Bousbecque très amical, Quentin fait son récital !

(NB : votre fidèle D’joub D’joub n’est pas responsable du résumé qui suit, toute réclamation sera donc à adresser à moi, Valentin, résumeur remplaçant.)

Le championnat reprend dans une semaine, l’occasion pour les Spartakistes de s’entretenir lors de rencontres footballistiques plus ou moins impromptues. Le retour du beau temps aura notamment permis aux plus intrépides de taper le ballon trois jours d’affilée ! (Autant dire que j’ai les jambes bien lourdes aujourd’hui…)

Et quoi de mieux pour finir en apothéose qu’une joute « contre » les Amis du Foot, une charmante équipe rencontrée au détour d’un vestiaire en décembre, un soir de championnat ? Ce vendredi soir, le Spartak était donc de retour dans la campagne flamande, à Bousbecque, non loin d’Halluin, terre de victoire en janvier dernier. Les Amis du Foot de Bousbecque, donc, nous attendaient sur leur billard synthétique.

Une question se pose alors : Bousbecque, en bois ?*
(*Notons que Ben et moi-même revendiquons tous deux la paternité de cette blague géniale sur mon nom de famille. Un concours de dérapages sur le parking du Mont de Terre sera organisé pour nous départager.)

Sur le papier, pas du tout, les Amis du Foot évoluant trois niveaux au-dessus du Spartak, en 2e division. Venons-en au match, dont Bousbecque prend logiquement les commandes au bout de dix minutes de jeu, plaçant deux pions dans les cages orphelines du magnanime D’joub D’joub, gloire à lui (2-0). Entre-temps, François nous avait gratifié d’un but « fantôme », puisqu’on n’est toujours pas sûr si la balle a réellement franchi la ligne.

Le Spartak réduit le score par l’intermédiaire de Romain Panda, bien placé pour lâcher un premier missile à ras-de-terre. 2-1, puis 3-1 après un contre rondement mené par les locaux. C’est alors que Quentin entre en scène. Après deux premiers corners très dangereux mais qui n’ont pas fait mouche, « QLM » ne manque pas la troisième offrande et crucifie le gardien de la tête.

L’égalisation vient très rapidement grâce à Romain Panda qui, une nouvelle fois, envoie une belle frappe plein axe (3-3). C’était sans compter sur la capacité de réaction des Amis du Foot, qui profitent d’un contre pour reprendre l’avantage juste avant la mi-temps (4-3).

À mi-chemin, c’est pas vilain, la défense spartakiste est quelque peu malmenée mais l’équipe parvient à faire front.

Quentin, Acte II. Juste après la reprise, Quentin combine bien avec moi (faut bien que je parle de moi, parfois !) sur le côté gauche et décoche un tir pas très folichon, mais qui ricoche sur le défenseur, puis le gardien et franchit la ligne de but. « Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse », aurait déclaré Nelson Mandela à propos de ce but.Thomas-price.0

À 4 partout, Bousbecque commence pourtant à prendre le dessus et concrétise sa domination en marquant à trois reprises (7-4). Un score qui ne rend pas justice à la vaillance de nos spartakistes, qui butent sur un gardien digne de Thomas Price dans Olive et Tom. Mais le Spartak croit en la justice, et la justice le lui rend bien. Puisque Quentin est de retour, pour leur jouer un mauvais tour !

Une première fois de la tête, profitant d’un nouveau joli centre d’Anthony (7-5). Une seconde fois au bout d’une percée, du bout du pied, en solo (7-6). Quentin est on fire et récite sa partition. Bousbecque n’est toutefois pas en reste et ajoute un dernier pion, alors que Ben garde vaillamment les cages en cette fin de partie (8-6). Fin de match qui laissera à Matt le temps d’ouvrir son pied pour revenir à 8-7.

8-7, ou 8-8 si l’on compte le but fantôme de François. Alors on va dire 8-7½. De toute façon, on retient surtout cette bonne partie de foot contre une équipe unanimement considérée comme « la plus cool qu’on ait rencontrée depuis le début de la saison », dixit François.

Prochain rendez-vous footballistique le lundi 17 mars contre Lille Antillais : le Spartak retrouve le Mont de Terre, ses monts de terre et ses supporters déchaînés, pour un choc que l’on espère aussi ensoleillé que le week-end qui se profile ! En attendant, n’oubliez pas l’Assemblée générale du Spartak lillois qui se tiendra ce mardi 11 mars à l’espace Marx.

Valentin, « Jacques Legros » du Spartak

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s