Les Yeux dans les Gueux, S2E02 : Le Spartak voit encore double…

Il n’est jamais trop tard pour publier un résumé du Spartak, même quelques heures avant le prochain match de vos joueurs préférés… Deuxième journée et deuxième multiplex sur le pré du Mont de Terre. Tandis que le Spartak One retrouvait Marcq Ch’Ti Tongolo, une vieille connaissance, le Spartak Two accueillait Tourcoing Blanc Seau. Reportage.

Spartak lillois 1 – Ch’Ti Tongolo : « Le blackout »

Un blackout, un trou noir… Tout simplement car personne dans la rédaction du Spartak n’est en mesure de raconter ce qui s’est passé pendant ce match ! Tout ce que je peux vous dire, c’est que Ch’ti Tongolo a pris sa revanche sur le Spartak 1 (3–6). Si un courageux spectateur (ou joueur) peut se porter volontaire pour résumer ce match, qu’il se fasse connaître !

Spartak lillois 2 – Tourcoing Blanc Seau : « C’est l’histoire d’un bus… »

Le second match de la soirée est l’occasion pour le Spartak Zwei de confirmer la victoire de la semaine dernière en empochant pourquoi pas quatre nouveaux points face à une équipe résolument talentueuse. Quelques changements sont toutefois à noter : Val remplace Mister D’joub dans les cages, Jibé et Omar laissent leur place à Mike, qui fait sa première apparition de la saison et à Adrien L., transfuge du Spartak Eins pour l’occasion. Çenk, Adrien B., Matthieu, Marc, Quentin et Ben complètent l’armée spartakiste.

Le match peut débuter et l’opposition est d’emblée très disputée. Ça transmet beaucoup au milieu de terrain, mais Tourcoing commence à prendre le dessus. Le contrôle du jeu passe ensuite manifestement à l’avantage des visiteurs qui misent sur la vitesse de leurs ailiers. Et pourtant rien ne passe. Pourquoi donc ? Car le Spartak se montre tout simplement héroïque derrière ! La ligne de défense Quentin-Çenk-Mathieu et le gardien Val ne laissent rien passer, tandis que le travail de défense du reste de l’équipe est également remarquable. Autrement dit, le Spartak a garé le bus et attend le meilleur moment pour surgir. Une tactique à la José Mourinho, dira-t-on. Et ça implique que de l’autre côté il ne se passe pas grand chose, à part quelques situations sans réel danger. Côté tourquennois, forcément c’est plus dangereux, mais la défense et le gardien assurent toujours. Et la barre transversale assure également en détournant un coup-franc dévié par le mur rouge.

bus

La défense du Spartak en images (l’affluence n’est pas du tout exagérée)

Les dix dernières minutes de la première période sont plus débridées. Le Spartak a sa première grosse occasion sur une frappe qui heurte le montant tourquennois. Côté bleu, justement, ça se précise. Et le couperet finit par tomber dans les dernières secondes, sur une frappe en force, petit filet opposé. Imparable (0–1).

La mi-temps est sifflée après une ultime série de corners chauds devant le but spartakiste. L’occasion pour Val de passer sur le champ et de prêter son désormais célèbre maillot « Oliver Kahn » à Quentin.

Le début de deuxième période s’avérera crucial, puisque le Spartak se doit d’égaliser après ce coup du sort. Pour ça il faut se livrer et prendre plus de risques offensifs. Ce qui est fait sans trop hésiter. Mais de coup ça se découvre derrière, et sur deux contres fulgurants consécutifs, Blanc Seau douche le Spartak (0–3) en quelques minutes.

Les brigades rouges ne perdent pas espoir pour autant et repartent à l’assaut du but tourquennois. Les bleus opèrent quant à eux en contres grâce à leurs ailiers supersoniques. Ce sont d’ailleurs eux qui finissent par porter l’estocade à dix minutes de la fin (0–4).

Le bus du Spartak a un peu morflé...

Le bus du Spartak a un peu morflé…

L’estocade ? Que nenni ! C’est mal connaître l’esprit spartakiste, on n’est pas là pour abandonner et il reste dix minutes. Le bus spartakiste, garé devant les buts en première période et qui a légèrement souffert (voir l’image ci-dessus), fonce sur le but adverse ! Et c’est une frappe pleine de rage de Marco qui transperce les filets bleus ! (1–4). Le bus roule tant bien que mal et continue de se pavaner devant le but de Blanc Seau. Le siège se poursuit mais ni Ben, ni Val, ni Mathieu, ni personne d’autre d’ailleurs ne parvient à transpercer une nouvelle fois le but, et les Spartakistes butent soit sur un gardien bien présent, soit sur la barre transversale… Quelques contres tourquennois donnent des derniers frissons au Spartak, mais Quentin veille au grain, et de belle manière !

Le match se termine donc sur une « belle » défaite, mais ce n’est pas avec des belles défaites qu’on va se qualifier pour l’Europa League, hein ! Allez, on rafistole le bus se retrouve dès ce lundi (ce soir donc) au stade Driss Berkani pour y affronter le FC Lille Sud !

Val

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s