakiste improvisé, du haut de ses 0 matchs d’expérience, aura récolté un très beau 9/10 en note artistique.

Après un début de match serré, c’est sur un contre rapide que le Spartak ouvre la marque. Une action à l’image du match où les loosiens auront eu… bah… « la loose » (si vous cherchez l’auteur de cette vanne qu’on peut légitimement considérer comme la plus pourrie de l’histoire des Yeux dans les Gueux, sachez que c’est Ben, vous pourrez lui balancer des tomates quand vous le croiserez…). Le malheur des uns, faisant le bonheur des autres, le Spartak aura profité des nombreux « ratés » de ses adversaires pour placer des contres assassins. Appliqués et sérieux tout au long du match, les estomacs se sont déliés en toute fin de match où le Spartak prendra le large en mettant plusieurs buts dans les 5 dernières minutes. Score final, 7-3 pour le Spartak qui voit sa dernière recrue en date, Mounir, se signaler par de nombreux buts. Devant l’euphorie de cette prestation magique, les commentateurs en ont oublié de noter l’ordre des buteurs et les actions précises. Toujours est-il que ce résumé aura au moins l’utilité de résumer. (c’est à ce que sert un résumé non ?).

Police municipale de Tourcoing 4 – 6 Spartak 2

Les supporters du Spartak en manifestation d’avant match

(Note aux lecteurs : Attention, le résumé qui va suivre est, une fois n’est pas coutume, un résumé SÉRIEUX. Pas de jeux de mots capillotractés pour cette fois, c’est le moment de sortir les mouchoirs… Merci pour votre compréhension.)

C’est un déplacement spécial qui attendait le Spartak ce vendredi. En plein débat sur les violences policières, les rouges rencontraient la police municipale de Tourcoing. Le Spartak face aux flics ! Directement des pensées émues nous accompagnaient. On pensait à Rémy Fraisse, tué récemment par des gendarmes au barrage du Testet, à Zineb et Bouna, assassinés par la police à Clichy-sous-Bois en 2008 et aux nombreuses victimes de l’arbitraire policier. Plus récemment encore, nous pensions à Michael Brown, jeune afro-américain de 18 ans tué par un policier innocenté par la justice. Nos jeunes lecteurs doivent savoir que chaque année, en France, la police tue entre 10 et 15 personnes dans les quartiers populaires. Les municipaux de Tourcoing ont donc, de par leur statut, été victimes d’un sursaut de motivation Spartakiste !

Au début du match, c’est un Spartak très à l’aise qui se présente sur le terrain, solide en défense, bon au milieu c’est tout naturellement qu’en attaque les actions se concluent par des buts. Alexis buteur du soir profite d’une bonne passe de Benjamin et se retrouve seul face au gardien. 0-1. Quelques minutes plus tard, rebelotte, c’est un doublé pour Alexis, mis sur orbite par Valentin. 0-2. Tellement à l’aise, les Spartakistes se permettent une partie de billard. Frappe de Clément, poteau, la balle revient sur Quentin qui marque : 0-3 ! La première mi-temps est assez calme pour notre gardien qui se permet une séance de musculation : pompes, tractions, abdos. Romain passe sa première mi-temps à renvoyer des balles tirées au dessus par nos adversaires du soir. Çenk, rempart invincible en défense, renvoie de la tête le reste des ballons des municipaux. Devant, c’est la barre qui repousse à deux reprises des tentatives de lob de Clément. À la mi-temps, le Spartak mène largement.

Mais les travers de l’équipe 2 refont surface au début de la seconde période. Attention à ne pas se voir plus grand qu’on ne l’est, les poulets n’allaient pas se faire plumer. Cinq minutes après le retour des vestiaires, profitant de quelques errements défensifs, les locaux inscrivent un but sur contre : 1-3. La réaction des rouges est belle, Benjamin profite d’une incompréhension des locaux pour inscrire tranquillement un but magnifique : transversale rentrante, 1-4. Quelques minutes plus tard, nouvelle erreur des visiteurs qui se paie cash : un flic, une balle, un but dans les cages : 2-4. La tension monte peu à peu, et sans taser s’il vous plaît. Belle révolte spartakiste, après une remontée du terrain à 100 à l’heure, c’est Clément qui marque du droit : 2-5 !

Sentant la défaite arriver, les esprits s’échauffent. A chaque contact, les locaux tombent comme des mouches, prétextant des fautes. Benjamin combatif sur son côté se fait rappeler à l’ordre. Alexis est interpellé par l’arbitre pour une faute imaginaire. Quentin victime d’une charge se voit siffler un coup franc contre lui. « L’arbitraire policier » fait naître des réflexions philosophiques chez les Spartakistes. Le foot loisir fait mal aux cuisses et aux mollets mais il amène parfois le footballeur à réfléchir sur le monde qui l’entoure. Dans ce cas l’injustice naissant de cette phase de jeu nous rappelait que la police avait ce rôle social, en tant qu’outil de la classe dominante, de réprimer le peuple. La stratégie policière de se faire passer pour des victimes nous rappelait les belles paroles de Malcolm X, sur la classe dominante, les médias et la police : « Ces gens là vous accusent de ce dont ils se rendent eux-même coupables.(…) Ils vous défoncent le crâne puis vous accusent de les avoir attaqués. (…) Les rôles s’inversent : la victime devient le criminel ; le criminel la victime. » Une stratégie payantesi bien qu’à force que certains philosophent et que d’autres s’énervent, les municipaux de Tourcoing repartent à l’attaque et profitent d’un cafouillage pour inscrire un nouveau but : 3-5. La situation chauffe pour les rouges, les locaux reviennent après une magnifique tête effleurée sur un centre lointain, qui laisse Romain de marbre : 4-5 ! Romain qui deviendra lui-même victime, dont la cheville a été flashée par une entorse sur une parade salvatrice…

Mais ce soir, le Spartak ne pouvait pas perdre ! Alexis, bien en jambes, inscrit son triplé : 4-6 ! Score final. Les poignées de mains avec nos amis footballeurs firent oublier la tension des minutes précédentes. Il ne restait que la joie d’une nouvelle victoire.

Le Spartak 2 fait à nouveau belle figure dans ce championnat !

QLM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s